Désamiantage du cours Lafayette,  y a-t-il des risques pour les riverains ?

Vous avez dit brumisation, comme c’est bizarre !

Par Daniel  ALBOUT

courslafayette1Si l’on en croit la plaquette du Sytral, le désamiantage mis en  œuvre à partir du 29 mars, d’une partie du cours Lafayette, située  entre  le carrefour Moncey/Juliette Récamier et l’avenue de Saxe, d’une longueur de  huit cent mètres, se réduirait à une opération de « brumisation ».

Pourtant l’extrait ci-dessous de la circulaire du 15 mai 2013 du ministère de l’Ecologie et du développement durable démontre bien que ce chantier de rénovation routière, n’est pas aussi banal que l’on nous le présente.

« Protection des riverains et de l’environnement – Pour les chantiers de rabotage, avec des riverains à proximité : des mesures de l’empoussièrement sont obligatoires et doivent être incluses dans le cahier des charges du marché de l’entreprise ; on ne dispose pas aujourd’hui d’assez de chantiers de  référence pour déterminer le périmètre de ces mesures ».

Lorsque l’on sait que le chantier du cours Lafayette est réalisé à marche forcée, deux mois, alors qu’à Paris pour la mise en service du tramway T3, entre la porte de la Chapelle et la porte d’Asnières, soit une distance de 4,3 kms, le chantier de désamiantage débuté en avril 2015 s’achèvera fin 2018, on peut  raisonnablement se poser des questions !

courslafayette2D’autant plus que rien n’est précisé dans la plaquette du Sytral sur la surface à désamianter. Rien sur la taille des fibres susceptibles de « s’échapper » à l’air libre. Dans un nuage de poussière d’amiante, ce sont toujours les fibres courtes, d’une longueur inférieure à 5 microns. qui sont les plus nombreuses. Après inhalation, ces fibres migrent dans l’organisme jusqu’aux alvéoles pulmonaires  et s’installent durablement, les particules d’amiante, vingt mille fois plus petites qu’un cheveu pouvant même atteindre la plèvre !

Est-il prévu de suspendre les travaux en cas de vent important ? D’après la plaquette du Sytral  «  l’emprise du chantier est délimitée de barrières recouvertes d’un film polyane afin d’isoler la zone de travaux ». La photo des  « barrières »  montre bien  que les riverains devront assumer eux-mêmes leur protection.

Enfin de quelle amiante s’agit- il ?  De  chrysolite ou amiante blanc, variété la plus courante, dont les gisements sont situés principalement en Russie et au Canada. De crocidolite ou amiante bleu, très rare et  hautement toxique, d’actinolite la plus chère à traiter parce que l’une des plus dangereuses, de  trémolite, d’anthophylite…..

courslafayette3
Groupe scolaire Jean Jaurès sur le trajet du chantier

Tout cela pourquoi ?

Tout cela pour un projet imposé par deux hommes, Thierry Philip et Gérard Collomb, un projet fou de création  d’un site propre  pour le trolley C 3. En restreignant la circulation automobile à une voie et en supprimant  les stationnements côté Nord du cours Lafayette, les compères Collomb et Philip vont asphyxier la circulation automobile, pénaliser fortement l’activité des commerces et dégrader le cadre de vie des riverains, plus de 140 arbres ont  déjà été abattus… tout cela pour gagner sur le temps de parcours,  de « Cordeliers »  à   « Laurent Bonnevay » entre 8 et 12 minutes !

Il est vrai que ce projet était au cœur de l’accord  passé entre les Verts et le PS. Après les travaux du cours Emile Zola à Villeurbanne, la chasse idéologique à la voiture se poursuit, on est  loin de la  proposition raisonnable du Front National…. de prévoir une nouvelle ligne de métro sur cet axe qui représente un potentiel de  80 000 passagers par  jour.

Entre 60 et 70 millions d’euros seront dépensés inutilement, une erreur de plus dans la politique des transports, une fois de plus un choix qui n’est pas à la hauteur des enjeux.

courslafayette4
Barrières de confinement censées protéger les riverains !