Oullins Bleu Marine seul à rappeler l’échec de la politique de la ville à la Saulaie.

Alain Godard, élu Oullins Bleu Marine, a dénoncé jeudi 6 avril en conseil municipal d’Oullins la convention cadre relative à la gestion sociale et urbaine de proximité, concernant notamment le quartier de la Saulaie.

A l’instar de Stéphane Ravier qui a dénoncé dans Questions politiques sur France Inter le 2 avril dernier l’échec du “vivre ensemble”, Alain Godard a voulu pointer du doigt ces élus d’Oullins tant de gauche que de droite qui injectent sur la commune des milliers d’euros dans ce que la Cour des Comptes a dénoncé depuis des années comme étant un échec mais qui le font pour se donner bonne conscience, pour montrer qu’ils sont de bons apôtres du “vivre ensemble”, refusant délibérément de prendre en compte la réalité, le “vivre avec”. Parce ce que la réalité, c’est le communautarisme. Parce que la réalité, c’est l’insécurité. Parce que la réalité, c’est un échec.

Alain GODARD a été le seul élu à Oullins jeudi soir à rappeler LA réalité.

 

 

 

 

 

 


Réunion publique à Bron ce mercredi 22 mars 2017

Soyez les bienvenus aux côtés de Muriel COATIVY, secrétaire départemental FN69, Jean-Marie NICOLAS responsable de la VIIème circonscription du Rhône, Jean-Pierre FEYSSAGUET, élu Bron Bleu Marine et les responsables de secteur à une réunion publique à Bron ce mercredi 22 mars 2017. En route vers la présidentielle. #Marine2017


Samedi 25 mars 2017, le FN69 reçoit le collectif “Banlieues Patriotes” et son président Jordan Bardella.

Grande mobilisation militante à Vénissieux samedi 25 mars 2017 autour de Jordan Bardella, président du collectif Banlieues Patriotes et Damien Monchau, élu municipal Vénissieux Bleu Marine et responsable de la XIVème circonscription du Rhône.

Déjeuner à la Brasserie de la Paix. PAF 15 €

Réservez-vite votre table ==> https://www.weezevent.com/

Pour en savoir plus sur le collectif Banlieues Patriotes http://www.banlieuespatriotes.fr/

Et télécharger le livre blanc “Manifeste pour une République apaisée” : 50 pages de propositions pour une France apaisée.


Tribune libre de Muriel COATIVY – Ste-Foy-lès-Lyon – Mars 2017

Notre police municipale, enfin armée, sera-t-elle pour autant protégée ?

Ce 2 février 2017, Madame Sarselli a enfin annoncé, lors du dernier conseil municipal, sa décision d’armer la police municipale de notre commune afin de la protéger, et ce, sans changer sa mission de proximité.

Nous ne pouvons que saluer une telle décision même si nous regrettons qu’elle ait été si tardive. Sur notre secteur, Irigny a armé sa police municipale dès 1996 suivi depuis peu par Pierre-Bénite, Tassin-la-Demi-Lune et Oullins. La commune s’inscrit donc dans une dynamique locale … et nationale. Et pour cause … Rappelons que nous sommes en état d’urgence, en état de guerre et que nos policiers, tous uniformes confondus, sont les premiers visés.

Mais, soyons lucides et vigilants. Des pistolets 9 mm ne suffiront pas à combattre des kalachnikovs en cas d’attaques terroristes. Et nos caïds de banlieue continueront de rire de notre police, même armée.

Parce que, conditionnés par des années de brimades et de menaces, par une législation contraignante envers nos forces de l’ordre et une justice donnant un sentiment d’impunité aux délinquants, nos policiers les mieux armés, les plus légitimes, ceux qui représentent l’ordre, réfléchissent tellement avant de sortir leur arme que lorsque qu’ils le font, au mieux ils sont déjà écrasés ou brûlés, au pire ils sont morts.

Parce que, soyons lucides,  ceux en face, ceux qui allument le brasier et les empêchent de sortir, forts d’un sentiment de pouvoir et d’impunité, fruit d’une justice laxiste basée sur la culture de l’excuse, se rient bien d’un 9 mm pour lequel la législation et la justice ne laissent que peu de chance d’usage au policier. Alors, n’oublions jamais, un policier armé, c’est bien ; un policier vivant, c’est mieux.

Madame le Maire a donc pris une décision nécessaire et courageuse. Mais, élus de tout bord, nous devons garder en mémoire que cette mesure ne suffira pas à assurer la sécurité de notre police et, par conséquent, à assurer notre propre sécurité. D’autres décisions radicales et courageuses devront être prises en haut lieu. Sans quoi la profonde colère de nos policiers continuera de se faire légitimement entendre.