Le « Vivre ensemble » made in France

La Mulatière, Francheville, Oullins, Pierre-Bénite, Sainte-Foy-lès-Lyon

Sommes-nous devenus des voisins si exigeants et si intolérants que nous ne supportons plus la vie en société ?

Aurions-nous des idées préconçues de propreté, sécurité et bien-être qui nous empêcheraient de supporter les petits désagréments du voisinage : déchets jonchant les entrées d’immeubles et attirant les rats, tapage nocturne, troubles à l’ordre public, rodéos, incendies de voiture, délinquance, dégradations du cadre de vie et de l’environnement … Les exemples ne manquent pas à travers les communes de notre circonscription soit disant tranquilles. Un article du Progrès du 6 janvier 2012 fait ainsi état d’« Incivilités en série au Belvédère » à Francheville. Elles font écho aux trop nombreux faits divers du Square Saint-Exupéry à la Mulatière. Dans le Progrès du 14 avril 2011, un Mulatin témoigne « cela fait quinze ans qu’inexorablement les choses vont de plus en plus mal ».

Alors que fait l’Etat, que font nos élus depuis ces trop nombreuses années pour faire cesser les incivilités ?

  • Ils créent à grands frais des instances de réflexion, de concertation, de prévention. Des milliards d’euros ont été jetés par la fenêtre dans le cadre de la politique de la Ville. Aujourd’hui tous ceux qui vivent dans les zones urbaines sensibles peuvent témoigner des efforts déployés sur ces secteurs pour améliorer le « vivre ensemble » et de l’échec des résultats obtenus. Et, malgré cela, les élus continuent inexorablement la prévention, la tenue de CLSPD, les pratiques de concertation qui « peuvent jouer un rôle essentiel pour désamorcer des tensions sociales et permettre un mieux vivre ensemble » selon Pascale Boher-Bazaille, adjointe au maire de Sainte-Foy lès Lyon à la sécurité.
  • Ils rassurent  leurs co-citoyens via des rencontres avec les habitants,  des comités de concertation de quartier ou de la « propagande » journalistique.  Ainsi à Sainte-Foy-lès-Lyon, le Mozaïque réserve chaque année un numéro à la tranquillité et aux incivilités (déc 2009 « Tranquillité publique, avançons » / déc 2010 « Ste Foy lutte contre les tags » / déc 2011 « Vivre la tranquillité publique »). A chaque fois, un discours à deux vitesses qui se veut rassurant et qui, à force de revenir en boucle, exaspère.
  • Ils envoient de temps à autre une patrouille de police mais elle reste de préférence dans la voiture et s’arrange pour patrouiller aux heures calmes. Et pour cause ! Les effectifs de la police ne cessent de diminuer chaque année, de nombreux commissariats sont dorénavant fermés le soir ou le week-end, la police municipale n’a toujours pas le droit d’être armée, les  policiers se font quotidiennement agressés sans possibilité de défense, leur présomption d’innocence  est souvent malmenée … on peut comprendre qu’ils restent prudents !
  • Ils déploient à grand frais des systèmes de vidéosurveillance permettant de mieux arrêter les coupables, notamment à Oullins. Ainsi, pour François-Noël Buffet, maire d’Oullins, « le dispositif de vidéo-protection (…) constituera indiscutablement un outil complémentaire et efficace dans la lutte contre les incivilités et permettra de poursuivre l’ensemble des auteurs de trouble à l’ordre public ».

Est-ce que toutes ces mesures sont utiles et suffisantes ? Certainement pas ! Pour beaucoup de riverains, les problèmes de fond ne sont pas réglés. Et pour cause. Les élus et indirectement la police ne cherchent pas à régler les problèmes faute de volonté politique pour les premiers et de moyens pour les seconds. ils cherchent juste à calmer le jeu. En fait, l’enjeu est toujours le même … On prend quelques mesures pour calmer les habitants, on procède à quelques interpellations, grâce notamment aux bienfaits de la télésurveillance et le tour est joué. On peut rassurer les habitants que le dossier est résolu. Découvrez les faits divers journaliers … on apprend chaque jour que les délinquants sont arrêtés mais quid de leur condamnation ? Comme si l’objectif n°1 était de calmer les habitants plutôt que de calmer les délinquants.
Parce qu’au final, les voyous arrêtés ne sont que rarement condamnés. Alors ils reviennent tranquillement dans le quartier, semant une odeur de vengeance pour dissuader les habitants de porter plainte à leur tour. Et M. Guéant peut alors annoncer une baisse sensible des plaintes et de la délinquance !


Et pourtant la solution serait si simple … elle a toujours été défendue par Marine Le Pen. Tolérance zéro et impunité zéro pour les délinquants, y compris les mineurs.
En retour, écoute, respect et prise en considération réelle de la victime et de ses intérêts. Bref, fin de la subversion et de cette technique systématique d’inverser les rôles victime / coupable.

L’auteur d’incivilités devra réparer les dégâts occasionnés dès la première infraction soit par une amende (sans sursis !) , soit par des travaux d’intérêts généraux effectifs et la sanction pourra être accompagnée de la suspension des allocations familiales pour les mineurs. Une vraie condamnation pour une vraie infraction. 

Personnellement je reste sur mon constat : l’excès de tolérance engendre l’intolérance. Une mesure peut être ferme et juste à la fois.  C’est le laxisme qui crée l’injustice.

Article rédigé par Muriel COATIVY
Secrétaire départemental adjointe
Responsable de la XIIème circonscription du Rhône