MARINE LE PEN FAIT SALLE COMBLE À LYON

Devant plus de 3000 personnes et 130 conseillers régionaux et candidats aux législatives, Marine Le Pen a fait salle comble à Lyon ce samedi 9 avril pour l’un de ses derniers meetings de la campagne présidentielle. Ce grand succès montre que la seule candidate anti-système a toutes les chances de parvenir au second tour des élections présidentielles le 22 avril prochain.

Après un bref discours de Bruno Gollnisch, qui a souligné l’importance de la candidature de Marine Le Pen, cette dernière a fait une entrée triomphale, vivement applaudie par l’assistance munie de drapeaux tricolores et de pancartes « Marine Présidente. »

Sans hésiter, Marine est immédiatement passée à l’attaque qualifiant Jean-Luc Mélanchon de « triple idiot » : parce qu’il fait le jeu de Hollande au second tour, parce qu’il aide Nicolas Sarkozy en affaiblissant le PS au premier tour, enfin, parce qu’il donne l’illusion d’un vote anti-système. Plus largement, elle a rejeté toute la classe politique actuelle affichant sa volonté d’effectuer des changements profonds en cas de victoire : « Leur système n’est pas fait pour nous, peuple de France mais pour eux, petite oligarchie ». Elle s’est ensuite dit être la seule « candidate incorruptible dans une classe politique vendue et corrompue. » Selon elle, Hollande, Sarkozy, Mélanchon et Bayrou sont tous les copains des banques qui les sponsorisent. Avec elle par contre, la dictature des banques et l’exploitation qu’elles font du peuple français prendraient fin, mais également l’euro, monnaie d’aliénation et d’exploitation. « Au diable avec l’Union Européenne ! » a-t-elle lancé.

Ensuite, la candidate a décrit un peuple “volé” pendant “des décennies” : par les “impôts” devenus “injustes”, par les “ententes” entre les grands groupes industriels qui faussent les prix, par la grande distribution, par la fraude sociale, par l’immigration ou encore par la “traque aux automobilistes” harcelés et exploités par les amendes : « Les radars se trouvent là où ça rapporte le plus et non là où c’est le plus dangereux. » Et puis, disait-elle, les Français “paient de plus en plus de taxes, mais ils ont de moins en moins en face, moins de tribunaux, moins de prise en charge, moins de sécurité, moins de policiers, moins de gendarmes”…

En conclusion, Marine Le Pen s’est adressée à la salle : « “Vous avez été volés pendant des décennies, voulez-vous que cela continue ?”. Un « NOOON ! » ferme de l’assistance a été le signal d’une volonté de ne plus se laisser faire et de transformer le raz-le-bol en un vote utile pro-Marine le 22 avril prochain.

Dans cet espoir, le meeting s’est terminé avec la Marseillaise, scandée à tue-tête par la salle survoltée.