Agnès MARION reçoit Louis ALIOT ce samedi 21 janvier 2017 à BRIGNAIS

Chers amis,
 
A l’aube de cette nouvelle année, je tiens en premier lieu à vous adresser tous mes voeux : que 2017 vous apporte, à vous et à ceux qui vous sont chers, toutes les joies possibles.
 
Pour notre pays, que cette année capitale soit celle de la victoire qui nous permette enfin de renouer avec notre identité, notre liberté, notre souveraineté et notre prospérité, derrière Marine Le Pen !
 
Pour bien commencer cette année militante s’il en est, nous avons l’honneur de recevoir Louis Aliot, vice-président du Front National, député européen pour un déjeuner de campagne le samedi 21 janvier à midi au Café de la Gare à Brignais.
 
Participation aux frais : 20€
Menu : 
-apéritif 
-salade périgourdine 
-suprême de volailles
-ronde des desserts
-Café et vin compris 
 
 
Accès : 
-15 minutes de Bellecour par A7 puis A450 sortie Brignais 
-25 minutes en tram-train par la ligne Saint Paul/Gorges de loup/Brignais 
 
Dans l’attente de vous retrouver samedi, recevez mes meilleures salutations patriotiques.
 
Agnès Marion
Conseillère Régionale
Présidente du Cercle Fraternité
Responsable Xe circonscription du Rhône

Sacrifice éducatif sur l’autel de la paix sociale

Le Progrès – 04/01/2017

Par Cécile BENE, responsable de la Vème circonscription du Rhône

Un énième conflit opposant la laïcité de l’Education Nationale et le culte islamique vient d’être révélé par le Progrès sur Genay. Un de plus me direz-vous mais la solution apportée est originale et inadmissible !

En effet, lors d’une sortie à bibliothèque des élèves de l’école publique, une accompagnatrice a refusé de quitter son voile. Face à ce non respect flagrant de la laïcité, tout particulièrement dans le cadre scolaire, la réponse a de quoi choquer… Surtout aucune opposition, aucun rappel des lois de la République… Face au risque de voir une communauté religieuse contrariée d’être mise face à ses responsabilités de personne soumise à la loi française qu’à cela ne tienne ! Suppression des sorties à la bibliothèque ! Entre un conflit avec certains parents et l’éducation des jeunes ganathains, leur apprentissage de la lecture, l’amour de la culture littéraire… Le choix a été fait : cachons les problèmes d’intégration sous le tapis « républicain » au nom de la paix sociale et pour l’éducation des enfants après tout ce n’est qu’un détail…

Si l’on suit leur théorie : la prochaine fois que votre enfant est malade et a de la fièvre, jetez le thermomètre ! Et tout sera résolu… Ou pas !

Avec Marine Le Pen, il n’y a pas de place pour une paix sociale au détriment de l’éducation de nos enfants, de la Loi : les enfants de la République ne peuvent subir les conséquences désastreuses de la non assimilation même si cela déplaît à

Retour en images sur notre grande action militante du 16 décembre dernier avec Jean-Lin LACAPELLE

Le 16 décembre dernier, nous étions dans les rues du centre ville à la rencontre des lyonnais, Au Nom du Peuple, en compagnie de Jean-Lin Lacapelle, responsable de l’action militante dans le cadre de la campagne présidentielle #Marine2017.

Après avoir pu échanger avec les habitants, commerçants et passants de la ville, profitant de l’excellent accueil qui nous a été réservé pour offrir à ces dames de belles roses bleu marine, nous avons tenu une conférence de presse et partagé une réunion de travail avec les responsables de circonscription du Rhône, ambassadeurs de Marine Le Pen sur le terrain.

 

Bienvenue dans notre belle France version 2017 : Bisounoursland.

Par Muriel COATIVY, secrétaire départemental FN69

Lors de la réunion publique du 14 décembre dernier à Châtillon d’Azergues, je demandais au sous-préfet Pierre Castoldi si cela ne leur posait pas de problème de retenir contre leur gré des personnes étrangères souhaitant coûte que coûte rejoindre l’Angleterre, a fortiori dans un Etat de droit comme le nôtre où la libre circulation des personnes dans l’espace européen est un principe fondamental de l’Union Européenne.

On nous rétorque depuis des semaines que ce sont des mineurs, des enfants, des « garçons », des « jeunes », des « grands ados » … mais aucune preuve de leur âge, aucune déclaration en ce sens de façon catégorique de la part des autorités. Alors on invoque leur supposée minorité pour déclencher une procédure de fugue dans le cadre de la Protection de l’enfance. Et on tente de remplir coûte que coûte le Château même si les « enfants » récupérés à la gare ne sont pas à l’identique ! Qu’importe. Pour les tournois foot, les ateliers bois ou les soirées jeux de société, on ne peut pas rester à 4 !

La cerise sur le gâteau dans ce beau pays démocratique où la liberté de la presse est reine : pour la chargée de communication de la fondation OVE « Nous ne pourrons plus accueillir les journalistes dans le centre ». Circulez, on s’occupe de tout. 

Bienvenue dans cette belle France version 2017 Bisounoursland.

Le Progrès Edition du 25/12/16

Le Progrès Edition du 05/01/17