« Avec Monsieur Wauquiez, je suis très inquiet pour la démocratie dans notre nouvelle Région » (C. Boudot, 4 janvier 2016)

Communiqué de Christophe Boudot – 5 janvier 2016

Christophe_BoudotHier, la première séance du nouveau Conseil régional a donné le ton de ce que sera la mandature de Monsieur Wauquiez pendant les six ans à venir…
Beaucoup d’annonces, beaucoup de promesses et la reprise claire et assumée d’une majorité des propositions portées depuis toujours par le Front National.

Un exemple est assez révélateur : rappelons nous, lors de la première séance du Conseil régional en 2010, le groupe Front National avait demandé officiellement la réduction de 10% des indemnités des élus et la réduction du nombre d’élus composant la commission permanente. Cette demande, aucun groupe ne l’avait votée, le groupe UMP et du centre ne l’avait pas soutenue et encore moins votée… Mais c’était il y a quelques années…

Aujourd’hui, cette mesure est miraculeusement reprise par Monsieur Wauquiez. Les 680.000 voix du Front National aux dernières élections y auront sûrement été pour quelques chose… elles auront conduit le nouveau président à faire adopter, dès la première séance, les premières mesures de notre programme. Je ne peux que m’en réjouir.

« Nous avons créé le débat, nous avons fait pression sur les premières décisions du nouvel exécutif par des mesures FN reprises aujourd’hui, mais que nous défendons depuis vingt ans. »
Christophe Boudot, 4 Janvier 2016

Quelques annonces de Monsieur Wauquiez qui figuraient, noir sur blanc, dans nos programmes 2015/2010/2004 :
– Baisse de l’indemnité des élus de 10 % et du train de vie de la Région.
– Refus de la hausse des taxes régionales et des impôts.
– Préférence régionale pour nos PME et artisans de la Région pour les appels d’offre de la Région.
– Préférence régionale pour les produits dans nos cantines pour aider nos agriculteurs.
– Sécurité dans les transports et les lycées, etc…

Néanmoins, avec l’UMP–LR nous avons l’habitude des grands effets d’annonce,

« nous jugerons l’arbre à ses fruits, nous serons des opposants constructifs mais très, très vigilants…et nous donnons déjà rendez vous à Monsieur Wauquiez dans 100 jours pour dresser un premier bilan de son action. »
Christophe Boudot, 4 janvier 2016

Mais ne nous y trompons pas, les zones d’ombres sont nombreuses, l’inexpérience du nouveau président l’a conduit dès hier à forcer les premiers usages démocratiques. Ainsi, a t il fait distribuer aux élus deux rapports majeurs concernant les délégations de pouvoirs au président et à la commission permanente.

Le procédé augure mal des bonnes pratiques démocratiques de cette nouvelle assemblée… ce genre de texte qui engage fortement notre assemblée pour six ans, pour être normalement apprécié, aurait dû être discuté avant d’être voté.

Après m’avoir accordé une suspension de séance, et après avoir fait étudier brièvement ces textes, le nouveau président les a fait voter par sa majorité. Il a souhaité, à la hussarde, tordre le cou aux règles démocratiques les plus élémentaires et s’attribuer, en quelque sorte, les pleins pouvoirs pour six ans dans notre nouvelle Région.
Dans les faits, l’assemblée régionale se trouve mécaniquement privée de son pouvoir de décision et d’amendement, et risque de devenir une simple chambre d’enregistrement, un « parlement croupion », puisque toutes les décisions importantes seront prises par le président en solo et quelques élus, sans véritable discussion en assemblée plénière.

Attentif, le groupe FN est le seul à avoir voté contre cette première manœuvre politique d’étouffement de notre assemblée et de bâillonnement des élus.

Monsieur Wauquiez veut aller vite. Il a certes raison ; mais son empressement ne doit pas le conduire à mépriser les bonnes règles du fonctionnement démocratique. Je suis aujourd’hui très inquiet pour la démocratie dans notre Région Auvergne – Rhône-Alpes et pour le respect de la parole de tous nos compatriotes.

Source : Fnra.fr