Conseil municipal de Givors : le cirque Passi continue au détriment des Givordins

Le lundi 17 juin 2013, se tenait le conseil municipal de la ville de Givors. Celui-ci a été l’occasion de prendre la mesure de l’hystérie des communistes et du conseiller socialiste M. Boudjellaba, à l’encontre du Front National et de la tête de liste RBM Antoine Mellies. En effet, le conseiller municipal socialiste a apostrophé le maire sur sa « scandaleuse poignée de main » avec la tête de liste Givors Bleu Marine durant la commémoration du 8 mai.

Mais ce n’est pas tout, les adjoints et les conseillers municipaux se sont adonnés à une récupération odieuse de la mort du jeune Clément Méric, ne manquant pas d’imputer de manière sournoise la responsabilité au Front National.

Au lieu d’évoquer les vrais problèmes des Givordins, le conseil municipal a longuement disserté sur les questions posées par l’occupation illégale des gens du voyage. Communistes, socialistes et UMP, personne n’a dénoncé fermement ces occupations illégales répétitives qui nuisent au développement du commerce local. Un autre exemple est à ce titre révélateur de la gestion municipale chaotique : le maire a accordé une subvention de 18.242 Euros à la CGT alors qu’il n’octroie que 5.000 euros au SOG rugby qui méritait beaucoup plus au regard de sa performance sportive de cette année.

Enfin, avec un compte administratif excédentaire de plus 5.2 millions, rien n’a été pensé pour conduire une baisse progressive et définitive des impôts locaux. En effet, non seulement la commune est excédentaire, mais elle consacre plus de 65.73% de ses dépenses de fonctionnement au personnel de la ville ! Avec un taux d’absentéisme de        10.55% le personnelde la ville coûte cher et rien n’est prévu par le maire pour limiter l’explosion de ces charges.

En fin de compte, ce conseil municipal a illustré l’incapacité de la majorité municipale de gérer correctement la ville et répondre efficacement à la détresse des Givordins et Givordines.