Marche blanche à Fontaines-sur-Saône en mémoire d’Hervé Cornara : une novlangue d’anthologie

RodolpheDjaoutiPar Rodolphe DJAOUTI, responsable FN/RBM du secteur Ouest Nord, Val de Saône

Je participais en ce mardi 30 juin 2015 à la marche en mémoire d’Hervé Cornara, victime de la barbarie islamiste.

Parmi des centaines de personnes, j’étais entouré de Muriel Coativy, Secrétaire départementale adjointe de la fédération Front national du Rhône et responsable du pôle Ouest du département du Rhône et de militants fontainois. L’occasion de rendre hommage à un enfant de Fontaines-Sur-Saône, assassiné de la plus brutale des façons et sacrifié sur l’autel de la barbarie islamiste.

Car il faut bien nommer et identifier la cause de ce mal qui prend la vie de milliers d’innocents à travers le monde et plus particulièrement vendredi à Saint-Quentin-Fallavier… Il paraît nécessaire de nommer ce mal qui ronge le monde et la France, puisque les élus et représentants de l’Etat n’osent pas ou ne veulent pas en prendre l’initiative.

En cette période d’examens, nous avons assisté à une réelle épreuve de novlangue à laquelle se sont soumis les élus venus “participer” à cette démonstration populaire. Le sujet aurait pu être libellé ainsi :

“En utilisant les mots clés tirés au sort dans la boîte à idées RipouPS, le candidat rédigera une leçon de morale républicaine…. Les copies seront corrigées par média interposés par le Président HOLLANDE et le Premier Ministre VALLS, n’ayant pas daigné se déplacer. ..”

Ainsi donc  le premier candidat de ce grand Oral était Monsieur le maire de Fontaines-Sur-Saône, Thierry POUZOL, qui se verra sans doute décerné le premier prix de cet examen…. lui pour qui, en effet, le djihadisme veut mettre à bas “notre vivre ensemble”…. Monsieur le maire, beaucoup d’habitants des Marronniers voudraient vous en parler du “vivre avec certains”…. mais de leur propres dire,  ils ne vous voient jamais… là pente à gravir est sans doute trop raide….! Et j’ose espérer que votre soudaine prise de conscience de la menace islamiste perdurera…. “Plus jamais ça !” Disiez-vous… une bien naïve réaction, tant que, à votre image, nos responsables politiques n’osent pas prendre la pleine mesure du péril qui nous guette, d’autres attentats surviendront et d’autres familles seront hélas plongées dans la douleur.

Ce fut ensuite Philippe Cochet, député maire de Caluire-et-Cuire, venu en voisin, de proposer sa version édulcorée des choses. A travers un discours propre et lisse, sans ” amalgame” pour ne heurter personne… préférant voir dans les terroristes des victimes de l’ignorance… Pour rappel, nombre de kamikazes suivent des études universitaires.

Puisqu’il faut rendre à César ce qui est à césar (…), le seul à avoir tenu un discours sans détour fut Gérard Colomb, président de la Métropole et sénateur maire de Lyon. Lui seul en effet a osé reconnaître que nous sommes en guerre contre cette forme d’obscurantisme…. aurait-il tenu le même discours il y a un an et demi à la Duchère ?

Enfin, une idée de correction du sujet était proposée par le représentant du gouvernement et de l’Etat, Monsieur le Préfet du Rhône et de la région Rhône – Alpes -Auvergne, Michel Delpuech. Ou en quelques lignes comment caser les notions de “vivre ensemble”, “d’amalgames à éviter”, de “proximité” avec les communes et les élus,  et pour couronner le tout un satisfecit du professionnalisme des forces de l’ordre qui oeuvrent mieux maintenant qu’elles ont plus de moyens et de personnels (ah bon?) … citoyens dormez tranquilles,  l’état garantit votre sécurité enfin c’est ce qu’il faut laisser croire….

Oui, nous sommes en guerre depuis des années contre un islamisme rigoriste, revendicatif, jouissant du déni de nos élites et reposant sur le communautarisme favorisé par les gouvernements successifs.

Rappelons une nouvelle fois que cette guerre ne se gagnera qu’en augmentant (réellement) les moyens humains et matériels des forces de l’ordre, en particulier dans le domaine du renseignement, domaine qui doit être soutenu par un un arsenal législatif pragmatique.

De plus, le rétablissement des frontières associé au renforcement de la police aux frontières, permettra seul de s’assurer de qui entre et sort du territoire national.

Enfin, la question n’est pas de savoir s’il faut ou non isoler les islamistes dans les prisons. La question est de les mettre, eux et tous ceux encore en liberté, hors de capacité de répandre le poison du djihadisme et du rigorisme dans la tête de personnes influençables, que ce soit par expulsion ou extradition, déchéance de la nationalité française quand cela est possible ou incarcération stricte.

marcheblanche MB MB2 MP3