Coup de gueule de la semaine : et si la journée de la femme n’était qu’un gros coup de com ?

journéefemmesPar Muriel COATIVY, directrice FN69

Vous n’aurez pas raté l’évènement. Lyon et sa banlieue se couvrent d’affiches en vue du 8 mars 2016 et de sa nième journée internationale des droits des femmes avec cet innovant slogan “Nul n’est censé ignorer mes droits”. Une affiche d’accroche pour découvrir un programme marathon qui se clôture le dimanche 20 mars à 14h par un après-midi récréatif “chanter contre la violence” !

Cela semble assez bien résumer l’action offensive de nos politiques d’aujourd’hui …

Il ne vous aura pas échappé que dans le même temps la justice relaxait il y a moins d’un mois le rappeur Orelsan pourtant accusé des pires propos sexistes au nom du mal-être, du désarroi et du sentiment d’abandon d’une génération”.

Une grande enquête d’opinions IPSOS révélait le mois dernier que pour 27 % des Français, l’auteur d’un viol est moins responsable si la victime porte une tenue sexy. Alors, oui, l’après-midi “chants” va devoir être très récréatif !!!

Dans le même temps, Rachid Abou Houdeyfa, l’imam de Brest surnommé le “salafiste You Tube” tant il est présent sur les réseaux sociaux et donc très médiatique dans ses prêches, met en ligne une vidéo où il affirme que les femmes non-voilées ne doivent pas s’étonner d’être violées.

Pour rappel, l’imam salafiste de Brest, protégé par la municipalité socialiste et le gouvernement, ouvrira son école coranique à Brest où il accueillera des centaines d’enfants dès le mois de juin. Et dans l’indifférence générale, il se vante sur son site d’avoir eu le soutien du père Claude et du père Fabrice le 26 septembre dernier lors du repas de AI AID.

Alors certes, “nul n’est censé ignorer mes droits” mais c’est un peu le “qui ne dit mot consent” qui prime en l’espèce !!! Silence complice et complaisance silencieuse du gouvernement, de la justice, des autres religions … cela n’augure rien de bon.

Mesdames, attention, gros coup de com mardi. Mais, dans l’indifférence générale, votre vraie fête risque bien d’être tous les autres jours de l’année.