Manif pour tous : cette France que j’aime

De Muriel COATIVY, secrétaire départementale adjointe de la fédération Front national du Rhône

Des différentes manifestations de “la Manif pour tous”, on aura tout lu, tout vu, tout entendu. Mais rien ne remplacera l’impression que l’on peut en avoir de l’intérieur. Un mouvement atypique, souriant et bienveillant, solidaire et familial où il fait bon vivre quelques heures malgré l’importance des revendications mises en jeu. Une France que beaucoup aimeraient retrouver au jour le jour.

Mais, c’est comme si “la Manif pour tous” c’était un peu le gentil village des Schtroumpfs qui énerve passablement Gargamel qui empêche les gentils Schtroumpfs de pénétrer au coeur de Paris et envoie le fidèle Asrael veiller au respect de ses ordres. Bien sûr Schtroumpf bagarreur ne se laisse pas faire et la Schtroumpfette le somme de rester calme pour le bien-être de la communauté. Mais pour combien de temps ?

Car, si le système Gargamel, c’est d’attraper lâchement les Schtroumpfs par derrière, ceux-ci sont malins, nombreux, solidaires et très organisés. Alors la résistance des petits et grands Schtroumpfs s’organise et souvenez-vous : ils l’emportent toujours au final.

Sérieusement, vivez la manifestation de l’intérieur pour comprendre cette spécificité propre à ce rassemblement qui déstabilise complètement un gouvernement de gauche habitué aux mouvements de récupérations politiques ou syndicales. Pendant 4 heures, malgré nos différences de région, d’âge, de confession, d’appartenance politique, nous avons pu tous être les témoins de débats extraordinaires avec des intervenants qui nous ont profondément touchés.

“Moi, Président de la République, j’engagerai de grands débats citoyens” (…) “Moi, Président de la République, j’essayerai d’avoir de la hauteur de vue pour fixer les grandes orientations et j’aurai toujours le souci de la proximité avec les français” (…) “Moi, Président de la République, je serai proche du peuple”.

“Nous, Peuple de France attendions de notre Président de la République qu’il prenne le micro et s’exclame “Je vous ai compris” pour éviter la violence à venir, stopper la cruelle division des français et revenir sur les vrais sujets vitaux pour la Nation”.

En attendant, on ne lâche rien !