Quand la municipalité de Sainte-Foy-lès-Lyon se couche devant des revendications laïcardes

MurielCoativy Par Muriel COATIVY, conseillère municipale de Sainte-Foy-lès-Lyon

C’est si insidieux que cela pourrait passer inaperçu !

mai2012

Newsletter n°8 du 2 mai 2012

mai2013

Newsletter n°30 du 30 avril 2013

mai2014

Newsletter n°52 du 30 avril 2014

mai2015

Newsletter n°74 du 29 avril 2015

Qu’ont ces quatre images en commun ?

En apparence, elles sont identiques. Elles annoncent en 2012, 2013, 2014 puis 2015, la commémoration du 8 mai 1945 à Sainte-Foy-lès-Lyon. Sauf que, petit détail anodin, en 2015, la messe a disparu !!!

Pas complètement … elle a bien eu lieu, en présence d’une grande partie des élus de la majorité, et à l’initiative des anciens combattants. Mais elle n’a pas été annoncée auprès des fidésiens. Simple omission ? On peut en douter lorsqu’on connaît le contexte.

Séance du conseil municipal du 27 mai 2014 – question orale en fin de conseil de Monique COSSON, EELV : “dans la totale continuité des mandats précédents et en contradiction totale avec la loi de 1905 sur la laïcité, nous constatons que la commune invite les Fidésiens à la messe de l’église du Centre, avant le défilé, le dépôt de gerbes et les discours au Monument aux Morts”... Cette pratique de choisir une religion associée à une manifestation publique contrevient au fonctionnement laïque et démocratique de notre République”.

Madame le Maire avait alors pris longuement le temps de répondre. Entre autres arguments, pour réfuter cette demande, Madame Sarselli avait rappelé “qu’il y a des usages dans notre vie quotidienne.(…) A Sainte-Foy-lès-Lyon comme dans beaucoup de communes en France, cet usage est repris depuis 1922(…)pour mémoire, le 8 mai 1945 à 15h, dans toutes les églises de France, les cloches ont sonné pour annoncer cette victoire et la joie de tout le monde. Donc ce carton d’invitation ne remet absolument pas en cause notre neutralité et ne revient pas sur le principe de laïcité.” A l’issue de cette intervention, Madame le Maire avait été longuement et unanimement applaudie (sauf par nos trois élus de gauche) et je me réjouissais d’une telle position.

La décision semblait sans appel … c’était être bien naïf. La municipalité se sera couchée devant une telle revendication dès l’année suivante. Ah ! les belles phrases sur le respect de nos coutumes et de nos traditions.
Mais me voilà rassurée ! Lors de ma question écrite au conseil municipal du 18 décembre 2014, je demandais à Madame le Maire si le fait de demander aux parents s’ils souhaitaient  un repas classique ou sans porc pour leurs enfants n’était pas une atteinte au principe de laïcité. Elle me répondit que non, pas du tout, “cela se fait depuis très longtemps sur notre commune” donc, s’agissant d’une tradition, c’est intangible. Or, cette “coutume” doit être certainement postérieure à 1922 ! Donc je garde bon espoir pour que notre municipalité, afin de répondre aux demandes de tous les groupes d’opposition, revienne sur ces nouvelles coutumes à la rentrée de septembre.

PS : pour comprendre pourquoi le départ du cortège s’est déplacé de la place de l’Eglise à la place Xavier Ricard, il faut savoir que, lors de ce même conseil municipal du 27 mai 2014, Madame Cosson a condamné que l’on donne rendez-vous en enfants du CME sur la “place de l’église” ; cela pouvait heurter des enfants de confessions différentes. Et hop, on ne parle plus de messe, plus de place de l’église … tout le monde est content. Ah non, pas moi mais moi, je compte pour du beurre …

Sur le même sujet : quand-la-laicite-dessert-notre-heritage-culturel/