Après la SNCF, Macron brade notre parc hydroélectrique, joyau de notre indépendance énergétique

Tribune de Muriel Coativy, Conseiller régional de Rhône-Alpes-Auvergne

Après les cheminots, Emmanuel Macron entreprend de se mettre à dos la maison EDF. Sans concertation avec les intéressés, le ministère de l’écologie a en effet adressé à la Commission européenne le 31 janvier dernier un courrier, non rendu public, comprenant une longue liste de 150 grands barrages qui devraient échapper à EDF d’ici 2022 pour revenir à des opérateurs privés français ou étrangers, en vertu de l’ouverture à la concurrence des concessions des barrages hydroélectriques français.

Cette décision du gouvernement Macron d’attaquer nos installations hydroélectriques qui représentent pourtant 70 % de notre électricité renouvelable, une électricité propre, sûre, bon marché et flexible, servant l’intérêt général, répondrait soi-disant à une injonction de Bruxelles. Etonnamment, seule la France est pressée d’ouvrir son marché à la concurrence privée alors que les autres pays européens continuent de réserver leur parc hydroélectrique à des opérateurs publics. En fait, sans raisons tangibles, notre gouvernement Macron cède aux injonctions d’une Commission européenne mortifère et pourtant affaiblie, par pur excès de zèle européiste, n’hésitant pas dès lors à mettre en danger la sécurité de notre territoire, le pouvoir d’achat de nos concitoyens, le service public de l’eau et notre indépendance énergétique pourtant chèrement acquise au cours des précédentes décennies.

Macron brade à tout va la maison France. En sabordant la filière hydraulique française, Macron se rend coupable d’un nouveau fiasco énergétique, à l’image de l’Allemagne et d’Angela Merkel qui a réussi, au nom de la transition énergétique, le triptyque surréaliste d’une énergie plus chère, plus sale et moins fiable.

______________________________________

Lors de l’assemblée plénière du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes du 29 mars 2018, à l’occasion d’un vœu du groupe “Socialiste et Démocrate”, Muriel Coativy pointait les contradictions de la gauche sur l’ouverture à la concurrence de nos barrages hydroélectriques.


Retrouvez les tribunes libres de mars 2018 de nos élus Bleu Marine du Rhône et de la Métropole de Lyon

Retrouvez les tribunes libres de mars 2018 de nos élus Bleu Marine du Rhône et de la Métropole de Lyon.

 

 


Tribune libre d’Oullins Bleu Marine – Décembre 2017

Une page se tourne

Par la volonté de notre ancien et nouveau maire, aidé de l’idéologie communautariste et clientéliste de la gauche et de la métropole, la ville d’Oullins a été retenue comme devant devenir la porte sud de Lyon avant son rattachement en 10eme arrondissement à plus ou moins long terme.
Le quartier de la Saulaie sur lequel depuis de nombreuses années on entend jérémier l’ensemble de la gauche Oullinoise Vert compris comme étant un quartier délaissé, devient en un tour de main le centre du monde. La métropole, propriétaire de 20 Ha sur 40 Ha des anciennes friches de la SNCF entend bien imposer sa vision des choses dans le cadre de la réhabilitation du quartier par la création d’une ZAC. Elle veut en faire un quartier urbain avec bureaux, crèche, école, logements sociaux et privés, mosquée, pour repousser les limites de la ville de Lyon.
La nouvelle conception urbaine de ce quartier en fera un centre mouvementé avec tout ce que cela comporte de meilleur et de moins bon. Finis le calme et la tranquillité et vive l’agitation de tous ordres comme le connaissent certaines banlieues ou certains arrondissements de Lyon.
La commune de La Mulatière est d’ailleurs fort ravie de s’associer à ce projet.
Adieu le cadre apaisé de notre commune, mais parait il, c’est notre salut pour l’avenir………
En attendant nous vous souhaitons de bonnes fêtes de Noël.


Tribune libre d’Oullins Bleu Marine – Novembre 2017

Le décret permettant le retour à la semaine de 4 jours dans les écoles maternelles et primaires autorise les maires à revenir sur la précédente réforme «Peillon» qui amenait la durée de la semaine à  4 1/2 jours de cours.
Cette réforme fut contestée par de nombreux enseignants, parents et élus, qui ont pu constater une fatigue accrue des élèves en fin de semaine ; ce nouveau mode s’est accompagné de créations d’activités périscolaires à la charge des communes, très partiellement financées par l’Etat. Il est intéressant de rappeler que bien souvent ces activités périscolaires ne consistaient qu’en une simple garderie pour lesquelles les municipalités ont du recruter de façon rapide et très hasardeuse des adultes encadrant sans réel contrôle !
Nous ne pouvons que nous féliciter de la décision de notre maire de revenir à la semaine de 4 jours pour les écoles de notre commune. Cette décision tombant sous le bon sens a bien entendu été refusée par  les élus «la gauche Oullinoise » qui s’obstinent à penser que cela n’est pas convenable pour l’enfant et que l’on ne pense pas à son intérêt.
Bien qu’exigeant d’inévitables réorganisations, l’application de cette dernière reforme des rythmes scolaires s’accompagnera d’une réduction des dépenses pour notre municipalité. Gageons, que les sommes ainsi économisées ne seront pas immédiatement affectées à d’autres gaspillages !


Retrouvez les tribunes libres de septembre 2017 de nos élus Bleu Marine du Rhône et de la Métropole de Lyon