Fête Nationale : nuit de saccage à Vénissieux et inaction de la Mairie

damienMonchauCommuniqué de presse de Damien MONCHAU, conseiller municipal de Vénissieux, responsable Front National du secteur Portes du Sud.

Vénissieux (Rhône) 15 juillet 2015

Alors que la ville s’est  dernièrement  vue imposer un nombre important d’actes de délinquances ( visites de garages à la  chaîne, détériorations de bouches d’incendie, incendies de véhicules entre le 11 et le 12 de ce  mois etc…), voici que ces faits inacceptables ont augmenté d’un cran dans l’échelle de la violence dans la nuit du 13 au 14 juillet 2015 à l’occasion des festivités de la fête nationale, une fois encore perturbées. Mais cette fois, les tirs de mortiers servant à  accueillir la police lors de ses interventions, les tapages  nocturnes et autres traditionnels incendies de voitures n’ont pas suffi à contenter la racaille, sûrement enhardie par l’absence totale de réaction  des pouvoirs publics, dont Madame le maire et son équipe. En plus de tout cela,  ils ont cette année entrepris d’incendier le magasin Dia, situé 19 avenue Jean Cagne.  Certains policiers intervenus durant cette nuit de saccage iront jusqu’à  déclarer  à la presse que la situation fut  “pire que l’année passée “.  Énième  preuve, si besoin est, que les choses  n’évoluent pas dans le bon sens.

Que l’on ne s’y trompe pas, il ne s’agit pas là d’une simple nuit de dégradations, conséquence d’un “désœuvrement de la jeunesse de France” comme nous l’assènent depuis des années les partis de “gauche” dont celui de Madame Picard. Ces méfaits sont l’expression d’un rejet de notre Nation et de ses symboles par un groupe d’individus ne se reconnaissant plus dans notre identité nationale, conséquence de la politique communautariste imposée au niveau national ( hier par l’UMP, aujourd’hui par le PS) et de l’inaction coupable de l’équipe municipale en place, qui choisit systématiquement la politique de l’autruche par l’angélisme des  délinquants  plutôt que d’amorcer des réformes désormais essentielles :

Augmentation des effectifs de police Municipale, arrêt des dispositifs aussi coûteux  qu’inefficaces comme le TOP,  mise en place d’un système permettant l’optimisation de la circulation d’informations entre administrés et services de police, mise en place de nouvelles caméras de vidéo-surveillance pour protéger les habitants etc..

Le Front National refuse que les habitants de Vénissieux aient à supporter cette ambiance de guérilla urbaine et est solidaire des victimes qui apparemment intéressent peu Madame Picard, à qui nous rappelons qu’en France, le premier des droits est celui à la sécurité !