Intervention de Christophe Boudot – Budget primitif 2015 LYON

Conseil municipal du 19 Janvier 2015CBoudotR

Monsieur le Maire, monsieur l’Adjoint aux finances, mes chers collègues,

Nous sommes amenés à nous prononcer aujourd’hui sur votre budget 2015, traduction budgétaire et financière de votre politique.

Premier budget de la nouvelle mandature, premier budget de l’ère de la contrainte et des vaches maigres…

Tout d’abord, monsieur le Maire, permettez moi quelques remarques liminaires tirées du rapport de la chambre régionale des comptes qui a évalué votre gestion de la ville de 2009 à 2014 et qui s’est permis quelques remarques de bon sens.

Sur la forme, la ville respecte les principales prescriptions comptables mais doit entreprendre un travail important de revue et de contrôle de ses états financiers.

Globalement  l’exécution budgétaire reste assez éloignée des prévisions et ne reflète pas la stratégie mise en œuvre par la ville qui consiste à recourir à des hausses d’impôts  en début de mandat et à l’emprunt en fin de mandat, ces mots sont durs, mais ces mots sont claires.

J’ajoute que la chambre régionale remarque précisément que la ville devrait améliorer la sincérité de ses inscriptions des recettes et des dépenses afin de contribuer à une plus grande transparence sur son niveau de richesse et ses besoins réels.

Enfin, elle pointe du doigt le manque d’information des élus, notamment au sein des débats d’orientation budgétaires concernant les relations avec le Grand Lyon devenu aujourd’hui Métropole, il est vrai que le changement intervenu depuis et la création de cette mégalo-métropole vous oblige à l’avenir à rechercher des synergies d’accompagnement des services ou de de certaines structures très couteuses qui ont un rayonnement et une attraction plus vaste que le simple périmètre de notre ville.

Je n’irai pas plus loin, les remarques acerbes et précises de la cour révèlent une certaine inquiétude pour les années futures que nous partageons.

En introduction, je rappellerai que la situation budgétaire sans précédent que nous connaissons aujourd’hui, les contraintes qui pèsent sur l’équilibre de nos comptes nous les devons largement  à l’échec de la politique économique et sociale du gouvernement.

Accroissement rapide et régulier du déficit des comptes publics, accroissement du chômage à un niveau historique, hausse vertigineuse de l’imposition des ménages et des entreprises et l’accroissement de la dette à près de 98 % de la richesse nationale à plus de 2000 Milliards d’euros

Pour être totalement objectif, les gouvernements de l’UMP et du centre ont exactement les mêmes responsabilités que le gouvernement socialiste, les mêmes attachements dogmatiques à l’Euro qu’il faut semble t il sauver coute que coute et à cette union européenne technocratique et inadaptée qui nous impose une politique d’austérité aussi néfaste qu’inefficiente.

La conséquence directe de cet échec global est le plan d’économie sur les collectivités territoriales décidé par le gouvernement d’un montant de 3.7 milliards d’Euro qui va directement amputer la dotation que l’Etat  verse à notre ville de 13 Millions d’euros en 2015. Cette même dotation baissera de près de 40 Millions d’euros sur 3 ans, c’est considérable.

Alors il vous faut réagir, réagir sous la contrainte. Fidèle à vos habitudes, vous vous précipitez sur le levier fiscal, vous aurez recours à l’emprunt et vous annoncez un faible et timoré plan de d’économie …

Monsieur, le Maire, une fois n’est pas coutume, vous êtes en accord parfait avec le  gouvernement en faisant peser directement vos contraintes sur les ménages et sur les entreprises-PME

Mais nous allons y revenir, permettez moi monsieur le Maire d’entrer enfin dans l’analyse des comptes que vous nous présentez.

Un budget global de 771 Millions d’euros en recul de 1.2 % par rapport au BP 2014.

Concernant les dépenses de fonctionnement du budget, nous constatons que la dépense n’est pas maitrisée et augmente de façon conséquente s’établissant à 585 Millions d’euros soit une augmentation de 3 %.

On remarque d’emblée que la masse salariale retraitée s’établie à 362,1 Millions d’euros en augmentation de 3,7 %, par rapport à l’exercice précédent ,masse salariale, comme prévue plombée par la réforme des rythmes scolaires et 1 500 postes d’animateurs à temps partiel qu’il a bien fallu recruter. Par ailleurs, vous avez fait le choix de créer 42 postes à temps complets cette année. A défaut d’avoir su repenser l’organisation vous faites supporter aux lyonnais une hausse continue des coûts

Les subventions de droit privé sont elle aussi en hausse, elle passe de 61 à 66 Millions soit une hausse de 8 %, c’est un poste tellement sensible et souvent même politique, lui aussi il est plombé par la réforme des rythmes scolaires et par votre entêtement  idéologique à subventionner les associations relais.

Je ne reviendrai pas sur le poste « autres charges » qui explose littéralement à près de 40 Millions d’euros soit une augmentation de 27.1 %, ni sur les 117 postes du cabinet du Maire…

Les frais financiers augmentent de 10 % à 13.5 Millions d’euros, et le FPIC, le fameux fonds de péréquation des ressources communales monte en puissance pour s’élever 4 Millions d’euros en augmentation cette année de 1.2 Millions d’euros

On retrouve là, la politique des facilites systématiques de la gauche, et l’absence de gestion rigoureuse des postes de dépense

Un budget de fonctionnement si haussier c’est engager un cercle vicieux d’insolvabilité qui pourrait durablement s’installer puisque l’augmentation massive des dépenses de fonctionnement telle que présentée au budget 2015 entraine par voie de conséquence  une diminution de l’épargne brute

Les recettes de fonctionnement s’établissent quant à elles, à 644 Millions d’euros, en hausse également par rapport à 2014.

Monsieur, le maire, vous avez délibérément décidé d’augmenter les 3 taux d’imposition de  la fiscalité directe,

  • 6.17 % pour la taxe foncière sur les propriétés bâties soit un produit de 160 Millions d’euros en augmentation de 9.9 millions d’euros cette année
  • 4 % pour la taxe d’habitation soit un produit de 176 Millions d’euros qui augmente de 7.1 Millions.
  • 4 % pour la taxe foncière sur les propriétés non baties

Concernant la fiscalité indirecte, en hausse globale de 3.2 % à près de 60 Millions d’euros,  on notera l’augmentation de taxe sur les enseignes et publicité, de celle sur la consommation finale d’électricité et surtout sur le produit des droits de stationnement de 12,7 Millions à 15.3 millions, soit une hausse de 20 %, nos concitoyens apprécient tous les jours…

Sur le plan des investissements,

Arrive ce qu’il doit arriver compte tenu du boom de la section de fonctionnement, et la faiblesse de l’auto financement il vous est imposé la baisse de vos beaux projets d’investissement…

Le plan public d’investissement n’est pas connu à ce jour, le sera t il avant l’été ? Je constate que le temps des belles promesses d’équipement est semble t il révolu, il est vrai que les années électorales voient toujours fleurir des lignes de métro supplémentaires, des  milliers de places de crèches, des nouvelles maisons de la danse, etc …

Résumons nous, un Etat défaillant qui baisse fortement sa contribution, un budget de fonctionnement qui explose vous amène à jouer bien trop facilement du levier fiscal, nous l’avons vu… 

Mais l’autre conséquence est également le niveau d’endettement de notre ville, la cour des comptes l’a rappelé dans son dernier rapport, vous n’hésitez pas à accroitre significativement l’endettement de la ville et le coût financier de la dette augmente aujourd’hui alors que le contexte des taux d’intérêt est très favorable en ce moment.

Cependant La faiblesse de l’épargne brut établie à 62 Millions se traduit par une augmentation inquiétante de la capacité de désendettement de la ville qui est passée de 4 à 6 ans cette année pour montera d’année en année jusqu’à dépasser les 10 ans.

Vous voulez trouver 7 millions d’économies cette année, mais en fait vous n’en réalisez véritablement que 3, le reste étant une hausse des recettes prélevées qui sont des charges supplémentaires et directes à la population.

L’année prochaine, il faudra trouver 15 millions et en 2017ce sera 30 et 40 millions pour la fin du mandat.

Monsieur Brumm parle déjà de recherches tous azimuts d’économies et de réflexions qui se mèneront jusqu’à l’été, nous verrons …vous ne devrez pas vous tromper de cibles et lutter contre votre idéologie de la dépense

Il faut changer catégoriquement de logiciel, votre plan de recherche de marges de manœuvre est trop timoré.

Vous payez des habitudes qu’il vous faut oublier, celle d’absence de fixation des priorités, il vous faut aujourd’hui repenser votre approche de l’organisation des services publics locaux, gérer autrement les services de la ville, notamment en mode projet, en mutualisation avec la Métropole.

Il vous faudra modifier votre ADN en baissant ou en supprimant les subventions à certaines associations amies que vous maintenez sous perfusions d’argent frais.

N’ayons pas peur des mots, il vous faut gérer mieux avec moins de ressources

Sans cela, vous serez chaque année confronté à cette hausse vertigineuse du fonctionnement et à, la baisse de vos investissements

Plus grave encore, Lorsque vous parlez d’économies sur le budget de la ville, les lyonnais doivent comprendre immédiatement baisse de leur pouvoir d’achat par la hausse globale des services publiques, la hausse du stationnement résident, la hausse du prix d’entrée des musées, des bibliothèques, les tarifs de la cantine  des crèches, de la prise en charge parentale de la réforme des rythmes scolaires en d’autres termes, votre budget 2015  fait payer aux lyonnais votre idéologie de la dépense

A l’instar des autres collectivités territoriales gérées par la gauche, vous conservez la clause de compétence générale qu’il faut pourtant supprimer et qui plombe tous vos budgets.

L’indécision coupable de l’Etat qui se montre incapable de clarifier les compétences de chacun, la frénésie de décentralisation conduit les collectivités pléthoriques à entrer en concurrence entre elles et à créer des organismes, associations ,couteuses en frais de fonctionnement et impossible à supprimer ensuite

Mettez vous un peu à la place du contribuable lyonnais, taxé par la ville de Lyon dans tous les domaines, on vient de le voir, taxé par la Région, taxé par la nouvelle Métropole ou le conseil général, taxé par le Sytral, taxé par la SNCF dont les TER souffrent pourtant de retards et de mouvements de grève chroniques ; enfin taxés par l’Etat à la hauteur que l’on sait et bientôt à n’en pas douter, taxés par l’impôt européen déjà en préparation.

Je vais vous confier un secret que vous savez déjà, les habitants de notre ville en ont assez de la gestion socialiste de la pénurie des ressources et de la crise qui s’accroit !

Ce matraquage fiscal tous azimut pourrait remettre en cause le consentement à l’impôt pourtant pilier de l’organisation de notre société. C’est très grave.

En conclusion, je me permettrai de rappeler que d’autres villes en France ont adopté un raisonnement et un plan d’action radicalement différent de votre triptyque :

  • Fuite en avant des dépenses de fonctionnement
  • Fiscalisme généralisé
  • Dégradation de la solvabilité et endettement

La ville de Fréjus dirigée par mon ami le sénateur Racheline qui a trouvé une ville sur – endettée, héritée du maire de droite Elie Brun : en 2015, aucun des 3 impôts de fiscalité directe ne va augmenter et le plan de désendettement de la ville qu’il a promis à ses concitoyens a déjà commencé avec un première baisse de 9 millions d’euros cette année.

A Hénin Beaumont, une ville sur endettée prise à la gauche dont le maire PS corrompu a été incarcéré et condamné à 3 ans de prison ferme, la taxe d’habitation baissera cette année de 10 % ,ce qui renforcera le pouvoir d’achat des habitants de la ville

Même cas à Mantes la ville, à Villers-Cotterêts et ailleurs  ou un audit des subventions a fait apparaître des dysfonctionnements graves  qui seront immédiatement corrigées dans le BP 2015 dans l’intérêt général des habitants

Monsieur le maire, sans surprise vous comprendrez dans ces conditions que je ne puisse pas voter votre budget parce qu’il n’est pas à la hauteur des menaces qui pèse sur notre avenir

Je vous remercie