Quand la facilité le dispute au ridicule … Réponse au journal Le Progrès

Par Christophe Boudot, secrétaire départemental du FN 69 et candidat à la mairie de Lyon.

On sait hélas que le phénomène de concentration de la presse-papier lyonnaise a fini par mettre en péril la pluralité des titres et des idées. Nous entretenons néanmoins de bons rapports avec la plupart des journalistes de la place de Lyon et avec l’ensemble de la presse lyonnaise qui, dans son ensemble, nous est hostile mais garde une certaine correction d’usage.

 Cependant, à l’occasion du quarantième anniversaire de notre fédération, un journaliste-remplaçant du journal Le Progrès a cru devoir céder à la facilité journalistique en commettant volontairement quelques erreurs grossières dans son papier du dimanche. Un maigre papier du lendemain, très loin de relater l’événement majeur qu’a constitué la venue de Jean-marie Le Pen et de Bruno Gollnisch chez nous à Lyon.

Certes, … assister à une conférence de presse avec Le Pen, un 20 Avril, l’occasion est trop belle de salir encore une fois le président d’honneur à l’aube de l’anniversaire du 21 Avril 2002…

Quelle aubaine pour lui ! A son arrivée dans la salle de la conférence de presse, un militant arracha devant ses yeux une affiche de Marine Le Pen…ça y est le ton de l’article était tout trouvé : deux ans après, il allait pouvoir ressortir l’histoire réchauffée de la campagne interne entre Marine et Bruno, histoire de rejeter un peu de sel sur des plaies pourtant, mais le savait-il, déjà refermées.

La vérité est pourtant tellement plus simple….

La table des orateurs n’avait pas été correctement placée sous les projecteurs du plafond. Elle n’était qu’à moitié éclairée. J’ai donc dû, dans l’urgence, la repousser d’un seul coup de deux mètres faisant tomber au passage les bouteilles d’eau et les verres et déchirant une affiche. Voyant le désordre, j’ai demandé que l’on retire cette affiche inutilisable que je venais de déchirer par maladresse. Il restait encore 4 ou 5 affiches de Marine sur les murs …Mais Il n’en fallut pas plus à ce journaliste pour faire son article donnant une fausse tonalité à notre événement, tonalité immédiatement reprise, sans aucune vérification, par le polémiste Angel qui n’arriva à la conférence de presse que plus tardivement .

De même, à mon invitation, le fameux remplaçant moustachu du week-end se dirigea lentement et sans beaucoup d’enthousiasme dans la salle de réception où 350 militants enthousiastes se préparaient à accueillir leurs chefs.

Et là encore…Vieille ficelle journalistique …il arriva et compta les chaises et vit que trois tables étaient inoccupées : Le Pen n’a pas fait le plein ! ça c’est bon pour le ton de l’article. Mais la vérité est bien plus simple …

Ces trois tables étaient les tables de nos militants qui organisent le service et ceux de nos militants qui assurent la sécurité des entrées. Tables qui seront occupées en totalité lorsque la réunion aura commencé.

Je me devais de revenir sur cet article sans photo relayé en page intérieur du quotidien lyonnais. Les militants du Front national et en majorité lecteurs habituels du Progrès ont le droit à un traitement impartial des activités de leur mouvement politique. Certains se sont sentis humiliés comme je les comprends.