Présidentielles 2012 : Marine Le Pen progresse partout dans le Rhône

 

Nouvelle victoire pour le Front National ! François Hollande mis à part, Marine Le Pen est la seule gagnante du premier tour des présidentielles 2012 dans le Rhône. Alors que le premier ne progresse que de 8.000 voix par rapport à son ex-compagne Ségolène Royal, Marine Le Pen progresse de plus de 52.000 voix par rapport au résultat précédent obtenu par son père en 2007. Certes, avec 15,09 %, Marine Le Pen reste toujours en dessous de sa moyenne nationale qui est de 17,9 %. Néanmoins, avec 133.312 voix, le vote FN est désormais un acteur politique incontournable pour le second tour des présidentielles ainsi que pour les législatives les 10 et 17 juin prochains dans notre département.

Marine Le Pen obtient les meilleurs résultats dans l’Est lyonnais et à Givors qui sont durement frappés par l’immigration, l’insécurité et la crise sociale. Mais aussi dans les circonscriptions rurales (Beaujolais, Monts du Lyonnais), touchées par la disparition des services publics et la mise à mort de l’agriculture par la politique mondialiste de l’UMPS.

A cela s’ajoute partout un raz-le-bol général : d’abord des mensonges permanents de Nicolas Sarkozy qui n’a réglé aucun des grands problèmes de la France en cinq ans de présidence. Bien au contraire, la délinquance et l’immigration souvent liées sont toujours en augmentation quoiqu’en disent les statistiques officielles. Il en est de même pour le chômage, le dumping social, la désindustrialisation et la hausse des impôts, sans parler de la perte de souveraineté et du communautarisme notamment islamique. En revanche, le pouvoir d’achat et les services publics sont en nette diminution. Si Nicolas Sarkozy arrive toujours en tête dans le Rhône (malgré un net recul), c’est notamment grâce au vote d’une richissime frange de la bourgeoisie lyonnaise (encore) peu inquiétée par les problèmes qui frappent de plein fouet les jeunes, le prolétariat et des classes moyennes.

Le ras-le-bol des Français n’exclut cependant pas la gauche qui, toutes voix confondues, n’est toujours pas majoritaire ni en France ni dans le Rhône. Serait-elle vraiment une alternative crédible pour résoudre leurs problèmes les plus pressants ? Il suffit de regarder les municipalités gouvernées par elle dans le Rhône pour constater que ce sont généralement les plus dégradées de toutes : délinquance, pauvreté, communautarismes, saleté et immigration y règnent en maître.

Les partisans du Front de Gauche y sont pour beaucoup. L’échec cuisant de leur candidat Jean-Luc Melanchon fait donc partie des bonnes nouvelles. Avec seulement 10,74 % dans le Rhône, Mélanchon a dû amèrement constater que le peuple duquel il se revendique sans cesse ne veut apparemment ni de lui ni de son programme. Les électeurs ont bien saisi qu’il n’y a effectivement rien à attendre d’un homme friqué et grossier qui essaye de les instrumentaliser pour alimenter ses absurdités internationalistes et satisfaire ses ambitions personnelles.

Quant à la Fédération FN du Rhône, elle prépare désormais les législatives du mois de juin. Encouragée par les bons scores des dernières cantonales ainsi que ceux du premier tour des présidentielles, elle lance désormais toutes ses forces dans la bataille pour pouvoir envoyer enfin des élus à l’Assemblée nationale. Les chances sont bonnes.