La Métropole en trompe-l’oeil

Cécile&Tony4499Par Cécile BENE, responsable Val de Saône et secrétaire à la communication

A Quincieux, vendredi 4 mars, une réunion a été organisée par Pascal DAVID, maire, entouré de deux autres maires : Marc GRIVEL, maire de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or et Renaud GEORGE, maire de Saint-Germain-au-Mont-d’Or sur le thème de la Métropole de Lyon.

La présentation de cette collectivité territoriale unique en France fut claire et objective. Les enjeux, les atouts mais aussi les risques de cette mégalopole ont été analysés de façon plutôt exhaustive.

Mais un problème majeur a été abordé: la sous-représentativité des petites communes à compter de 2020 en raison du nouveau mode électif. Ainsi, dans le secteur Val-de-Saône et Nord-Ouest lyonnais (Ecully, Dardilly, etc.), la circonscription M – qui compte 25 communes – n’aura plus que 14 conseillers métropolitains… Une situation d’autant plus choquante que, depuis bien longtemps, le Front National avait tiré la sonnette d’alarme sur la perte de souveraineté des communes vouées, à terme, à devenir de simples coquilles vides sans aucune justification.

Jusque là on ne pouvait qu’approuver ce constat. Mais… Et oui, il y a un mais… Au moment d’apporter des solutions, le pot aux roses fut dévoilé : les trois maires présents font partie du groupe Synergies Avenir et font le tour des communes du secteur (16ème conférence sur 29 municipalités appartenant à ce groupe) afin de préparer la riposte: monter une liste Synergies Avenir pour le secteur en vue des élections métropolitaines de 2020 ou alors se joindre à un parti le temps de la campagne afin d’être sur une liste et donc élu (dixit Renaud GEORGE)…

Donc finalement cette conférence sous couvert d’un but pédagogique avait un objectif beaucoup moins avouable de “prise de température ” sur les possibilités de constituer une liste d’union des maires non politisés (soi-disant uniquement au regard de l’élection du président de la Métropole Gérard COLLOMB). Autrement dit : il s’agissait pour ses organisateurs de trouver un moyen de conserver leur poste !

Alors là, Messieurs, attention : la campagne électorale des conseillers métropolitains n’a pas encore commencé. Vous risquez fort l’essoufflement !