CANTONALES 2011 : GRANDE VICTOIRE POUR LE FRONT NATIONAL

Lors du premier tour des élections cantonales ce dimanche 20 mars, le Front National a remporté l’une des plus grandes victoires de son histoire. Il s’impose désormais comme la troisième force politique en France, voire comme la deuxième force dans certaines régions où il dépasse largement les scores de l’UMP au pouvoir.

Tout avait été cependant fait pour nuire au FN. Dernière magouille en date : le nième changement du code électoral fixant désormais l’accès au second tour à 12,5 % des électeurs inscrits, contre 10 % auparavant. Son objectif : empêcher le FN d’être présent au second tour afin d’éviter les triangulaires gauche-droite-FN. Les partis du système voulaient ainsi rester entre eux et continuer comme avant.

Cette nième magouille s’est cependant avérée un boumerang, notamment pour l’UMP au pouvoir, qualifié souvent à l’étranger comme « la droite la plus bête du monde ». En effet, le seuil des 12,5 % empêche désormais de nombreux candidats UMP de se qualifier pour le second tour alors que de nombreux candidats du FN l’ont dépassé facilement. Dans 399 cantons français, presque un quart de tous les cantons renouvelables, nos candidats frontistes se sont ainsi qualifiés.

En ce qui concerne notre département du Rhône, les candidats FN ont réussi  à être présents au second tour dans 11 des 27 cantons renouvelables, notamment dans l’Est lyonnais où sévit la gauche. A Meyzieu, notre secrétaire départemental et conseiller régional Christophe Boudot obtient 24,45 % et évince la candidate socialiste sortante du jeu électoral. A Saint-Priest, notre candidat André Pozzi arrive même en tête du scrutin avec 32,30 %  des voix ! A Vaulx-en-Velin, ville gravement touchée par l’immigration et la délinquance, André Pinos obtient 21,1 %. Même situation à Rilleux-La-Pape où Edouard de Brisoult obtient 21,80 %. A Villeurbanne, ville politiquement et socialement dévastée par les partis de gauche, Stéphane Poncet totalise 22,6 % des voix (Nord) et Michel Casola 21,6 % (Sud). A Lyon, où le FN a traditionnellement plus de mal qu’ailleurs dans le Rhône à percer électoralement, le Dr. André Morin et Agnès Mège font largement progresser les scores du FN dans le 8e arrondissement (cantons Lyon XIV et XIII) et obtiennent respectivement 20,79 % et 22,73 %. Enfin, notre candidate et conseillère municipale Danica Ljustina s’impose à Saint-Fons avec 26 % des voix.

En dehors de l’agglomération lyonnaise, deux candidats FN se sont également qualifiés pour le deuxième tour. Ainsi, le jeune Alexandre Barras s’impose avec 22,21 % à Givors. Dans le Beaujolais, c’est Yann-Yves Lussiaud qui fait triompher nos idées avec 20,64 % des voix.

La claque est donc cinglante pour les partis du système : le FN évince au total 9 candidats de droite et deux candidats de gauche du second tour dans le Rhône. Du jamais vu.

Dans d’autres circonscriptions, nos candidats FN obtiennent également de très bons scores sans pour autant pouvoir se qualifier pour le second tour. Par exemple à Villeurbanne Centre où Jean-Marie Perret fait 22,0 %, et à Oullins, où Muriel Coativy obtient 17,8 %. A Thizy, notre conseiller municipal Yvan Benedetti obtient le même score face au Président sortant du conseil général, Michel Mercier. Benoît Marion obtient quant à lui 17,2 % dans le canton de l’Arbresle. Les scores sont ainsi en forte progression par rapport aux dernières élections de 2004 dans ces mêmes cantons.