Les migrants arriveront-ils à Saint Genis Laval ?

YCrubellierCommuniqué de presse
Saint Genis Bleu Marine
Yves CRUBELIER

 

Pour la seconde fois, Monsieur le Maire a refusé notre proposition de vœu, celle-ci concernant l’accueil des migrants, partout en France, suite au projet de démantèlement de la jungle de Calais.

D’ordinaire, Monsieur le Maire de St Genis Laval n’hésite jamais à prendre la posture du grand démocrate, devant ses administrés.

Concernant ce dossier, les Saint Genois ne peuvent que constater qu’il s’agit d’une démocratie de façade. Il n’y aura donc pas de débat. L’adage dit « Qui ne dit mot consent ».

Il est légitime de craindre que notre ville doive encore accueillir des migrants, en sus de ceux déjà accueillis, notamment au CADA.

L’enfer Calaisien s’étendra désormais à toute la France et sans doute à notre Commune. Celles-ci sont en effet contraintes d’accueillir des dizaines de migrants, sans aucune proportion avec la population locale ni sans que celle-ci puisse faire valoir sa position.

Cette folle politique est vécue par nos compatriotes comme un passage en force. D’après EUROPOL, DAESH infiltrerait ses combattants parmi les migrants. Après les attentats qui ont ensanglanté la France cet été, ce risque ne semble pas vraiment inquiéter nos gouvernants. Quelles seront les impacts sur les finances locales ? En ces périodes de chômage de masse, on ne peut raisonnablement espérer que tous trouvent un travail rémunéré. Quel sera l’impact sur le marché immobilier ?

Contrairement aux allégations du Ministre de l’intérieur, cette politique ne sera ni maîtrisée ni limitée dans le temps. En effet, aux 12 000 migrants issus de la jungle de Calais, il faudra prochainement rajouter les 30 000 migrants prévus par le mécanisme de relocalisation décidé par le président de la commission européenne, Jean Claude Juncker, et voté de concert au Parlement européen par les Socialistes et les Républicains. Sans même parler de ceux qui continuent à entrer sur le territoire français illégalement.

Attaché à la défense de notre commune, le groupe Saint Genis Bleu marine appelle tout les Saint Genois à nous rejoindre, pour défendre notre commune contre cette déferlante migratoire non maîtrisée.

Yves CRUBELLIER
Président du groupe St Genis bleu marine

PJ : la proposition de vœu

29-09-16-1


Des jeunes d’un centre social Saint-Genois dégradent le centre nautique villeurbannais

YCrubellierCommuniqué de presse d’Yves CRUBELLIER, conseiller municipal de Saint-Genis-Laval

Du 1er août 2016

Le Progrès du 30 juillet 2016 titrait « Altercation à la piscine : le centre social de St-Genis impliqué »

Un groupe d’adolescents et deux animateurs dépendant d’un centre social se sont vu refuser l’entrée de la piscine de Villeurbanne car ils n’en avaient pas fait la demande au préalable, comme l’exige le règlement intérieur de l’établissement Villeurbannais, ce qui n’a pas manqué de provoquer la colère de ce groupe d’adolescents.

S’en sont suivies une altercation avec les vigiles et des dégradations.

Saint Genis Bleu marine condamne fermement ces agissements et demandent à ce que les animateurs apportent toutes explications utiles sur ces débordements.

Lors du prochain conseil municipal du 27 septembre, Saint Genis Bleu marine interpellera le Maire afin d’obtenir réponse aux questions suivantes :

– De quel centre social s’agit-il ?
– Qui va payer les dégâts ?
– Quelles sanctions ont été prises ou seront prises ?

La réponse doit être ferme d’autant que le contribuable, qu’il soit St Genois ou Villeurbannais, n’a pas à prendre en charge ces dégradations.

stgenis30.07.16

La première des trois questions a apporté sa réponse dans l’édition du Progrès du 3 août 2016 mais semble loin de régler les deux autres !

stgenislaval3.08.16

Sur le même sujet : communiqué de presse de Stéphane PONCET, Villeurbanne Bleu Marine.


Ces maires de l’ouest lyonnais qui cèdent au chant des muezzins

MurielCPar Muriel COATIVY, secrétaire départementale FN69

Saint-Genis-Laval hier, Brignais aujourd’hui, Oullins demain … nos maires contournent délibérément la loi de 1905 pour soutenir la construction de mosquée dans leur ville.

Ce soutien se réalise en cinq étapes :

  1. Inviter la collectivité musulmane de la commune à créer deux associations, l’une cultuelle et l’autre culturelle.
  2. Mettre à disposition de l’association un terrain municipal par le biais d’un BEA (bail emphytéotique administratif).
  3. Fermer les yeux sur la provenance des fonds servant à financer la construction du site (fonds privés mais aussi fonds étrangers, éventuel blanchissement d’argent …). Certaines mairies se portent même garantes des emprunts contractés par les associations religieuses.
  4. Mettre elle-même la main à la poche en finançant via des subventions municipales la construction et/ou le fonctionnement des équipements culturels (bibliothèque, activités de soutien scolaire, salon de thé …).
  5. Accessoirement signer une charte d’accompagnement de la rénovation des institutions représentatives du culte musulman fixant dix engagements à réaliser dans un temps non défini. Cas de Brignais ce mois-ci.

Aujourd’hui les municipalités -toutes tendances politiques confondues à l’exception du Front national- sont en passe de devenir les premiers bailleurs fonciers du culte musulman par le biais de l’article L1311-2 du CGCT définissant les BEA.  Initialement ruraux, ces baux emphytéotiques sont devenus administratifs “en vue de l’affectation à une association cultuelle d’un édifice du culte ouvert au public” et en contradiction manifeste de la loi de 1905 imposant l’obligation de neutralité religieuse de l’Etat.

En principe, au terme du bail (minimum 18 ans) aux loyers par hypothèse modérés, l’édifice appartient au propriétaire du terrain, donc à la mairie. Mais en pratique, le BEA cultuel n’est pas un bail mais une cession déguisée de terrain à vil prix car, à l’issue du bail, la municipalité n’aura aucun intérêt à récupérer le bien.En effet, tenue par la neutralité du service public à l’égard des religions, elle devra réaliser d’importants travaux à sa charge pour transformer la mosquée en lieu neutre de service public. Il ne semble pas que ce soit l’objectif poursuivi par nos maires actuellement. Si officiellement leur motivation est plutôt de “combler le déficit de mosquées” (dixit) qui ne va pas aller en diminuant dans le contexte actuel, leur motivation officieuse est aussi de courtiser les électeurs de confession musulmane. (aperçu du livre “ces maires qui courtisent l’islamisme” de Joachim Véliocas).

brignaismosquee


Insécurité c’est reparti ! Une municipalité qui abandonne les St Genois !

YCSaint-Genis-Laval, le  3 Avril 2016

COMMUNIQUE  DE  PRESSE de SAINT-GENIS BLEU MARINE

Depuis plus de 8 jours, une carcasse de voiture volée est abandonnée sur le parking du quartier du Champlong, sans que cela ne dérange apparemment les services de la municipalité qui auraient pu la débarrasser rapidement.

De même, une habitante a retrouvé, il y a quelques jours, sa voiture vandalisée !

Cette nuit, un autre habitant handicapé, qui ne peut se déplacer qu’en fauteuil roulant, s’est fait voler son véhicule Kangoo, spécialement aménagé. Chacun imagine le désespoir de cet homme !

Ces actes de vandalisme sont le résultat d’une politique laxiste en matière de sécurité.

Le déficit du budget culture, 426.000 €, serait peut-être bienvenu pour renforcer les moyens humains et matériels de la police municipale.

Seuls les élus de St Genis Bleu marine ont le courage de dénoncer ces faits et de proposer de vraies solutions en matière de sécurité par la mise en place de rondes de la police municipale de jour comme de nuit. Seuls les élus de St Genis Bleu marine ont osé demander l’ouverture d’un débat sur l’armement de notre police municipale.

La sécurité est la première des libertés !

Yves CRUBELLIER
Président du groupe St Genis bleu marine

 


Saint Genis Bleu Marine – Vote du budget primitif 2016

photoyvesRPar Yves Crubellier, conseiller Saint Genis Bleu Marine

http://www.stgenisbleumarine.fr/

“Je ne reviendrai pas sur les données économiques nationales, nous avons déjà formulé nos observations lors du débat d’orientation budgétaire au mois de janvier.

Mais ce soir, ce sont bien de Saint Genis Laval et les Saint Genois qui sont concernés.

Le budget s’élève à plus de 33 Millions d’euros (fonctionnement et investissement), montant identique à l’an dernier. Ce montant résulte d’une orientation uniquement politique que je ne commenterai pas, ici. On peut quand même s’interroger sur la pertinence et la nécessité d’un tel budget au regard du contexte économique national et local.

Concernant les dépenses de fonctionnement, celles-ci augmentent de 0,15%, comme l’an dernier.

Concernant les charges à caractère général, nous relevons une baisse de plus de 148.249 €. Nous tenons à féliciter les services qui réalisent des économies, notamment sur le poste gardiennage – 34.478 € (églises, forêts), multirisque – 17.464 €, énergie : – 45 000 €, et même les frais de communications qui diminuent de 2 140 €, bien que le poste s’élève encore à 68 705 €, somme toujours trop élevée, surtout au regard des offres tarifaires actuellement sur le marché. Quoi qu’il en soit, nous continuerons à attirer votre attention sur cette situation et nous ne désespérons pas de voir ce poste diminuer de façon significative d’ici la fin de la mandature.

Si certains postes augmentent de manière significative, comme le poste maintenance + 33.000 €, contrat de prestation de services + 37 000 €, eau + 17 500 €, honoraires + 34 000 €, d’autres restent stables. Il faut reconnaître qu’un minimum de moyens sont nécessaires pour le fonctionnement des services et que de nouvelles économies ne sont guère envisageables. Les charges de personnel augmentent relativement peu, sans doute la revalorisation du SMIC, les TAP….

Néanmoins, un poste a retenu notre attention. (suite…)


  • 1
  • 2