Les «e-paniers» où comment la municipalité actuelle de Saint Genis Laval s’efforce de ruiner les commerces de proximité !

YCrubellierPar Yves CRUBELLIER, tête de liste St Genis Bleu Marine 2014

Lors de la séance du conseil municipal du jeudi 26 septembre 2013, la municipalité a présenté les dispositions mises en place pour la création d’un service de e-paniers sur la commune.

            L’objectif est le bon : dynamiser le commerce de proximité.

Le problème reste entier lorsque le contribuable doit mettre une fois de plus la main au porte-monnaie pour développer de manière inadéquate cette dynamisation.

L’idée première est de regrouper les commerces sur un site internet via une société (pas encore créée) à laquelle les commerçants intéressés devraient adhérer. Toutefois, la municipalité nous informe quelques minutes plus tard que si des commerçants le désirent, ils pourront apparaître sur ce site gratuitement. Donc, quel est l’intérêt de cette adhésion ?

Ensuite, la mairie se propose non seulement de subventionner cette société coopérative d’intérêt collectif pour la somme de 3250 € pour le dernier trimestre 2013 (ce qui fait tout de même 13000,00 € à l’année), mais de souscrire également pour 500 € à la future SCIC.

Qu’a donc à voir la mairie là-dedans ?

D’autant qu’à entendre leurs explications, une réunion regroupant une dizaine de commerçants très intéressés et motivés avait eu lieu. Sauf que nos collaborateurs sur le terrain sont allés enquêter et que la réalité est toute autre.

En effet, une dizaine de commerçants étaient présents à cette réunion, mais lorsqu’ils ont su que d’une part, ils devraient reverser 7 % de leur CA sur les ventes sur internet à la SCIC, et que d’autre part, s’ils ne vendaient pas pour un minimum de 50,00 € mensuellement sous peine d’avoir à payer une amende de 12,00 €, ils étaient loin d’être encore 10 à être motivés à la fin de la réunion…

Il faut ajouter à cela que pour les livraisons, une personne en contrat aidé serait embauchée… Mais il n’a pas été dit qui se chargerait de son salaire !

 Là encore, contribuables Saint-Genois, posez-vous les bonnes questions. Dans quelle galère la municipalité actuelle s’embarque-t-elle, mais surtout, où nous entraîne-t-elle ?