19 mars 2015 – le Front fait front à Brindas contre la cérémonie du souvenir

BrindasCliquez sur la photo pour visionner l’album

Ce jour, Le Front a fait front à Brindas contre cette nouvelle cérémonie du 19 mars 1962 demandée et obtenue récemment par la FNACA. Parce que le politiquement correct ne doit pas nous faire oublier la VRAIE histoire de France, celle écrite avec le sang de nos aïeuls et amis patriotes. Cette cérémonie du souvenir à la mémoire des militaires et des victimes civiles de la guerre d’Algérie est un profond mépris pour tous ceux qui sont morts après le 19 mars 1962 dans la souffrance et l’oubli. Le cessez-le-feu du 19 mars 1962 n’a pas rimé avec un cessez-le-sang. 150.000 harkis et près de 500 militaires sans compter de nombreux “pieds-noirs” restés sur le sol algérien sont morts après cette date.

Nous nous sommes placés en veilleurs de la VRAIE histoire de France, contrairement aux élus de Brindas qui, sans doute pour des raisons électoralistes, ont concédé à des demandes empruntes de repentance. Parmi les membres présents, Gérard ROCHE, Brindasien de longue date, qui est à l’origine de cette veille silencieuse et pacifique. Pierre Bonnet, un ancien aviateur de l’Indochine et Laurent et Monique Depassio, membres actifs de l’ANAI venus témoigner du mépris et de l’oubli réservés à nos anciens combattants trop gênants à leur retour en métropole. Sans oublier tous nos amis “pieds noirs” qui eux se souviennent de ce 19 mars 1962 qui rime avec “la valise ou le cercueil”.

Le Brin d’Zik, qui accompagnait la marche, a été à l’image du folklore de cette cérémonie. La stèle était souillée d’urine, la Marseillaise fut écoutée sinon subie, la composition florale s’est réduite à sa plus simple expression, le seul drapeau français fut celui du porte-drapeau …

En tout cas, notre présence, quoique silencieuse, a semble t-il perturbé cette bien-pensance qui se permet de réécrire l’histoire … aujourd’hui, la France, qu’ils espéraient pourtant léthargique, était de sortie !

Monsieur le Maire : petit rappel de Wikipédia : “Le devoir de mémoire désigne un devoir moral attribué à des États d’entretenir le souvenir des souffrances subies dans le passé par certaines catégories de la population, surtout s’ils en portent la responsabilité” … Monsieur le Maire, soyez assuré que nous serons toujours là pour vous rappeler votre devoir de mémoire.

Sur le même sujet : Sainte Foy Bleu Marine présente à la commémoration du 5 décembre 2014