Le musée des Confluences prend l’eau

Par Muriel COATIVY, secrétaire départementale adjointe

Encore une fois, le Front national l’avait annoncé et dénoncé depuis le début et toute la classe politique bobo-culturo-lyonnaise avait levé les yeux au ciel. Des élus Front national auraient siégé en nombre suffisant au Conseil général et on n’engouffrerait pas les Lyonnais dans cet abysse financier en pleine crise économique.

Dans son édition de jeudi 28 mars 2013, Les Potins d’Angèle publie les extraits de la lettre adressée par l’architecte du musée des Confluences à la société Vinci responsable de sa construction. Ce courrier explicite cite “des dysfonctionnements majeurs et persistants” et parle même de “mise en péril du chantier”. Ce chantier qui essuie échecs sur échecs a déjà quadruplé sa facture (coût prévisionnel 2000 : 72 M d’€ / coût prévisionnel oct 2012 par Canol 310 M d’€ / coût prévisionnel aujourd’hui compte tenu de ces nouveaux éléments : ???). En outre on parle déjà d’un déficit de fonctionnement de 13 M d’euros annuels. Et pour ce prix-là, peut-on dire que le bâtiment embellit la ville ?

L’aide sociale coûte cher, l’éducation coûte cher, les logements coûtent cher, notre sécurité coûte cher mais c’est sans compter la culture ! Vous avez dit priorité ?

“La culture est une béquille que brandissent les boiteux contre les bien portants pour montrer qu’ils sont en possession de tous leurs moyens”  Karl Kraus