Le FN uni derrière Marine, Gollnisch dans le Top cinq… en avant !

Source : http://gollnisch.com

BGComme un symbole du doute et des divisions qui minent les adversaires du FN, Nicolas Sarkozy qui tablait sur 80 % des voix a finalement été élu à la présidence de l’UMP samedi soir avec moins de 65 % des suffrages. Et personne ne se presse pour répondre à ses appels du pied pour « travailler en équipe », figurer sur la photo de famille qu’il appelle de ses vœux pour incarner ce « nouveau départ » au sein de l’écurie de la droite atlanto-bruxelloise. Quant à la gauche, le désaveu populaire qui la frappe s’est matérialisé dans l’échec de sa manifestation contre la tenue du congrès du FN à Lyon cette fin de semaine. Secrétaire départemental du FN et conseiller régional du Rhône, conseiller municipal de Lyon, notre ami Christophe Boudot avait invité non sans humour le 24 novembre le maire socialiste Gérard Collomb à se rendre au congrès frontiste : « vous y serez sûrement plus en sécurité qu’en centre-ville ! » avait-il affirmé. L’élu FN a vu juste. Certes le rassemblement préparé depuis des mois contre l’opposition nationale par la Coordination nationale contre l’extrême droite (CONEX), les centrales syndicales, les officines antiracistes, militants socialistes, communistes, écolo-gauchistes, les groupuscules trotskystes et autres libertaires a été un bide retentissant. Loin très loin, de la démonstration de force d’« ampleur nationale » (sic) qui était promise. Environ seulement 2000 personnes ont manifesté, mais ce maigrelet rassemblement a dégénéré en affrontements violents avec les forces de l’ordre. Les casseurs venus notamment d’Allemagne et d’Italie ont saccagé méthodiquement mobilier urbain et vitrines. Onze policiers ont été blessés.

Quel contraste entre ces tristes spectacles et l’ambiance enthousiaste, de fraternité, qui régnait à l’occasion de ce XVème congrès du FN ! Celui-ci a vu sans surprise la réélection triomphale de Marine Le Pen avec 100 % des votes. Un FN uni, soudé, sur l’essentiel qui a donné une belle image aux délégations étrangères qui étaient venues nous honorer de leur amitié. Notamment nos amis autrichiens, bulgares, italiens, néerlandais, russes aussi en la personne de Andreï Issaïev, député russe, vice-président de la Douma et de Andreï Klimov, chef adjoint de la commission des affaires internationales du Conseil de la fédération russe.

Au nombre des annonces concernant l’organigramme du FN, relevons que Steeve Briois, maire d’Hénin-Beaumont et député européen, cède son poste de Secrétaire général au député européen Nicolas Bay, mais Steeve devient vice-président aux exécutifs locaux et à l’encadrement. Marie-Christine Arnautu, ex-vice présidente chargée des Affaires sociales, est désormais chargée de « l’administration interne » avec le même rang. Jean-François Jalkh, devient le 1er vice-président chargé des affaires juridiques. Louis Aliot reste vice-président et se voit chargé du dossier des élus en sus de la formation.

Si la réélection de Marine était assurée, les observateurs politiques et autres patentés spécialistes es FN se sont donc surtout penchés sur les résultats de l’élection du nouveau Comité Central (CC), qui donnent une idée des sensibilités qui enrichissent et structurent notre formation politique.

Ce nouveau CC tel qu’il a été désigné par le vote de 53 % de nos adhérents selon les chiffres officiels communiqués par Jean-François Jalkh, reflète assez logiquement nos succès électoraux récents avec l’élection de nombreux députés européens et des maires nouvellement élus qui avaient fait acte de candidature.

Y figurent aussi en bonne place d’autres cadres et militants ayant fait la preuve de leur talent, de leur courage, de leur fidélité, de leur compétence. Il est tout aussi logique que figurent aux premières places et dans l’ordre la courageuse Marion Maréchal-Le Pen, plus jeune députée de la cinquième République, les vice-présidents Louis Aliot, Steeve Briois, Florian Philippot.

La cinquième place de Bruno Gollnisch (65 % des voix), atteste aussi de la permanence, du dynamisme de la sensibilité qui est la sienne au sein du Front, de la volonté du « peuple FN » de lui voir jouer un rôle significatif. Une place d’autant plus remarquable que beaucoup de nos nouveaux adhérents connaissent peu ou mal Bruno, victime depuis quatre ans d’une large omerta médiatique et qui, même s’il le regrette, n’occupe pas une vice-présidence.

Bouclant ce top 10, viennent ensuite le sénateur-maire de Fréjus, David Rachline, lui aussi le plus jeune sénateur de la Vème République, le trésorier du FN Wallerand de Saint-Just, le sénateur-maire Stéphane Ravier, la vice-présidente Marie Christine Arnautu, le conseiller sur l’immigration, nouveau Secrétaire général et député Nicolas Bay.

Le site du Marianne a vu dans le fait que « deux personnalités historiques du parti, Bruno Gollnisch (5e) et Marie-Christine Arnautu (8e) soient élus dans le top 10 des personnalités préférées des militants », la volonté « en creux » de « la base du parti » de rappeler que « (l’) électorat (du FN, NDLR) est davantage du côté des catholiques traditionalistes que des déçus de la gauche ». Une lecture assez réductrice puisque si les six millions de catholiques pratiquants occasionnels se tournent certes de plus en plus vers le FN, délaissant l’UMP, le poids électoral des catholiques dits « traditionalistes » n’est guère comparable à celui des millions de déçus de la gauche. Ex-électeurs du PS du PC, qui votaient déjà Jean-Marie en 1995 et de manière accrue pour Marine et le FN ces dernières années.

Autre son de cloche, Abel Mestre dans Le Monde, affirme qu’avec cette élection du Comité Central, c’est « une page qui se tourne » avec un « marinisme » « désormais hégémonique dans les instances du FN ». M. Mestre a en réalité quatre ans de retard puisque ce constat est valable depuis 2011 ! Notamment en ce sens que le marinisme, qu’il se garde bien de définir, n’est jamais comme le dit d’ailleurs Jean-Marie Le Pen, que l’expression de la permanence du programme frontiste. Fondamentaux exprimés par Marine avec le talent et la sensibilité qui lui sont propres, qui axe son discours, c’est vrai, sur une situation sociale et économique qui s’est beaucoup dégradée.

Amaury Navarranne, chef de cabinet de Bruno Gollnisch, l’expliquait de la même façon au journaliste de France Tv info, répondant à ceux qui veulent opposer radicalement et assez artificiellement parfois, les anciens et les modernes, FN du nord et FN du sud. « Jean-Marie Le Pen n’a pas une ligne si différente de celle de Florian Philippot. Le FN développe depuis plus de vingt-cinq ans dans son programme, ses discours une ligne sociale très forte. Je me souviens, quand je collais mes premiers autocollants pour le FN, le slogan était alors : Le social, c’est le Front National. Le discours n’est pas brouillé au sein du FN. Le Pen père a toujours défendu les PME, par exemple. Seulement, Marine Le Pen fait une synthèse d’idées plus large, car elle vise 2017 avant tout ».

Mais Abel Mestre voit dans le résultat des votes pour le CC une « perte rude » pour les amis de Bruno Gollnish. « Le Comité Central sortant comportait environ 45 % de pro-Gollnisch (…). Les gollnischiens paient, en vérité, l’attentisme de leur leader, qui n’a jamais voulu se constituer en courant pour peser en interne » (sic).

Une lecture encore une fois contestable, car si, pour toutes les raisons évoquées plus haut, ce CC s’est ouvert à de nouvelles têtes, les frontistes, anciens ou nouveaux, se présentant avec le soutien de Bruno ont été très nombreux à être élus. En l’espèce Julien Sanchez, Franck Briffaut, Pierre Cheynet, Charles Perrot, Françoise Grolet, Thibaut de La Tocnaye, Me Frédéric Pichon, Agnès Henry, Jacques Colombier, Julien Langard, Christophe Boudot, Erwann Le Gouellec, Amaury Navaranne, Bruno Subtil, François Bonnieux, Catherine Salagnac, Blanche Chaussat, Agnés Marion, Jean-Marc de Lacoste-Lareymondie, Gonzague Malherbe, Brigitte Neveux, Sabine de Villeroché,…

Bref, sur les 47 noms, dont le sien, pour lesquels Bruno appelait à voter sur son blogue, pensant que lesdits candidats « (méritent) une attention particulière, ce qui ne signifie pas, tant s’en faut, qu’ils soient les seuls ! près de 45% ont été élus, pourcentage qui a dû échapper au journaliste du Monde.

Bruno Gollnisch aura l’occasion de revenir dans les jours à venir sur ce Congrès et les perspectives qu’il ouvre.