L’égalité hommes-femmes tous azimuts

De Muriel COATIVY, responsable de la XIIème circonscription du Rhône

La femme doit-elle, pour être l’égal de l’homme, se surpasser dans la violence, l’illégalité et la provocation ?

Les femmes ne représentent que 3,8 % de la population carcérale française, un chiffre stable à l’image du paysage mondial. Elles sont essentiellement incarcérées pour des contentieux familiaux et économiques souvent liés à la drogue (à Fleury-Mérogis, la plus grande prison de femmes d’Europe, 80% des détenues sont des toxicomanes). Les femmes sont donc sous représentées dans les infractions à caractère violent.

De même, à l’occasion de la Journée de la Femme, la préfecture du Rhône a rappelé que 80% des tués sur la route du département sont des hommes. Pourtant au nom de l’égalité, les primes d’assurances des femmes doivent être alignées sur celles des hommes.

La femme doit-elle, pour être l’égal de l’homme, se surpasser dans la violence, l’illégalité et la provocation ? C’est semble t-il la tendance actuelle imposée par les gangs de filles de plus en plus véhémentes ou encore nos féministes locales. Il suffit de rappeler les actions récentes des Femen.  De même, ce 8 mars à l’occasion de la journée de la femme, 200 manifestantes féministes ont participé à Lyon à la deuxième “manif non-mixte”. A cette occasion, certaines du groupe ont pris à parti violemment les passants en les insultant et ont frappé les CRS présents pour les protéger !

Permettez à certaines femmes d’assumer sans complexe leur différence !