Pour un soutien aux personnels des services d’incendie et de secours

Communiqué de presse de Christophe BOUDOT du 14 mars 2017

Les pompiers manifestent aujourd’hui leur mécontentement dans toute la France, mais aussi dans le département du Rhône.

De fait, leurs missions sont nombreuses avec la prévention et l’évaluation des risques de sécurité civile, la préparation des mesures de sauvegarde et l’organisation des moyens de secours, la protection des personnes, des biens et de l’environnement et les secours d’urgence aux personnes victimes d’accidents, de sinistres ou de catastrophes ainsi que leur évacuation.

Or aujourd’hui, du fait notamment de la double gestion Métropole/Département, le SDMIS (ex SDIS 69) compte 160 pompiers en moins que dans le précédent dispositif. Qui plus est, les pompiers ne sont plus en capacité, indépendamment de cette baisse d’effectifs, de réaliser leurs interventions dans de bonnes conditions puisqu’un certain nombre de quartiers échappent aux lois de la République.

Le Front National souhaite que d’une part les autorités gestionnaires du SDMIS reviennent à des effectifs opérationnels acceptables pour nos pompiers, et que d’autre part le nouveau Préfet de Région prenne la mesure de l’insécurité qui gangrène certains de nos quartiers en y affectant des forces de police suffisantes.


Tribune libre de Muriel COATIVY – Ste-Foy-lès-Lyon – Mars 2017

Notre police municipale, enfin armée, sera-t-elle pour autant protégée ?

Ce 2 février 2017, Madame Sarselli a enfin annoncé, lors du dernier conseil municipal, sa décision d’armer la police municipale de notre commune afin de la protéger, et ce, sans changer sa mission de proximité.

Nous ne pouvons que saluer une telle décision même si nous regrettons qu’elle ait été si tardive. Sur notre secteur, Irigny a armé sa police municipale dès 1996 suivi depuis peu par Pierre-Bénite, Tassin-la-Demi-Lune et Oullins. La commune s’inscrit donc dans une dynamique locale … et nationale. Et pour cause … Rappelons que nous sommes en état d’urgence, en état de guerre et que nos policiers, tous uniformes confondus, sont les premiers visés.

Mais, soyons lucides et vigilants. Des pistolets 9 mm ne suffiront pas à combattre des kalachnikovs en cas d’attaques terroristes. Et nos caïds de banlieue continueront de rire de notre police, même armée.

Parce que, conditionnés par des années de brimades et de menaces, par une législation contraignante envers nos forces de l’ordre et une justice donnant un sentiment d’impunité aux délinquants, nos policiers les mieux armés, les plus légitimes, ceux qui représentent l’ordre, réfléchissent tellement avant de sortir leur arme que lorsque qu’ils le font, au mieux ils sont déjà écrasés ou brûlés, au pire ils sont morts.

Parce que, soyons lucides,  ceux en face, ceux qui allument le brasier et les empêchent de sortir, forts d’un sentiment de pouvoir et d’impunité, fruit d’une justice laxiste basée sur la culture de l’excuse, se rient bien d’un 9 mm pour lequel la législation et la justice ne laissent que peu de chance d’usage au policier. Alors, n’oublions jamais, un policier armé, c’est bien ; un policier vivant, c’est mieux.

Madame le Maire a donc pris une décision nécessaire et courageuse. Mais, élus de tout bord, nous devons garder en mémoire que cette mesure ne suffira pas à assurer la sécurité de notre police et, par conséquent, à assurer notre propre sécurité. D’autres décisions radicales et courageuses devront être prises en haut lieu. Sans quoi la profonde colère de nos policiers continuera de se faire légitimement entendre.


Notre police municipale, enfin armée, sera-t-elle pour autant protégée ?

Tribune libre de Muriel COATIVY, Sainte-Foy-lès-Lyon – mars 2017

Ce 2 février 2017, Madame Sarselli a enfin annoncé, lors du dernier conseil municipal, sa décision d’armer la police municipale de notre commune afin de la protéger, et ce, sans changer sa mission de proximité.

Nous ne pouvons que saluer une telle décision même si nous regrettons qu’elle ait été si tardive. Sur notre secteur, Irigny a armé sa police municipale dès 1996 suivi depuis peu par Pierre-Bénite, Tassin-la-Demi-Lune et Oullins. La commune s’inscrit donc dans une dynamique locale … et nationale. Et pour cause … Rappelons que nous sommes en état d’urgence, en état de guerre et que nos policiers, tous uniformes confondus, sont les premiers visés.

Mais, soyons lucides et vigilants. Des pistolets 9 mm ne suffiront pas à combattre des kalachnikovs en cas d’attaques terroristes. Et nos caïds de banlieue continueront de rire de notre police, même armée.

Parce que, conditionnés par des années de brimades et de menaces, par une législation contraignante envers nos forces de l’ordre et une justice donnant un sentiment d’impunité aux délinquants, nos policiers les mieux armés, les plus légitimes, ceux qui représentent l’ordre, réfléchissent tellement avant de sortir leur arme que lorsque qu’ils le font, au mieux ils sont déjà écrasés ou brûlés, au pire ils sont morts.

Parce que, soyons lucides,  ceux en face, ceux qui allument le brasier et les empêchent de sortir, forts d’un sentiment de pouvoir et d’impunité, fruit d’une justice laxiste basée sur la culture de l’excuse, se rient bien d’un 9 mm pour lequel la législation et la justice ne laissent que peu de chance d’usage au policier. Alors, n’oublions jamais, un policier armé, c’est bien ; un policier vivant, c’est mieux.

Madame le Maire a donc pris une décision nécessaire et courageuse. Mais, élus de tout bord, nous devons garder en mémoire que cette mesure ne suffira pas à assurer la sécurité de notre police et, par conséquent, à assurer notre propre sécurité. D’autres décisions radicales et courageuses devront être prises en haut lieu. Sans quoi la profonde colère de nos policiers continuera de se faire légitimement entendre.


Département du Rhône : le département le plus cambriolé de France

Communiqué de Presse de Christophe BOUDOT, Conseiller municipal de Lyon, Président du groupe FN au conseil régional, Membre du bureau politique

Avec plus de 242 000 cambriolages commis en France en 2016, notre pays bat un bien triste record. Et le département du Rhône, au milieu de ce chaos, se retrouve malheureusement en tête de ce classement avec 17 000 cambriolages (+ 6%), soit près de 50 par jour !

Les forces de police nous révèlent ce que l’on savait déjà, à savoir qu’une bonne partie de ce pillage méthodique de nos maisons, de nos entreprises, de nos commerces sont le fait de bandes organisées, très structurées, venues de l’Europe de l’est.

Facteur aggravant, notre proximité géographique avec la Suisse et l’absence notoire de contrôle aux frontières, une situation dont la gravité s’est accrue depuis la fermeture des douanes de Cluses et Annemasse.

Nos concitoyens ne supportent plus cette insécurité permanente tandis que nos forces de l’ordre (Police, Gendarmerie et Douanes) surchargées de travail, en sous-effectifs et en déficit de moyens, ne peuvent faire face sur tous les fronts à la fois.

Notre région, notre département méritent mieux que ces politiques laxistes menées depuis des années par les pouvoirs publics, C’est un énorme chantier qui attendra la prochaine Présidente de la République et sa majorité parlementaire bleu marine, un chantier de fermeté et de remise en ordre de la France .


Saint-Sylvestre : augmentation de 42 % en 3 ans des véhicules incendiés dans le Rhône !

A Lyon, le mercredi 4 janvier 2017

 

COMMUNIQUÉ de PRESSE

Par Damien MONCHAU, élu municipal Vénissieux Bleu Marine.

Le passage vers 2017 ne se sera pas fait sans heurts : outre les agressions, outrages et rebellions, les forces de l’ordre durent faire face à l’incendie volontaire de 74 véhicules, répartis au sein de 7 villes de l’agglomération, dont Vénissieux. Si la tendance est à la hausse au niveau national, force est de constater qu’elle l’est aussi au niveau local : 52 véhicules furent incendiés dans le Rhône durant les festivités de la Saint Sylvestre de 2014, soit une augmentation de 42% en 3 ans…

Une fois n’est pas coutume, nous commencerons cette année par donner raison au Ministre de l’Intérieur qui a félicité le travail des forces de l’ordre. En effet, l’efficacité des agents de police, mais aussi des gendarmes et pompiers mérite d’être soulignée, alors que depuis des années, les gouvernements successifs, UMP comme PS, n’ont eu de cesse de leur mettre des bâtons dans les roues. A titre d’exemple, l’on peut citer la réduction de 13 000 agents sous Sarkozy/Fillon, ou le laxisme institutionnalisé sous Hollande/Valls par la « réforme Taubira », faisant de l’incarcération « l’exception, et non plus la norme ». Ce laxisme d’Etat est aujourd’hui personnifié à merveille par le nouveau ministre de l’intérieur qui, constatant une hausse des incendies de véhicules par rapport à l’année passée, a décidé pour ne rien faire contre ce mal, de changer de thermomètre en comptabilisant non plus le nombre total de véhicule incendiés, mais uniquement les « mises à feu directes » (écartant du bilan 20% des véhicules incendiés).

Cela doit cesser, il est grand temps de rétablir l’ordre et la tranquillité publique par une rupture avec les méthodes utilisées jusque-là. Ce qui implique une réponse pénale à la hauteur des délits commis, la certitude de l’exécution des peines, l’abandon de toute culture de l’excuse, une lutte sans merci contre la récidive et l’apport de moyens humains, matériels et judiciaires à la hauteur des besoins, telle que la présomption de légitime défense pour les forces de l’ordre. Et ce changement réclame un coup de balai lors des prochaines échéances électorales. En 2017, je vote Marine Le Pen !


Soutien aux policiers du commissariat d’Oullins

entete-fn69

COMMUNIQUÉ DE LA FÉDÉRATION FRONT NATIONAL DU RHÔNE

Muriel Coativy, Secrétaire Départemental Front national Rhône,  Alain Godard et Jean-Philippe Molins, élus Oullins Bleu Marine apportent leur soutien aux policiers du commissariat d’Oullins face aux nombreuses attaques dont ils font l’objet depuis plusieurs jours.

Une fois n’est pas coutume, nous donnons ici raison à François-Noël Buffet, sénateur-maire d’Oullins, qui affirme en retour de ces agressions et méfaits qu’il n’y a aucune zone de non-droit sur le quartier de la Saulaie. En effet, la réalité est pire encore. Puisque c’est le droit des trafiquants de stupéfiants qui a supplanté celui de la République Française, sur des territoires qu’ils ont récupérés suite à leur abandon, par lâcheté et clientélisme des élus locaux.

Alors la réaction de nier les faits ou de pointer du doigt le journaliste du Progrès auteur de l’article comme attiseur de clivage (qui a toutefois la délicatesse de parler de « post-adolescents » pour deux délinquants de 18 et 22 ans !)  ne peut pas être la solution. Taire ou minimiser les attaques faites à la 1ère de nos libertés, la sécurité publique ne peut que nous amener à la pire des impasses.

Nous aurions aimé que M. Buffet, sénateur-maire d’Oullins, ait le courage politique de dénoncer les instructions de M. Cazeneuve de faire pression sur les fonctionnaires de police en les menaçant de sanctions pour qu’ils rentrent sagement dans les rangs et qu’il ait le courage politique d’apostropher M. Urvoas, Garde des Sceaux, pour faire pression sur les magistrats en les menaçant de sanctions afin qu’ils fassent une application stricte des lois pénales et cessent ce laxisme judiciaire, source de tous nos maux de société.

Alain Godard et Jean-Philippe Molins sont les seuls élus municipaux d’Oullins à s’insurger contre les décisions prises en comparution immédiate contre Mahfoud Y. Ce « post-ado » de 22 ans, condamné à 8 mois de prison ferme et interdiction de territoire oullinois, sans mandat de dépôt, est interpellé le lendemain de sa condamnation à Oullins pour trafic de stupéfiants et, représenté devant le juges des libertés et de la détention, il ressort à nouveau libre avec une convocation pour le mois de décembre ! Un beau message de confiance et d’espoir pour notre police écoeurée, fatiguée, apeurée.

Seule une volonté forte d’agir pour le retour de l’ordre pourra contrevenir à l’ensauvagement de notre nation, volonté que seul le Front National porte sincèrement. En 2017, je vote Marine le Pen !


Les policiers entrent en résistance, la population doit les soutenir !

Sur Boulevard Voltaire, cliquez ici !

sebjallamionLe mouvement des policiers en colère évolue d’heure en heure et a définitivement pris hier la tournure d’une résistance. C’est un événement sans précédent depuis l’avènement de la Ve République.

En effet, alors que des rassemblements ont lieu dans de nombreuses villes de France, et que les fonctionnaires de la police nationale ne cessent de crier qu’ils sont à bout, s’efforçant de démontrer qu’ils ne sont instrumentalisés par personne, malgré une campagne de dénigrement honteuse dont ils sont victimes de la part de certains médias subventionnés, la situation vient de prendre une tournure historique.

Depuis le 27 octobre, le directeur général de la police nationale (DGPN), Jean-Marc Falcone, agissant sur les instructions de Bernard Cazeneuve – un Bernard Cazeneuve que les policiers ont « de la chance » d’avoir comme ministre, selon les propos de Manuel Valls à l’Assemblée, alors même que les policiers manifestaient devant le palais Bourbon -, a donné des instructions de fermeté à l’ensemble des chefs de service de France pour réprimer les mouvements et faire pression sur les fonctionnaires en les menaçant de sanctions.

Ces instructions ont été suivies à la lettre par les directeurs départementaux de la sécurité publique, qui ont convoqué les policiers pour leur poser un ultimatum : tout le monde doit rentrer dans le rang ou les sanctions tomberont.

Des instructions appuyées par une note de service du DGPN.

Les policiers sont ainsi sommés de considérer que les promesses tenues à l’issue d’une réunion entre le chef de l’État et les représentants du personnel, qu’ils désavouent massivement, sont à prendre ou à laisser, alors même que la plupart de leurs revendications n’ont pas été entendues.

Plus de rassemblements, plus de manifestations, plus de photos de soutien, dos tournés, devant les services – sous peine de se retrouver happés par la machine à broyer du fonctionnaire qu’est devenue leur administration -, voici donc la réponse de l’exécutif à la colère légitime des policiers qui n’est pourtant que la logique prévisible d’une politique délétère menée depuis des années.

Écœurés, à bout, estimant que l’enjeu est plus important que les risques de sanction auxquels ils s’exposent, les policiers ont décidé, cependant, de maintenir leurs actions, entrant dès lors en résistance.

Ainsi, jeudi soir, à Metz, un cortège de véhicules de police défilant sur la voie publique a été stoppé par le directeur départemental de la sécurité publique assisté d’un commandant, s’interposant et donnant l’ordre d’arrêter les gyrophares et les deux-tons, provoquant les huées de ses troupes, et l’arrivée de manifestants plus nombreux.

Les photos de soutien continuent à circuler, ainsi que les appels aux rassemblements, sur les réseaux sociaux. La tension entre les policiers et leur hiérarchie, dont ils dénoncent notamment le carriérisme et la déconnexion avec la réalité de ce qu’ils vivent sur le terrain, en plus d’être coresponsables de leur situation, est à son comble.

Au-delà de ce qui est présenté, à tort, comme un simple mouvement social, il convient de rappeler que la police nationale est en charge de protéger nos institutions, dont elle fait d’ailleurs partie, et que la crise que nous vivons est gravissime en ce qu’elle touche à la première de nos libertés, sans laquelle plus aucune autre n’a de sens : la sécurité publique.

C’est pourquoi les citoyens doivent soutenir le mouvement de ces policiers courageux n’hésitant pas à résister aux pressions qu’ils subissent pour alerter l’opinion sur la gravité de la situation en France. Chacun doit rejoindre, autant qu’il le peut, les manifestations organisées dans sa ville et en profiter pour dialoguer avec les policiers, dont ils apprendront nécessairement des vérités qu’on leur cache et qui les concernent, s’agissant de la manière dont l’État assure concrètement leur sécurité.

 


Tentative d’incendie criminel de l’église des Minguettes

entete-fn69

COMMUNIQUÉ DE LA FÉDÉRATION FRONT NATIONAL DU RHÔNE

Tentative d’incendie criminel de l’église des Minguettes

Madame Picard, Maire de Vénissieux a déclaré ne pas vouloir s’exprimer sur les récentes agressions de policiers de Vénissieux. Mais elle ne se contente pas de fermer les yeux sur l’insécurité au sein de nos quartiers. Elle semble aussi participer à une omerta sur certains faits. Damien Monchau, Conseiller Municipal de Vénissieux dénonce cette tentative de dégradation de l’église des Minguettes par l’incendie d’un véhicule se trouvant sur ses marches, le lendemain de l’agression possiblement mortelle d’agents de police.

Silence d’autant plus critiquable quand on sait que sur tout autre lieu de culte, un graffiti suffit pour que la presse soit informée et s’en fasse l’écho ( http://www.leprogres.fr/rhone/2016/07/20/la-mosquee-de-bron-terraillon-profanee ).
C’est encore une fois la France et notre identité qui sont attaquées par cet acte odieux qui exprime un rejet des racines chrétiennes de notre patrie. Nous rappelons une fois encore que cette situation de quasi-partition de certains territoires de la République française dont parlait François Hollande à ses amis journalistes, trouve sa source dans les défaillances de nos dirigeants actuels, tant au niveau national que local :

  • Au niveau national, avec un État, hier UMP, aujourd’hui socialiste, qui a doublement failli : incapable d’assurer la sécurité des Français partout et en toutes circonstances, incapable de permettre aux forces de l’ordre de faire appliquer et respecter la loi de la République française partout et en toutes circonstances.
  • Au niveau local, avec une majorité communiste dirigée par Madame Picard, adepte de la culture de l’excuse, moralement complice de cette situation d’insécurité par le silence coupable qu’elle entretient et préfère à la remise en question d’une politique municipale inadéquate dans un climat d’insécurité de notre ville de plus en plus oppressant.

Le retour à la tranquillité publique ne passera que par une rupture avec les méthodes utilisées jusque-là. Elle impose une détermination sans faille des élus, nationaux comme locaux, à mettre par tous les moyens hors d’état de nuire les délinquants. Ce qui implique une réponse pénale à la hauteur des délits commis, la certitude de l’exécution des peines, l’abandon de toute culture de l’excuse, une lutte sans merci contre la récidive et l’apport de moyens humains et matériels à la hauteur des besoins, ainsi que la présomption de légitime défense pour les forces de l’ordre dans l’exercice de ses missions. Et ce changement réclame un coup de balai lors des prochaines échéances électorales.

En 2017, je vote Marine Le Pen !

minguettes