Sainte-Foy-lès-Lyon – Affaire Preynat. Trop, c’est trop !

Par Muriel COATIVY, conseillère municipale Ste Foy Bleu MarinepreynatQui n’a pas entendu parler de l’affaire du Père Preynat, ce prêtre mis en examen le 27 janvier 2016 pour des agressions sexuelles sur de jeunes scouts entre 1986 et 1991 alors qu’il était vicaire de la paroisse Saint-Luc de Sainte-Foy-lès-Lyon ?

Cette “affaire” fait la UNE du Progrès depuis plus d’un mois. Chaque jour, ou presque, les journalistes nous submergent, au gré des rubriques, de nouvelles “informations”. Ce jour, alors qu’il est si rare d’avoir des nouvelles de notre commune Sainte-Foy-lès-Lyon dans “l’actu Lyon ouest”, une page entière nous convie aux témoignages de la communauté catholique de la commune. Les terroristes de Bruxelles passent du coup pour des touristes de passage, à côté, dans leur petit onglet !

Enfin, si rare, que dis-je ? hier mercredi 23 mars 2016, nous avons eu droit aussi, dans la rubrique enquête, à une page entière sur une prétendue légende selon laquelle, à Pâques, sur la commune, jusqu’en 1830, les bouchers dépeçaient des agneaux suspendus, prisonniers dans des cages en fer, en les écorchant vifs  … pour faire mémoire de la mort du Christ. Pour, au final de l’article, apprendre que ce ne serait qu’une pure légende à des fins anti-cléricales. A quoi bon donc une telle information donnée sur l’ensemble de la région ?

Il ne s’agit nullement de revenir sur l’éventuelle culpabilité du père Preynat et de l’éventuelle implication de ses supérieurs. La justice est saisie et nous devons lui laisser faire son travail. Le principe de la présomption d’innocence est un principe fondamental du système judiciaire français. Pourtant, encore une fois, l’appétit des médias à des fins mercantiles et anti-cléricales semble encore plus important que le respect de la loi, pouvant aboutir à un réel lynchage médiatique condamnant sans nuance un individu voire même en l’espèce toute une communauté.

A l’heure du #pasdamalgame et du #tousuniscontrelahaine, pourquoi un tel acharnement de mauvaise foi de notre presse locale dans la présentation de l’actualité et dans le respect de nos lois ? J’invite la direction du Progrès, dans ce même souci d’apaisement qui la guide à l’égard de certaines communautés, d’avoir la même démarche à l’égard de la communauté chrétienne. Pourquoi ne pas faire découvrir à vos lecteurs toute la richesse et la grandeur de la communauté chrétienne au travers des actions de l’association SOS Chrétiens d’Orient notamment, une association qui oeuvre à la réalisation de projets concrets promouvant la fraternité avec les chrétiens d’Orient. Il y aurait tant à dire. Vous ne seriez alors pas obligés de faire les fonds de bistrots de Sainte-Foy-lès-Lyon.