Samedi 25 mars 2017, le FN69 reçoit le collectif “Banlieues Patriotes” et son président Jordan Bardella.

Grande mobilisation militante à Vénissieux samedi 25 mars 2017 autour de Jordan Bardella, président du collectif Banlieues Patriotes et Damien Monchau, élu municipal Vénissieux Bleu Marine et responsable de la XIVème circonscription du Rhône.

Déjeuner à la Brasserie de la Paix. PAF 15 €

Réservez-vite votre table ==> https://www.weezevent.com/

Pour en savoir plus sur le collectif Banlieues Patriotes http://www.banlieuespatriotes.fr/

Et télécharger le livre blanc “Manifeste pour une République apaisée” : 50 pages de propositions pour une France apaisée.


Banlieues Patriotes : la résistance flanche face au FN dans les quartiers. Damien Monchau témoigne.

Retrouvez l’article de Lyon Body Blog et le travail de Damien Monchau sur Vénissieux.

Tout juste trentenaire, policier de profession, Damien MONCHAU, sur le terrain, porte un message simple dans une ville dont l’histoire récente est intrinsèquement liée à celle de l’immigration : « Être Français, c’est une nationalité, pas une couleur de peau. Notre projet politique a vocation à défendre l’intérêt de la France et des Français en priorité. Tous les Français ! »

Source : http://lyonbondyblog.fr/


Saint-Sylvestre : augmentation de 42 % en 3 ans des véhicules incendiés dans le Rhône !

A Lyon, le mercredi 4 janvier 2017

 

COMMUNIQUÉ de PRESSE

Par Damien MONCHAU, élu municipal Vénissieux Bleu Marine.

Le passage vers 2017 ne se sera pas fait sans heurts : outre les agressions, outrages et rebellions, les forces de l’ordre durent faire face à l’incendie volontaire de 74 véhicules, répartis au sein de 7 villes de l’agglomération, dont Vénissieux. Si la tendance est à la hausse au niveau national, force est de constater qu’elle l’est aussi au niveau local : 52 véhicules furent incendiés dans le Rhône durant les festivités de la Saint Sylvestre de 2014, soit une augmentation de 42% en 3 ans…

Une fois n’est pas coutume, nous commencerons cette année par donner raison au Ministre de l’Intérieur qui a félicité le travail des forces de l’ordre. En effet, l’efficacité des agents de police, mais aussi des gendarmes et pompiers mérite d’être soulignée, alors que depuis des années, les gouvernements successifs, UMP comme PS, n’ont eu de cesse de leur mettre des bâtons dans les roues. A titre d’exemple, l’on peut citer la réduction de 13 000 agents sous Sarkozy/Fillon, ou le laxisme institutionnalisé sous Hollande/Valls par la « réforme Taubira », faisant de l’incarcération « l’exception, et non plus la norme ». Ce laxisme d’Etat est aujourd’hui personnifié à merveille par le nouveau ministre de l’intérieur qui, constatant une hausse des incendies de véhicules par rapport à l’année passée, a décidé pour ne rien faire contre ce mal, de changer de thermomètre en comptabilisant non plus le nombre total de véhicule incendiés, mais uniquement les « mises à feu directes » (écartant du bilan 20% des véhicules incendiés).

Cela doit cesser, il est grand temps de rétablir l’ordre et la tranquillité publique par une rupture avec les méthodes utilisées jusque-là. Ce qui implique une réponse pénale à la hauteur des délits commis, la certitude de l’exécution des peines, l’abandon de toute culture de l’excuse, une lutte sans merci contre la récidive et l’apport de moyens humains, matériels et judiciaires à la hauteur des besoins, telle que la présomption de légitime défense pour les forces de l’ordre. Et ce changement réclame un coup de balai lors des prochaines échéances électorales. En 2017, je vote Marine Le Pen !


Tentative d’incendie criminel de l’église des Minguettes

entete-fn69

COMMUNIQUÉ DE LA FÉDÉRATION FRONT NATIONAL DU RHÔNE

Tentative d’incendie criminel de l’église des Minguettes

Madame Picard, Maire de Vénissieux a déclaré ne pas vouloir s’exprimer sur les récentes agressions de policiers de Vénissieux. Mais elle ne se contente pas de fermer les yeux sur l’insécurité au sein de nos quartiers. Elle semble aussi participer à une omerta sur certains faits. Damien Monchau, Conseiller Municipal de Vénissieux dénonce cette tentative de dégradation de l’église des Minguettes par l’incendie d’un véhicule se trouvant sur ses marches, le lendemain de l’agression possiblement mortelle d’agents de police.

Silence d’autant plus critiquable quand on sait que sur tout autre lieu de culte, un graffiti suffit pour que la presse soit informée et s’en fasse l’écho ( http://www.leprogres.fr/rhone/2016/07/20/la-mosquee-de-bron-terraillon-profanee ).
C’est encore une fois la France et notre identité qui sont attaquées par cet acte odieux qui exprime un rejet des racines chrétiennes de notre patrie. Nous rappelons une fois encore que cette situation de quasi-partition de certains territoires de la République française dont parlait François Hollande à ses amis journalistes, trouve sa source dans les défaillances de nos dirigeants actuels, tant au niveau national que local :

  • Au niveau national, avec un État, hier UMP, aujourd’hui socialiste, qui a doublement failli : incapable d’assurer la sécurité des Français partout et en toutes circonstances, incapable de permettre aux forces de l’ordre de faire appliquer et respecter la loi de la République française partout et en toutes circonstances.
  • Au niveau local, avec une majorité communiste dirigée par Madame Picard, adepte de la culture de l’excuse, moralement complice de cette situation d’insécurité par le silence coupable qu’elle entretient et préfère à la remise en question d’une politique municipale inadéquate dans un climat d’insécurité de notre ville de plus en plus oppressant.

Le retour à la tranquillité publique ne passera que par une rupture avec les méthodes utilisées jusque-là. Elle impose une détermination sans faille des élus, nationaux comme locaux, à mettre par tous les moyens hors d’état de nuire les délinquants. Ce qui implique une réponse pénale à la hauteur des délits commis, la certitude de l’exécution des peines, l’abandon de toute culture de l’excuse, une lutte sans merci contre la récidive et l’apport de moyens humains et matériels à la hauteur des besoins, ainsi que la présomption de légitime défense pour les forces de l’ordre dans l’exercice de ses missions. Et ce changement réclame un coup de balai lors des prochaines échéances électorales.

En 2017, je vote Marine Le Pen !

minguettes


La prison, c’est comme le mariage …

damienMonchauDamien Monchau 
Conseiller municipal de Vénissieux
Co-responsable de la 14ème circonscription du Rhône 

La prison, c’est comme le mariage : ceux qui sont dedans veulent en sortir et ceux qui sont dehors veulent y entrer !!!


Encore un été difficile pour les habitants de Vénissieux . A
près la quinzaine de voitures incendiées dans la première semaine de ce mois au sein du quartier des Minguettes (dans un silence assourdissant tant de Madame Picard, Maire communiste de Vénissieux que de Monsieur Blein, député socialiste de la 14ème circonscription du Rhône), voici que, dans la nuit de jeudi dernier, les forces de l’ordre se sont faites agresser par un individu déjà interpellé le même soir pour usage de produits stupéfiants !

Loin de retenir la leçon d’une arrestation éclair, il décida de se venger en se positionnant au milieu de la route pour faire barrage au véhicule de patrouille, et lui asséner un coup dans la vitre, pour ensuite tenter d’agresser à coups de poing et de tête les policiers venant l’interpeller à nouveau, tout en ponctuant ce déchaînement de violence par des menaces de mort et injures. Amené une seconde fois au poste, il termina sa soirée placée sous le thème de la délinquance par la dégradation d’un mur du commissariat. Présenté au parquet, l’auteur des faits fut encore une fois laissé libre dans l’attente de son jugement, le mois prochain.

Si cette fâcheuse manie de laisser libre dans l’attente de leur jugement des individus qui pourrissent la qualité de vie de toute une municipalité par des actes répétés de délinquance est déjà consternante, il serait naïf de penser qu’une comparution immédiate suivie d’une condamnation changerait quoi que ce soit dans le contexte de laxisme juridique que nous connaissons aujourd’hui.
Preuve en est, cet autre délinquant résidant à Vénissieux, qui, condamné à de la prison, s’est vu octroyer un aménagement de peine qu’il n’a pas respecté. En état de “semi liberté” ( sorte de prison à la carte, instaurée conjointement par l’UMP et le PS, au grand plaisir des délinquants, et au détriment de leurs victimes ) ce dernier a simplement décidé d’arrêter de retourner dormir en prison pendant 3 longs mois .. Pour des raisons qui échappent au commun des mortels, en tout cas après une nuit bien arrosée, ce condamné s’est rendu le 15 août dernier au commissariat de Vénissieux pour demander à réintégrer sa cellule …

Les dysfonctionnements de notre système judiciaire dépassent de loin le niveau de l’absurde ! Pour le Front National, le retour à la tranquillité publique passera par une rupture radicale avec les méthodes utilisées jusque-là. Elle impose une détermination sans faille des élus à mettre par tous les moyens hors d’état de nuire les délinquants. Ce qui implique une réponse pénale à la hauteur des délits et des crimes commis, la certitude de l’exécution des peines, l’abandon de toute culture de l’excuse, une lutte sans merci contre la récidive et l’apport de moyens humains et matériels à la hauteur des besoins pour la justice, les établissements pénitentiaires et les forces de l’ordre.


COMMUNIQUE DE DAMIEN MONCHAU « VENISSIEUX BLEU MARINE »

damienMonchauCOMMUNIQUE DE DAMIEN MONCHAU

« VENISSIEUX BLEU MARINE »

Le 17 mai dernier, une jeune femme a été violemment agressée à Vénissieux et jetée à terre sous une pluie de coups de pied, accompagnés de plusieurs coups de couteaux au bras. La raison de cette barbarie ? La victime avait simplement refusé la demande en mariage de son agresseur, un clandestin logé gracieusement dans un foyer de jeunes travailleurs. On reste confondu tant la responsabilité de l’Etat est ici totale ! Outre l’inaction, en matière de sécurité, des responsables politiques locaux comme nationaux que je ne cesse de dénoncer, c’est toute la politique migratoire qui est en cause.
Comment peut-on accueillir et entretenir benoîtement des individus dangereux, n’ayant aucune considération pour nos lois, pour nos femmes (apparemment considérées comme de simples moyens d’obtention de papiers par le biais d’un mariage) et plus généralement pour la vie humaine ?

Apparemment, aucun problème pour le gouvernement puisque « ça va mieux ». Même cécité pour M. Blein, l’actuel député de la quatorzième circonscription du Rhône, qui dans son ouvrage ” Le Temps de dire les choses “, défend  servilement le bilan calamiteux du parti socialiste dont il est membre.

Il est temps que la politique de l’autruche laisse la place au bon sens, aujourd’hui porté seulement par le Front National. Le retour à la sécurité pour les femmes, et plus généralement pour l’ensemble des citoyens, passera par une détermination totale des élus à mettre hors d’état de nuire les délinquants. Ce qui implique une réponse pénale à la hauteur des délits commis, la certitude de l’exécution des peines, l’abandon de toute culture de l’excuse, l’apport de moyens humains, matériels et légaux à la hauteur des besoins por les forces de police dans l’exercice de leur mission, ainsi que l’expulsion systématique de tout clandestin entré illégalement sur le territoire de la République française. Hélas, on en est loin !


La sécurité, première des libertés à Vénissieux comme ailleurs

damienMonchauCOMMUNIQUE DE PRESSE DE DAMIEN MONCHAU, VENISSIEUX BLEU MARINE

Une fois encore, une fois de trop, une personne a subi une agression à Vénissieux. Samedi dernier, un groupe de racailles voulant se rendre à l’Isle d’Abeau pour participer à un règlement de compte s’est vu interdire l’accès d’ un train en gare de Vénissieux, du fait des armes en leur possession. Résultat, le contrôleur SNCF su place s’est fait violenter par les individus en question qui ont été mis en fuite par des témoins.

Bien que choqué, l’agent SNCF n’est heureusement pas trop gravement blessé, même s’il dut tout de même être hospitalisé.

Ce nouvel acte de violence gratuite contre un honnête citoyen intervenant comme il en a le devoir face à un comportement inacceptable en société, est intolérable dans un Etat de droit. Cette insécurité trouve sa source dans les défaillances de nos dirigeants actuels, tant au niveau national qu’au local.

– Au niveau national, avec un État, hier UMP, aujourd’hui socialiste, qui a doublement failli : incapable d’assurer la sécurité des Français partout et en toutes circonstances, incapable de permettre aux forces de l’ordre de faire appliquer et respecter la loi de la République française partout et en toutes circonstances.

– Au niveau local, avec une majorité communiste adepte de la culture de l’excuse et préférant la politique de l’autruche à la remise en question d’une politique municipale inadéquate dans le climat d’insécurité de notre ville.

La politique des déclarations incantatoires des gouvernants, locaux et nationaux, de droite ou de gauche, n’a que trop duré. Le retour à la tranquillité publique passera par une rupture radicale avec les méthodes utilisées jusque là. Elle impose une détermination sans faille des élus à mettre par tous les moyens hors d’état de nuire les délinquants. Ce qui implique une réponse pénale à la hauteur des délits commis, la certitude de l’exécution des peines, l’abandon de toute culture de l’excuse, une lutte sans merci contre la récidive et l’apport de moyens humains et matériels à la hauteur des besoins, ainsi que la présomption de légitime défense pour les forces de l’ordre dans l’exercice de leur mission.


Communiqué de presse de Damien Monchau, Conseiller municipal de Vénissieux

damienMonchauLe 24 Avril 2016, avant la commémoration en hommage aux victimes des déportations ayant eu lieu à Vénissieux, j’ai croisé nombre d’élus d’opposition que j’ai évidemment salués. Tous m’ont rendu cette élémentaire politesse. Tous sauf un : Christophe Girard a refusé de serrer la main que je lui ai tendue. Raison évoquée par l’intéressé ? Il ne désirait pas saluer « un traître ». Et alors que j’allais lui demander des explications, ce dernier m’a intimé de me taire en faisant preuve de la vulgarité et de la suffisance qui le caractérisent.

Mais quel peut-être ce camp que j’aurai trahi ? Celui de la « droite » ? Si tel est le cas, je répondrais à Monsieur Girard que le « Mouvement Pour la France » dont il est issu, est bien plus proche du Front National que du parti Les Républicains, antipatriotique par essence ; parti auquel ce personnage s’est inféodé pour servir ses intérêts électoraux au détriment des convictions qu’il revendique toujours. Il va donc de soi que je ne me sens aucune obligation vis-à-vis de ceux-là.

Peut-être faisait-il référence au camp de l’anti-communisme ? Si c’était là le sens de son propos, je me permets de rappeler à Monsieur Girard qu’il a, lors des municipales partielles de 2015, refusé par deux fois une entente que je lui ai proposée (avant et après le premier tour), préférant même tenter un rapprochement avec le candidat socialiste. Il a par cela sacrifié les habitants de Vénissieux, choisissant la victoire du Parti Communiste à la tête de la Ville pour ne pas froisser sa hiérarchie politique, qui interdit tout rapprochement avec le camp des patriotes.

Si Monsieur Girard, qui a tourné le dos tant aux Vénissians qu’à ses idées, cherche un « traître », peut-être devrait-il se regarder dans un miroir.

Damien Monchau
Conseiller municipal de Vénissieux
Responsable FN de la circonscription métropolitaine ” Porte Du Sud “


Agression anti-française à Vénissieux – défendons notre commerce de proximité.

damienMonchauCommuniqué de presse de Damien MONCHAU, conseiller municipal de Vénissieux, responsable Front national de la circonscription métropolitaine Porte du Sud.

Le Jeudi 20 Août 2015 à 14 h 30, un boulanger installé rue du professeur Roux à Vénissieux s’est fait agressé au sein de son établissement. La raison de cette violence ? Harcelé par une bande de racailles cherchant à lui nuire, le propriétaire avait décidé pour éviter le conflit de fermer les portes de son établissement en milieu d’après-midi ; moment où ses persécuteurs émergent et commencent habituellement à se rassembler à proximité. Cette horaire de fermeture avancée ne convenant semble-t-il pas aux représentants du groupe de racailles présents dans l’après-midi de jeudi dernier, ils couvrirent de propos “anti-français” l’artisan, avant de le rouer de coups.

Ce n’est pas la première fois que cet entrepreneur subit des violences : menaces pour le simple fait d’être “trop français” ou pour utiliser de la viande de porc dans certaines de ses recettes, graffitis tels que “1, 2, 3 VIVA ALGERIA” devant être régulièrement repeintes ( une dizaine de fois les 12 derniers mois )… Ce propriétaire d’entreprise est laissé à lui-même par les pouvoirs publics face à ce qui n’est que la partie visible d’un communautarisme qui sévit et croit au sein de nos quartiers dans l’indifférence et par la faute de l’UMP et du PS au niveau national, mais aussi du parti communiste à la tête de notre ville depuis 80 ans, et qui n’accorde que peu d’importance aux soucis d’insécurité des Vénissians en n’allouant pas plus de 2.5% du budget annuel de la ville à cette problématique ( plus de 4 fois moins que le budget de la “culture” ). 

Quand comprendront-ils que la politique de l’autruche, la culture de l’excuse, l’achat de la paix sociale par la dilapidation des deniers publics, ainsi que l’invocation quasi religieuse du “vivre ensemble ” ne régleront jamais ce fléau ? Assurément jamais ! Cela reviendrait à revenir sur tous ce qu’ils ont imposé au peuple français contre sa volonté, par la réinstauration de nos frontières, l’augmentation des effectifs de police, la refonte de leur politique d’emploi, la réforme du droit français, mais aussi des institutions policière, pénitentiaire et judiciaire pour en augmenter l’efficacité, etc..

Le Front National soutient ce commerçant et s’oppose à l’instauration d’une zone de non droit à Venissieux, dans laquelle un honnête entrepreneur doit adapter le fonctionnement de son entreprise à un groupe de nuisibles utilisant la violence pour oppresser autrui. Le Front National appelle les pouvoirs publics en place, dont Madame Picard, maire de la ville de Vénissieux à cesser leurs rêveries idéologiques pour enfin constater les réalités de terrain et commencer à défendre les victimes de ces agressions haineuses à l’encontre des français.


Fête Nationale : nuit de saccage à Vénissieux et inaction de la Mairie

damienMonchauCommuniqué de presse de Damien MONCHAU, conseiller municipal de Vénissieux, responsable Front National du secteur Portes du Sud.

Vénissieux (Rhône) 15 juillet 2015

Alors que la ville s’est  dernièrement  vue imposer un nombre important d’actes de délinquances ( visites de garages à la  chaîne, détériorations de bouches d’incendie, incendies de véhicules entre le 11 et le 12 de ce  mois etc…), voici que ces faits inacceptables ont augmenté d’un cran dans l’échelle de la violence dans la nuit du 13 au 14 juillet 2015 à l’occasion des festivités de la fête nationale, une fois encore perturbées. Mais cette fois, les tirs de mortiers servant à  accueillir la police lors de ses interventions, les tapages  nocturnes et autres traditionnels incendies de voitures n’ont pas suffi à contenter la racaille, sûrement enhardie par l’absence totale de réaction  des pouvoirs publics, dont Madame le maire et son équipe. En plus de tout cela,  ils ont cette année entrepris d’incendier le magasin Dia, situé 19 avenue Jean Cagne.  Certains policiers intervenus durant cette nuit de saccage iront jusqu’à  déclarer  à la presse que la situation fut  “pire que l’année passée “.  Énième  preuve, si besoin est, que les choses  n’évoluent pas dans le bon sens.

Que l’on ne s’y trompe pas, il ne s’agit pas là d’une simple nuit de dégradations, conséquence d’un “désœuvrement de la jeunesse de France” comme nous l’assènent depuis des années les partis de “gauche” dont celui de Madame Picard. Ces méfaits sont l’expression d’un rejet de notre Nation et de ses symboles par un groupe d’individus ne se reconnaissant plus dans notre identité nationale, conséquence de la politique communautariste imposée au niveau national ( hier par l’UMP, aujourd’hui par le PS) et de l’inaction coupable de l’équipe municipale en place, qui choisit systématiquement la politique de l’autruche par l’angélisme des  délinquants  plutôt que d’amorcer des réformes désormais essentielles :

Augmentation des effectifs de police Municipale, arrêt des dispositifs aussi coûteux  qu’inefficaces comme le TOP,  mise en place d’un système permettant l’optimisation de la circulation d’informations entre administrés et services de police, mise en place de nouvelles caméras de vidéo-surveillance pour protéger les habitants etc..

Le Front National refuse que les habitants de Vénissieux aient à supporter cette ambiance de guérilla urbaine et est solidaire des victimes qui apparemment intéressent peu Madame Picard, à qui nous rappelons qu’en France, le premier des droits est celui à la sécurité !