Qui aujourd’hui en 2014 souffre de discrimination en France ? (par Romain VAUDAN)

Intervention de Romain VAUDAN au sujet des subventions accordées par la ville de Lyon à SOS Racisme et au MRAP :

Romain VaudanFrançois Hollande s’est fixé comme objectif d’inverser la courbe du chômage. J’aimerais qu’ici, tous autant que nous sommes, nous nous efforcions d’inverser la courbe des dépenses.

Je vous épargne pour aujourd’hui mon refrain sur la façon dont vous gaspillez éhontément l’argent des Lyonnais puisque de toute façon, ces considérations ne vous empêchent pas de dormir, mais je vais entrer plus en détail dans le fond de ce rapport à savoir à qui vous adressez ces 58 000 € et pourquoi.

Ce rapport a pour objet de lutter contre les discriminations. Un bien vilain mot qu’il faut absolument combattre, je suis avec vous. Mais qui aujourd’hui en 2014 souffre de discrimination en France ?

Les véritables victimes de discrimination dans notre pays, c’est nous ! Les « sans-dents » comme nous appelle le Président de la République, les « illettrés », comme nous appelle le ministre de l’économie. Ce sont les millions d’oubliés de la politique désastreuse menée par les dirigeants de droite comme de gauche que vous soutenez tous depuis 40 ans. Ce sont les 200 000 français qui dorment dans la rue, les 4 millions de mal logés, les 5 millions de chômeurs, les 2 millions de travailleurs pauvres. Ce sont ces millions de Français culpabilisés par la droite et abandonnés par la gauche. Dans ce rapport, je ne vois rien pour eux.

Il est en effet bien plus facile de donner de l’argent aux copains d’SOS Racisme, aux amis du MRAP ou aux collègues de la Ligue des Droits de l’Homme qui porte très mal son nom.

Les 13% de Français qui font encore confiance à François Hollande sont là, dans ce rapport, ce sont ses obligés, car ils savent qu’avec lui et ses amis, avec vous, ils continueront à toucher de précieuses subventions.

Ces associations galvaudent les mots d’égalité et de liberté car pour elles, la liberté d’un individu s’arrête là où commence le vote Front National. Ces associations politiques qui ne survivent que grâce aux généreuses subventions de l’état et des collectivités ont pour seul et unique objectif la lutte contre le Front National. Il y a quelque chose de malsain à ce que de l’argent public serve à imprimer et à diffuser une propagande contre un parti politique qui représente 25% des français. Pour défendre l’égalité, on a vu mieux.

C’est malsain et dangereux. Sachez que je m’opposerais tout aussi farouchement contre une subvention accordée à une organisation ouvertement anti-communiste. C’est un principe de bon sens que je défends, pas politique.

Mais je vous l’accorde, oui il y a du racisme en France, mais il ne vient pas nécessairement de là où l’on croit. S’il y a du racisme en France, c’est parce que vous l’avez créé en ouvrant les portes de notre pays à une immigration massive chaque année plus importante, en cédant aux revendications identitaires et communautaires de ces populations et en culpabilisant constamment le français d’être un beauf, raciste et fermé sur le monde.

Je vous rejoindrai dans votre combat contre le racisme le jour où vous intégrerez le racisme anti blanc dans votre lutte. Car il s’agit actuellement et sans commune mesure, dans les cours d’école, dans la rue et sur internet, de la forme de racisme la plus répandu dans notre pays.

J’invite quiconque autour de cette table à faire une recherche sur twitter du mot « babtou » qui est le verlan du mot wolof « toubab » qui signifie « blanc ». Les courageux se feront alors une idée de l’ampleur de la situation.

Quand un de nos compatriotes s’est récemment fait assassiner parce que Français, catholique et blanc par une organisation terroriste qui suscite la sympathie chez 15 % de nos compatriotes, il est évident qu’il s’agit là d’un problème à ne pas prendre à la légère…

Jean Jaurès disait, si l’homme ne peut changer les choses, il en change le nom. Ainsi, dans la novlangue socialiste, ce que vous appelez « vivre ensemble » moi je l’appelle incitation au communautarisme. Vous pensez acheter la paix sociale en distribuant de l’argent aux uns et aux autres. Mais la paix ne s’achète pas, elle s’impose.

Par votre politique insensée, ce que vous avez créé c’est une bombe à retardement. Vous avez provoqué une situation explosive qui a déjà des précédents dans l’histoire du monde moderne. Le Liban, le Kosovo… Si c’est cela que vous voulez pour notre pays, dites-le ouvertement, mais soyez certains que vous trouverez toujours des hommes comme moi sur votre chemin. Et nous sommes des millions. Nous ne vous laisserons pas faire.

Évidemment je voterai contre ce scandaleux rapport et invite ceux qui parmi mes collègues s’inquiètent de la situation de notre pays à en faire de même. Je vous remercie.