Réunion publique à Bron ce mercredi 22 mars 2017

Soyez les bienvenus aux côtés de Muriel COATIVY, secrétaire départemental FN69, Jean-Marie NICOLAS responsable de la VIIème circonscription du Rhône, Jean-Pierre FEYSSAGUET, élu Bron Bleu Marine et les responsables de secteur à une réunion publique à Bron ce mercredi 22 mars 2017. En route vers la présidentielle. #Marine2017


Tribune libre de Muriel COATIVY – Ste-Foy-lès-Lyon – Mars 2017

Notre police municipale, enfin armée, sera-t-elle pour autant protégée ?

Ce 2 février 2017, Madame Sarselli a enfin annoncé, lors du dernier conseil municipal, sa décision d’armer la police municipale de notre commune afin de la protéger, et ce, sans changer sa mission de proximité.

Nous ne pouvons que saluer une telle décision même si nous regrettons qu’elle ait été si tardive. Sur notre secteur, Irigny a armé sa police municipale dès 1996 suivi depuis peu par Pierre-Bénite, Tassin-la-Demi-Lune et Oullins. La commune s’inscrit donc dans une dynamique locale … et nationale. Et pour cause … Rappelons que nous sommes en état d’urgence, en état de guerre et que nos policiers, tous uniformes confondus, sont les premiers visés.

Mais, soyons lucides et vigilants. Des pistolets 9 mm ne suffiront pas à combattre des kalachnikovs en cas d’attaques terroristes. Et nos caïds de banlieue continueront de rire de notre police, même armée.

Parce que, conditionnés par des années de brimades et de menaces, par une législation contraignante envers nos forces de l’ordre et une justice donnant un sentiment d’impunité aux délinquants, nos policiers les mieux armés, les plus légitimes, ceux qui représentent l’ordre, réfléchissent tellement avant de sortir leur arme que lorsque qu’ils le font, au mieux ils sont déjà écrasés ou brûlés, au pire ils sont morts.

Parce que, soyons lucides,  ceux en face, ceux qui allument le brasier et les empêchent de sortir, forts d’un sentiment de pouvoir et d’impunité, fruit d’une justice laxiste basée sur la culture de l’excuse, se rient bien d’un 9 mm pour lequel la législation et la justice ne laissent que peu de chance d’usage au policier. Alors, n’oublions jamais, un policier armé, c’est bien ; un policier vivant, c’est mieux.

Madame le Maire a donc pris une décision nécessaire et courageuse. Mais, élus de tout bord, nous devons garder en mémoire que cette mesure ne suffira pas à assurer la sécurité de notre police et, par conséquent, à assurer notre propre sécurité. D’autres décisions radicales et courageuses devront être prises en haut lieu. Sans quoi la profonde colère de nos policiers continuera de se faire légitimement entendre.


Lundi 6 mars 2017 Réunion militante sur la XIIème circonscription du Rhône avec Muriel COATIVY

Chers amis de l’ouest lyonnais,

Je vous donne rendez-vous le lundi 6 mars 2017 à 20h à Sainte-Foy-lès-Lyon pour renforcer localement la dynamique de campagne autour de la candidature de Marine.

Aidez-nous à remettre la France en ordre en 5 ans !

Rejoignez l’équipe militante Front national sur la XIIème circonscription (Irigny, Pierre-Bénite, Charly, Vernaison, Oullins, La Mulatière, Ste-Foy-lès-Lyon, Francheville, Tassin-la-Demi-Lune).

Merci à mes fidèles militants. Bienvenue aux nouveaux.

Muriel Coativy


Notre police municipale, enfin armée, sera-t-elle pour autant protégée ?

Tribune libre de Muriel COATIVY, Sainte-Foy-lès-Lyon – mars 2017

Ce 2 février 2017, Madame Sarselli a enfin annoncé, lors du dernier conseil municipal, sa décision d’armer la police municipale de notre commune afin de la protéger, et ce, sans changer sa mission de proximité.

Nous ne pouvons que saluer une telle décision même si nous regrettons qu’elle ait été si tardive. Sur notre secteur, Irigny a armé sa police municipale dès 1996 suivi depuis peu par Pierre-Bénite, Tassin-la-Demi-Lune et Oullins. La commune s’inscrit donc dans une dynamique locale … et nationale. Et pour cause … Rappelons que nous sommes en état d’urgence, en état de guerre et que nos policiers, tous uniformes confondus, sont les premiers visés.

Mais, soyons lucides et vigilants. Des pistolets 9 mm ne suffiront pas à combattre des kalachnikovs en cas d’attaques terroristes. Et nos caïds de banlieue continueront de rire de notre police, même armée.

Parce que, conditionnés par des années de brimades et de menaces, par une législation contraignante envers nos forces de l’ordre et une justice donnant un sentiment d’impunité aux délinquants, nos policiers les mieux armés, les plus légitimes, ceux qui représentent l’ordre, réfléchissent tellement avant de sortir leur arme que lorsque qu’ils le font, au mieux ils sont déjà écrasés ou brûlés, au pire ils sont morts.

Parce que, soyons lucides,  ceux en face, ceux qui allument le brasier et les empêchent de sortir, forts d’un sentiment de pouvoir et d’impunité, fruit d’une justice laxiste basée sur la culture de l’excuse, se rient bien d’un 9 mm pour lequel la législation et la justice ne laissent que peu de chance d’usage au policier. Alors, n’oublions jamais, un policier armé, c’est bien ; un policier vivant, c’est mieux.

Madame le Maire a donc pris une décision nécessaire et courageuse. Mais, élus de tout bord, nous devons garder en mémoire que cette mesure ne suffira pas à assurer la sécurité de notre police et, par conséquent, à assurer notre propre sécurité. D’autres décisions radicales et courageuses devront être prises en haut lieu. Sans quoi la profonde colère de nos policiers continuera de se faire légitimement entendre.


La Saulaie à Oullins : un quartier calme où il fait bon vivre ?

Par Alain GODARD, élu Oullins Bleu Marine

Oullins n’est pas Chicago d’après le Maire François Noël BUFFET et ses amis de gauche. Dixit : il ne faut surtout faire d’amalgame ; le quartier de La Saulaie est un quartier calme et tranquille où tout va bien. Pour se défendre de l’agitation qui règne dans ce quartier, la gauche invoque comme prétexte qu’il s’agit d’un quartier oublié où rien n’a jamais était fait pour le rendre agréable à vivre.

Cependant, il faut bien se rendre à l’évidence. Depuis l’arrivée du métro, la vie s’est dégradée dans le quartier. Certes, la facilité apportée par son arrivée pour un certain nombre d’Oullinois ne doit pas faire oublier qu’il apporte aussi un mouvement de population, extérieure à la commune, plus important et une gare de transit qui apporte son lots de perturbation ; il ne faut pas se voiler la face.

Si Oullins était, par le passé, une ville tranquille et agréable à vivre, depuis quelques années, de part la politique de la ville menée par la majorité actuelle, elle est devenue une ville difficile avec des zones de non droit malgré les propos rassurant de Monsieur le Maire qui ne sait plus trop comment apaiser les esprits d’une population qui en a marre de cet incivisme et des agressions à répétition.

Pour preuve nous rappelons quelques faits qui s’y sont passés depuis 4 mois :

17.10.2016 : un employé municipal est agressé mais arrive à prendre la fuite sans être blessé.

18.10.2016 : un équipage de la police est victime de jets de projectiles

19.10.2016 : des individus escaladent un mur pour détruire la vidéo surveillance

20.21.10.2016 :dans la nuit, des individus décrochent dans une école le drapeau français pour le remplacer par le drapeau algérien. Les murs sont tagués et l’on peut lire : “Ici pas de flic et pour les autres, on est prié de la fermer”.

23.24.10.2016 : des coffrets électriques sont dégradés et les employés de la société qui opèrent au changement de ces coffrets sont pris à partie et insultés.

Dans le même mois la gendarmerie fait l’objet de jets de cocktails Molotov sans blessé heureusement.

Et enfin, pour couronner le tout, ce 13 février dernier, 300 gendarmes avec hélicoptère et chiens anti-drogue sont envoyés pour une opération drogue toujours dans le quartier de la Saulaie dont on savait déjà depuis longtemps ce qu’il s’y passait.

Mais pour pouvoir continuer à clamer haut et fort que la commune est une ville paisible et agréable à vivre,  l’équipe municipale en place se voile la face sous la houlette de son maire.

Oui Oullins est devenu une ville sans âme et surtout très insécuritaire, n’en déplaise à certains.