Bienvenue dans notre belle France version 2017 : Bisounoursland.

Par Muriel COATIVY, secrétaire départemental FN69

Lors de la réunion publique du 14 décembre dernier à Châtillon d’Azergues, je demandais au sous-préfet Pierre Castoldi si cela ne leur posait pas de problème de retenir contre leur gré des personnes étrangères souhaitant coûte que coûte rejoindre l’Angleterre, a fortiori dans un Etat de droit comme le nôtre où la libre circulation des personnes dans l’espace européen est un principe fondamental de l’Union Européenne.

On nous rétorque depuis des semaines que ce sont des mineurs, des enfants, des “garçons”, des “jeunes”, des “grands ados” … mais aucune preuve de leur âge, aucune déclaration en ce sens de façon catégorique de la part des autorités. Alors on invoque leur supposée minorité pour déclencher une procédure de fugue dans le cadre de la Protection de l’enfance. Et on tente de remplir coûte que coûte le Château même si les “enfants” récupérés à la gare ne sont pas à l’identique ! Qu’importe. Pour les tournois foot, les ateliers bois ou les soirées jeux de société, on ne peut pas rester à 4 !

La cerise sur le gâteau dans ce beau pays démocratique où la liberté de la presse est reine : pour la chargée de communication de la fondation OVE “Nous ne pourrons plus accueillir les journalistes dans le centre”. Circulez, on s’occupe de tout. 

Bienvenue dans cette belle France version 2017 Bisounoursland.

Le Progrès Edition du 25/12/16

Le Progrès Edition du 05/01/17