Anouchka, symbole de cette France oubliée … et persécutée !

Ce jour, Anouchka a porté plainte à la gendarmerie de Saint-Laurent de Mure contre la MDR de Genas pour non assistance à personne en danger. L’assistante sociale en charge de son dossier refuse de passer un simple coup de téléphone qui lui permettrait de prendre possession d’un logement digne pour elle et ses filles.

Anouchka2

Petit rappel de l’histoire d’Anouchka et de ses trois filles habitant l’est lyonnais que bon nombre ont pris soin de ne pas trop connaître pour dormir sereinement :

Le 9 octobre dernier, j’adressais une lettre aux maires des communes de l’ouest lyonnais pour leur demander de venir en aide à cette famille de l’est … lyonnais.

Le 29 janvier 2016, TV Libertés consacrait son premier reportage “Témoins à charge” pour dénoncer le drame du logement en France et de l’injustice sociale.

Le 16 février 2016, nous avions le plaisir de vous donner des nouvelles d’Aouchka en annonçant que le DALO, Entreprise Habitat lui proposait enfin un logement dans Lyon après un an de squat dans une pièce insalubre à Pusignan. Mais les choses ont tardé et le dossier n’est passé en commission que le jeudi 4 mars dernier. Il a été accepté rendant l’appartement disponible sur le champ. Ou presque !!!…

Seule petite formalité à respecter : l’ACAL de Lyon doit se porter garant pour la caution. En général, l’instruction du dossier par cet organisme nécessite trois bonnes semaines mais une procédure d’urgence existe : il suffit à l’assistante sociale de la MDR (de Genas en l’espèce) de passer un coup de téléphone à l’ACAL (qui dispose à ce titre d’une ligne directe) et d’assortir ce coup de fil de l’envoi d’un courrier. Le dossier est alors validé dans la minute qui suit et les personnes concernées peuvent emménager dans l’heure.

Mais voilà !!! L’assistante sociale reçoit le mercredi 9 mars le courrier du DALO attestant que le dossier est accepté. Anouchka appelle la MDR le jeudi 10  “Oui j’ai bien reçu le dossier mais je m’en occuperai quand j’aurai un moment”. Anouchka appelle le vendredi 11 “Non, le courrier n’est pas parti. Je vais le donner à signer à mon supérieur et il partira au courrier de ce soir”. Anouchka se propose de récupérer le courrier signé pour le remettre en mains propres à l’ACAL. “Non, laissez-nous faire notre travail”.

Lundi 14, Anouchka appelle l’ACAL pour s’assurer qu’elle a bien compris la procédure d’urgence. Oui, il suffit de passer un coup de fil pour qu’elle soit enclenchée et que l’ACAL puisse se porter garante.

Mardi 15, l’ACAL n’a toujours pas reçu le courrier et toujours pas de coup de téléphone.
Mercredi 16 : l’ACAL n’a toujours pas reçu le courrier et toujours pas de coup de téléphone. Anouchka appelle l’assistante sociale de la MDR de Genas qui lui répond “Non, je ne téléphonerai pas à l’ACAL” “il faut attendre” “Je sais faire mon travail”.  Et après on s’étonne que des gens dorment dans leur voiture !

Anouchka a porté plainte ce jour à la gendarmerie de Saint-Laurent de Mure contre la MDR de Genas pour non assistance à personne en danger.