Quand la laïcité dessert notre héritage culturel

muriel_coativyMoins de six mois après mes prises de fonction en qualité de conseillère municipale de la commune, je suis surprise sinon inquiète de l’usage fait de la notion de la laïcité par le groupe socialiste et apparenté siégeant au sein de l’opposition. Dès ma première intervention, ce groupe d’opposition leva les bras au ciel, horrifié, demandant une intervention de Madame le Maire pour atteinte à la laïcité parce que j’avais osé dire « Si Dieu le veut ». J’ai envie de m’esclaffer « Mon Dieu » ! , mais là aussi, est-ce encore possible ?

Avant l’été, lors d’un autre conseil municipal, ce même groupe se plaignait auprès de la municipalité que l’on puisse donner rendez-vous, sur la place de l’Eglise, à des enfants participant à la commémoration du 8 mai 1945. Oui, imaginez, le lieu, très marqué religieusement, pouvait heurter la liberté de conscience de certains enfants de confession non catholique. Mais je m’interroge. Demander aux parents des écoles publiques de la commune s’ils souhaitent que leur enfant profite d’un menu avec ou sans porc, n’est-ce pas risquer de heurter la liberté de conscience de certaines familles ?

La notion de laïcité ne doit pas être à géométrie variable, servant de cheval de Troie à l’Islam en France. Si la laïcité suppose l’égalité des cultes devant la loi et la neutralité des pouvoirs publics, elle ne doit pas en faire oublier une inégalité culturelle naturelle en faveur de la chrétienté. Nos églises font parties de notre patrimoine architectural et culturel, n’en déplaise au groupe « Sainte-Foy AVENIR ». De même le politiquement correct ne saurait faire disparaître des pans entiers de notre culture linguistique. A défaut, même des expressions comme « je vous en prie » deviendraient une atteinte à la laïcité. La France est de tradition chrétienne et les élus, quoique tenus à la neutralité religieuse, se doivent de faire respecter cette tradition. Sainte Foy Bleu Marine restera vigilante pour que laïcité ne rime pas avec christianophobie.