Venue d’un prédicateur salafiste à la grande mosquée de Givors : Le nouveau Préfet du Rhône doit prendre ses responsabilités et faire interdire le meeting de Nader Abou Anas !

NON à la venue d’un prédicateur salafiste à la Grande mosquée de Givors !

Le nouveau Préfet du Rhône, Stéphane Bouillon, a refusé de prendre un arrêté d’interdiction du meeting du prédicateur salafiste Nader Abou Anas prévu le 29 octobre à la Grande mosquée de Givors. Son refus d’agir contre la radicalisation islamiste est particulièrement piquant au moment où ce dernier se fixe comme objectif numéro 1, la prévention du terrorisme.

 

Contrairement à ce qu’il affirme, le représentant de l’Etat dans le Rhône a les moyens juridiques d’agir pour interdire le meeting d’un prédicateur salafiste dont les propos portent gravement atteinte à la dignité des femmes. Oui, le paragraphe I de l’article 8 de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l’état d’urgence permet au Préfet, dans le département « d’ordonner la fermeture provisoire des salles de spectacles, débits de boissons et lieux de réunion de toute nature, en particulier des lieux de culte au sein desquels sont tenus des propos constituant une provocation à la haine ou à la violence ou une provocation à la commission d’actes de terrorisme ou faisant l’apologie de tels actes. Peuvent être également interdites, à titre général ou particulier, les réunions de nature à provoquer ou à entretenir le désordre ».

 

La venue d’un prédicateur radicalisé véhiculant une idéologie qui porte gravement atteinte à la dignité de la femme, constitue une provocation à la haine et est de nature à provoquer le désordre dans la deuxième plus grande mosquée du Rhône. C’est pourquoi le Préfet du Rhône aurait dû prendre un arrêté d’interdiction de la conférence de Nader Abou Anas pour rappeler qu’un tel personnage n’est pas le bienvenu dans le département du Rhône. Son inaction est coupable car il refuse de s’attaquer à la racine du terrorisme c’est-à-dire l’islamisme.

 

Par conséquent, Antoine Mellies, conseiller municipal de Givors demande solennellement au Préfet du Rhône de prendre un arrêté d’interdiction du meeting islamiste de Nader Abou Anas.

Antoine MELLIES

Conseiller régional Auvergne – Rhône-Alpes

Conseiller municipal de Givors (suite…)


Communiqué de presse de Christophe BOUDOT

A Lyon, le racket fiscal est en marche

 

 

Le stationnement des véhicules dans les grandes villes est un sujet difficile et récurent, même s’il est évident que la surconcentration automobile doit être gérée par les autorités. Force est de constater que les automobilistes sont pris encore et encore pour des « vaches à lait ».

 

On a d’abord restreint considérablement tous les axes de circulation : la ville et ses faubourgs sont maintenant dans un état d’embouteillage permanent. Ensuite, on a augmenté de 25 % l’abonnement des résidents et supprimé toutes les places gratuites de stationnement. Un nouveau cap s’apprête à être franchi dans ce qui ressemble à une véritable chasse aux automobilistes.

 

En effet, le conseil municipal s’apprête à voter l’augmentation de 350 % des amendes pour non-paiement de stationnement qui vont passer de 17 à 60 euros. A partir du 1er janvier 2018, la ville de Lyon va collecter un nouvel impôt sur le dos de ceux qui sont obligés de prendre leur voiture pour des raisons professionnelles ou familiales, ou de ceux qui sont découragés par l’insécurité dans les transports et leur manque de praticité au quotidien…

 

Le Front National dénonce un véritable racket fiscal et demande au maire de Lyon de retirer le projet de délibération du prochain conseil municipal qui est une marche de plus vers un racket fiscal permanent.

 

Christophe BOUDOT

Conseiller municipal de Lyon

Président du groupe FN au Conseil régional


Travail détaché : la tartufferie des Républicains

Communiqué du groupe FN – 23 mars 2017

Le Front National est depuis toujours favorable à la priorité locale et nationale en matière d’emploi. C’est la raison pour laquelle nous avons voté, le 9 février dernier, le rapport présenté en Région Auvergne-Rhône-Alpes concernant la lutte contre le travail détaché et l’instauration de la « clause Molière ».

Or, le Préfet de Région, invoquant certaines dispositions européennes, demande de renoncer à cette clause linguistique jugée « discriminatoire »…

On voit bien là, une nouvelle fois, la schizophrénie politique qui frappe les LR et leurs alliés. Alors que dans les Régions, tentant de singer les thèmes du FN, les élus LR font voter des dispositifs de lutte contre le travail détaché, leurs députés votent à deux mains des dispositions européennes contraires.

La seule décision à prendre est de supprimer au niveau européen la directive des travailleurs détachés qui détruit nos emplois.

Il y a aujourd’hui une tartufferie LR qui mérite d’être soulignée : européiste et pour l’ouverture des frontières à Bruxelles et Strasbourg, partisans d’un protectionnisme économique en régions.

Les électrices et les électeurs français ont droit à une clarification. A moins qu’ils ne tranchent seuls les errances LR dès le 23 avril au soir…

Source : http://www.fn-aura.fr