Agnès MARION reçoit Louis ALIOT ce samedi 21 janvier 2017 à BRIGNAIS

Chers amis,
 
A l’aube de cette nouvelle année, je tiens en premier lieu à vous adresser tous mes voeux : que 2017 vous apporte, à vous et à ceux qui vous sont chers, toutes les joies possibles.
 
Pour notre pays, que cette année capitale soit celle de la victoire qui nous permette enfin de renouer avec notre identité, notre liberté, notre souveraineté et notre prospérité, derrière Marine Le Pen !
 
Pour bien commencer cette année militante s’il en est, nous avons l’honneur de recevoir Louis Aliot, vice-président du Front National, député européen pour un déjeuner de campagne le samedi 21 janvier à midi au Café de la Gare à Brignais.
 
Participation aux frais : 20€
Menu : 
-apéritif 
-salade périgourdine 
-suprême de volailles
-ronde des desserts
-Café et vin compris 
 
 
Accès : 
-15 minutes de Bellecour par A7 puis A450 sortie Brignais 
-25 minutes en tram-train par la ligne Saint Paul/Gorges de loup/Brignais 
 
Dans l’attente de vous retrouver samedi, recevez mes meilleures salutations patriotiques.
 
Agnès Marion
Conseillère Régionale
Présidente du Cercle Fraternité
Responsable Xe circonscription du Rhône

Bienvenue dans notre belle France version 2017 : Bisounoursland.

Par Muriel COATIVY, secrétaire départemental FN69

Lors de la réunion publique du 14 décembre dernier à Châtillon d’Azergues, je demandais au sous-préfet Pierre Castoldi si cela ne leur posait pas de problème de retenir contre leur gré des personnes étrangères souhaitant coûte que coûte rejoindre l’Angleterre, a fortiori dans un Etat de droit comme le nôtre où la libre circulation des personnes dans l’espace européen est un principe fondamental de l’Union Européenne.

On nous rétorque depuis des semaines que ce sont des mineurs, des enfants, des “garçons”, des “jeunes”, des “grands ados” … mais aucune preuve de leur âge, aucune déclaration en ce sens de façon catégorique de la part des autorités. Alors on invoque leur supposée minorité pour déclencher une procédure de fugue dans le cadre de la Protection de l’enfance. Et on tente de remplir coûte que coûte le Château même si les “enfants” récupérés à la gare ne sont pas à l’identique ! Qu’importe. Pour les tournois foot, les ateliers bois ou les soirées jeux de société, on ne peut pas rester à 4 !

La cerise sur le gâteau dans ce beau pays démocratique où la liberté de la presse est reine : pour la chargée de communication de la fondation OVE “Nous ne pourrons plus accueillir les journalistes dans le centre”. Circulez, on s’occupe de tout. 

Bienvenue dans cette belle France version 2017 Bisounoursland.

Le Progrès Edition du 25/12/16

Le Progrès Edition du 05/01/17

Franck DISDIER, nouvel élu RBM au conseil municipal de TARARE, remplace Céline LACOURBAS

Muriel COATIVY et le bureau de la fédération Front national du Rhône remercient chaleureusement Céline LACOURBAS pour son investissement militant à défendre les idées du Front national depuis son entrée au conseil municipal de Tarare et au conseil communautaire de la COR en mars 2014 et lui souhaitent une belle continuation dans tous ses projets à venir. Nous souhaitons la bienvenue au sein de nos élus du Rhône à Franck DISDIER, 26 ans, Tararien que nous aurons l’occasion de vous présenter plus longuement prochainement.

Nous allons en outre saisir les autorités compétentes pour dénoncer le déni de démocratie engendré par leurs lois iniques sur la parité.

tararedec16Le Progrès – Edition du 2 décembre 2016

Les soudanais du château de Châtillon d’Azergues, nostalgiques des barrages de Calais !

entete-fn69

COMMUNIQUÉ DE LA FÉDÉRATION FRONT NATIONAL DU RHÔNE

Depuis le 3 novembre dernier, Châtillon d’Azergues, petite bourgade paisible de 2500 âmes, connaît une situation de crise sans précédent… l’arrivée de “migrants” soudanais. 36 mineurs isolés selon certains, 55 clandestins majeurs selon d’autres. Qui croire eu égard au peu de transparence de la situation ? Sur la photo du Progrès du 4 novembre dernier, nos “jeunes adolescents” font preuve d’une grande maturité…
Selon le directeur du centre qui les loge : «  Ces braves soudanais aspirent à vivre paisiblement et ne causent de tort à personne ». Sic. Mais voila que rien ne se passe comme prévu…

Moins d’un mois après leur installation, le Collectif Châtillon en Colère reçoit déjà plaintes et doléances :
Le dimanche 20 novembre, huit de ces clandestins s’introduisent par effraction dans une propriété privée du quartier de la Colletière, et menaçants, ont détérioré clôture et piscine hors sol.
Le samedi 26 novembre, nos clandestins se plaignent de la qualité « médiocre »  des repas qui leur sont servis gracieusement à la cantine et se rebiffent en organisant une manifestation sauvage par un barrage de rue dans le village. Le Progrès, dans sa transparence journalistique, parle d’une dizaine de migrants à manifester leur mécontentement vis-à-vis de la cantine. Ils sont en réalité une bonne vingtaine à provoquer un barrage de rue dans le village, délit passible rappelons-le de 4.500 € d’amende et de 2 ans d’emprisonnement ! (art. L 412-1 du code de la route).
Le maire, alerté par ses riverains, reçoit le Collectif Châtillon en Colère et se déclare impuissant quand à leurs revendications légitimes. Le maire entame une médiation et cherche une solution.
Eurêka ! Le lundi 28 novembre, le collège-Lycée Simone Weil a l’insigne honneur d’être le premier établissement à ouvrir une classe pour accueillir les “jeunes mineurs isolés”, parlant tous arabes ou anglais, mais aucun le français. S’agit-il de leur ouvrir une classe de cours de séduction pour éduquer les nouveaux venus souffrant du barrage de la langue à l’art du flirt et à la “sexualité française” à l’instar de l’Allemagne ?

Muriel Coativy, Philippe Drobniak, responsable de la 8ème Circonscription et les adhérents FN du Rhône apportent tout leur soutien au Collectif « Châtillon en colère » et aux associations lucides qui se battent pied à pied pour faire respecter le droit. Le désintérêt des pouvoirs publics face à ces situations dangereuses doit être dénoncé et le désarroi des habitants entendu.
Nous demandons au préfet, responsable des « fragiles » équilibres sociaux et économiques, de prendre des mesures coercitives pour faire rapatrier immédiatement ces clandestins à la frontière et de cesser définitivement l’implantation forcée de clandestins qui ne souhaitent aucunement se soumettre aux lois françaises et encore moins rester en France.
Les incantations droitdelhommistes et les insultes des responsables politiques et des associations de migrants envers les populations rhodaniennes désemparées sont devenues totalement grotesques et indécentes.
Une chose est sûre, les Châtillonnais se souviendront dans les urnes du traitement hors-norme de situations pour le moins ubuesques qui pourraient vite tourner à la catastrophe. Au nom du Peuple, en 2017, je vote Marine !

migrantschatillon

Le gouvernement, pompier pyromane du Sud-Soudan, joue la carte d’un humanisme à deux vitesses.

Par Philippe DROBNIAK, responsable de la VIIIème circonscription du Rhône.

p-drobniakLe maire de Chatillon d’Azergues, Monsieur Bernard MARCONNET, annonce à ses administrés l’arrivée de jeunes migrants sud-soudanais… Annonce bien évidemment faite après leur arrivée, arrivée que la mairie présente d’ailleurs comme « imposée » par la sous-préfecture. Mais plus fondamentalement cet accueil représente-t-il une vraie solution ?

Rappelons brièvement le contexte… Le Sud-Soudan, pays créé en 2011, est miné par une guerre entre deux ethnies. Ce pays est le siège de nombreuses atrocités dont sont victimes adultes et enfants, femmes et hommes. De nombreux jeunes fuient, et c’est bien normal, ce cauchemar…

Les pays occidentaux dont la France en tête, sont souvent les déclencheurs, les apprentis sorciers, pour ensuite devenir les destinataires d’une migration non contrôlée, qui vague après vague, risque de déstabiliser notre pays, et désormais jusqu’à nos petites villes de campagne.

Or, ces générations de jeunes seront indispensables à leur pays d’origine. La priorité est de restabiliser ces pays pour leur permettre d’y vivre.

Nous dénonçons la complicité de certains maires, qui se gardent bien de consulter en amont leur administrés, avec les services de l’état, pour imposer des installations de migrants dans des lieux que l’on croyait non conformes (sécurité, salubrité).

Combien de nos jeunes de région, chômeurs, précarisés, pour certains vivant dans la rue, auraient pu profiter de ce lieu d’hébergement ?

Nous dénonçons cet humanisme à deux vitesses !

Véhicules, mobilier urbain, gymnase incendié à Villefranche-sur-Saône : Tout cela va-t-il continuer encore longtemps ?

boudotcCommuniqué de Christophe Boudot – le 2 novembre 2016

Président du groupe Front National

au Conseil régional Auvergne–Rhône-Alpes

 

Faisant suite aux voitures incendiées de ces derniers jours, et à une longue litanie de locaux, d’une église, de maisons des associations, maison de quartiers, locaux de jeunes, incendiées depuis 4 ans, c’est au tour du gymnase du quartier de Belleroche d’avoir été totalement incendié dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre.

Même si l’enquête devra déterminer l’origine du sinistre, il ne fait guère de doute que cette nouvelle et insupportable dégradation est la conséquence logique de l’insécurité chronique qui gangrène la ville de Villefranche, aujourd’hui ville islamisée, communautarisée dont des responsables politiques dépassés ne savent plus stopper l’insécurité.

J’accuse tous ces responsables politiques qui se sont succédés depuis des années de ne plus être à la hauteur des enjeux terribles de notre société. Ils ont tout laissé faire, ils ont tout accepté et leur soumission a condamné nos compatriotes du beaujolais, les forces de l’ordre et les pompiers  à une insécurité permanente.

Ce drame va encore coûter très cher à la collectivité et ce seront toujours les mêmes qui paieront les dégâts.

Cette caste politique dynastique d’un autre âge doit laisser la place à des responsables politiques plus compétents et plus déterminés qui seront les nouveaux relais locaux, députés, maires, du Front national dans la perspective de la victoire dans quelques mois de Marine Le Pen à l’Elysée.