LA FÉDÉRATION DU RHÔNE HONORE SAINTE JEANNE D’ARC À LYON

Environ 130 frontistes se sont rassemblés ce samedi matin 14 mai 2011 sur la Place Puvis-de-Chavanne dans le 6e arrondissement de Lyon pour célébrer la Patrie et sainte Jeanne d‘Arc devant le monument érigé à son honneur. Parmi eux : Bruno Gollnisch (député européen et conseiller régional), Christophe Boudot (Conseiller régional) et Yvan Benedetti (conseiller municipal). Organisé par le Front national de la Jeunesse (FNJ) du Rhône, ce rassemblement a pu notamment compter sur la présence de beaucoup de jeunes, munis de banderoles et de drapeaux tricolores.

C’est Maxime Chaussat (membre du FNJ du Rhône) qui a ouvert la cérémonie par un bref discours, suivi par Julien Rochedy (Secrétaire régional FNJ). Tous deux ont largement insisté sur l’exemplarité de Jeanne d’Arc pour le combat frontiste en faveur de la liberté d’expression. Cette liberté est malheureusement de plus en plus brimée par le système UMPS. Bruno Gollnisch en a lui-même largement fait les frais. En effet, le Parlement européen vient de lever son immunité parlementaire dans une nouvelle affaire de « délit d’opinion », suite à une plainte déposée en France par la « Ligue contre le Racisme » (LICRA). Dans son exposé, Bruno Gollnisch s’est néanmoins déclaré très optimiste car il avait déjà été blanchi en 2008 par le Conseil d’Etat pour un précédent « délit d’opinion » (affaire Gollnisch).

La cérémonie frontiste s’est terminée avec le dépôt d’une gerbe devant le monument de sainte Jeanne d’Arc, encadré des drapeaux bleu-blanc-rouge.


L’UNION (SOVIÉTIQUE) EUROPÉENNE S’ATTAQUE À BRUNO GOLLNISCH

Dans un communiqué du 8 octobre 2008, le groupe FN au Conseil Régional Rhône-Alpes a pris position de manière critique au sujet de l’Islam, conformément à la mission que ses électeurs lui avaient confié. Cette prise de position démocratique a cependant gêné les organisations prétendues « antiracistes » qui ont immédiatement porté plainte contre le groupe FN pour « incitation à la haine raciale » (alors que l’Islam n’est pas une race !). Au même moment, l’un des plaignants (« SOS Racisme ») s’était pourtant attaqué lui aussi sur son blog Internet de façon beaucoup plus virulente à une religion en critiquant Benoît XVI et le Vatican…

Depuis cette plainte, Bruno Gollnisch a été plusieurs fois convoqué en tant que président du groupe régional FN par le juge lyonnais Frédéric Campi. N’ayant pas honoré ces convocations en vertu de la liberté d’expression et de son immunité parlementaire, le juge Campi n’avait pourtant pas hésité à violer les lois en vigueur pour essayer de l’arrêter le 4 juin 2010 à Charbonnières-les-Bains/Rhône (alors que Bruno Gollnisch se trouvait à Bruxelles). Après avoir été sévèrement rappelé à l’ordre, M. Campi a finalement lancé une procédure pour déchoir Bruno Gollnisch de son immunité parlementaire européenne. Cette immunité vient d’être levée ce mardi 10 mai. Voici le communiqué de Bruno Gollnisch à ce sujet, publié le même jour : (suite…)


2e TOUR DES CANTONALES : LA PERCÉE DU FN SE CONFIRME DANS LE RHÔNE

Lors du 2e tour des élections cantonales, le FN a encore progressé sur tous les fronts. L’avancée est tellement nette que les résultats peuvent être qualifiés d’historiques.

Dans notre département du Rhône, le FN avait réussi dimanche dernier à se maintenir au second tour dans 11 des 27 cantons renouvelables, éliminant au passage neuf “apparatchiks” de l’UMP et deux socialistes. Au second tour de ce dimanche, aucun de nos candidats n’a finalement été élu, mais le succès du FN reste néanmoins incontestable et prometteur pour l’avenir. Pour le dire comme Bruno Gollnisch : “Nous ferons comme les socialistes en Angleterre au 19e siècle : ils progressaient petit à petit et tout d’un coup ils ont fait basculer le système.”

Voici donc les scores obtenus par nos candidats au second tour et leur progression en % par rapport au premier tour : (suite…)


CANTONALES 2011 : GRANDE VICTOIRE POUR LE FRONT NATIONAL

Lors du premier tour des élections cantonales ce dimanche 20 mars, le Front National a remporté l’une des plus grandes victoires de son histoire. Il s’impose désormais comme la troisième force politique en France, voire comme la deuxième force dans certaines régions où il dépasse largement les scores de l’UMP au pouvoir.

Tout avait été cependant fait pour nuire au FN. Dernière magouille en date : le nième changement du code électoral fixant désormais l’accès au second tour à 12,5 % des électeurs inscrits, contre 10 % auparavant. Son objectif : empêcher le FN d’être présent au second tour afin d’éviter les triangulaires gauche-droite-FN. Les partis du système voulaient ainsi rester entre eux et continuer comme avant. (suite…)