Les élus Bleu Marine présents aux cérémonies du 8 mai 1945

GIVORS
Antoine Mellies, conseiller municipal de Givors, conseiller régional Auvergne Rhône Alpes et les conseillers municipaux du groupe Givors bleu marine, Emilie Fernandes Ramalho, Marie Joseph Fay, Corinne Charrier participaient avec les militants du Front National à la cérémonie de la victoire du 8 mai 1945 à Givors.
Le groupe Givors bleu marine a déploré le caractère politicien, électoraliste et diffamant du discours du Maire de Givors, Martial Passi qui n’a pas fait honneur à ceux qui se sont sacrifiés pour que la France reste libre et souveraine.
8 mai 2016 2 8 mai 2016 3
SAINTE-FOY-LES-LYON
Muriel Coativy, conseillère municipale de Ste-Foy-lès-Lyon et conseillère régionale Auvergne Rhône-Alpes participait ce dimanche 8 mai 2016 au 71ème anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945.

Pour la deuxième année consécutive, pour satisfaire aux exigences laïcardes des élus de gauche, la messe des anciens combattants n’est plus mentionnée sur l’agenda du site de la mairie http://www.murielcoativy.fr/quand la municipalité de Sainte-Foy-lès-Lyon se couche devant des revendications laicardes et le rendez-vous du défilé est donné Place Xavier Ricard, une place adjacente à la place de l’Eglise car il ne faut plus citer la place de l’Eglise (Conseil municipal du 27 mai 2014), le mot “église” pouvant heurter des enfants de confession non catholique !

Cette année encore, je ne peux que déplorer que la Marseillaise ait donné l’impression d’être subie par tous, a capella, les yeux baissés, les lèvres pincées … bientôt le nez bouché ? On a beaucoup écrit sur nos joueurs de football mais je peux vous assurer que nos élus fidésiens ne font pas mieux ! N’en déplaise à chacun, la Marseillaise est encore notre hymne national et à tous ceux qui défendent les valeurs de la république, seul notre chant national en est le symbole.
IMAG0270IMAG0268

Vous n’avez pas aimé l’histoire d’Anouchka ? Vous allez encore moins aimer celle de Malika …

Ou l’histoire hélas vraie de Malika, remake version XXIème siècle de

« Vol au-dessus d’un nid de coucou »

Malika a été expulsée de son logement à Sainte-Foy-lès-Lyon en octobre 2015 après avoir frappé durant plus de 18 mois à toutes les portes notamment au CCAS de sa commune, en vain, pour trouver un logement social. Plutôt que d’être “jetée” à la rue, les autorités compétentes ont alors préféré tamponner une Hospitalisation d’Office pour que cette personne puisse passer a minima un bon mois au chaud à Saint-Jean-de-Dieu (Lyon). Aujourd’hui, sans domicile fixe, elle refrappe à toutes les portes en vain et comme seule réponse, la mairie de sa commune d’origine lui propose le 115 … ou sa voiture ! Terrifiant exemple pratique du défi de solidarité de notre belle Métropole s’engageant à garantir un logement pour tous !

Par Muriel COATIVY, élue Ste Foy Bleu Marine.

PLH-U

Malika vit à Sainte-Foy-lès-Lyon depuis 1998. En 2012, victime des aléas de la vie, la machine se met très vite en marche. Un caillou dans le rouage, un évènement de la vie inattendu et faute de soutien familial, faute d’économies suffisantes, la descente aux enfers commence. Les jours passent, les ennuis s’accumulent, et malgré tous les appels au secours, les portes se ferment les unes après les autres.

Recevant une notification de fin de bail en mars 2014, elle se lance dans toutes les démarches nécessaires pour sortir de cette impasse. Dossier de surendettement, ouverture d’un dossier à la MDPH, demande de logement social auprès du CCAS de Ste-Foy, ouverture d’un dossier au DALO.

Or, entre mars 2014 et octobre 2015, 19 mois vont s’écouler sans que personne ne se soucie des appels au secours de Malika. Elle frappe à toutes les portes, les associations, la Mairie, les élus tous bords confondus, la ville de Lyon, la préfecture et même l’Elysée. (suite…)


Lettre à Mesdames et Messieurs les Maires des communes de l’ouest lyonnais pour l’accueil d’Anouchka et de sa famille

Mesdames,Messieurs les Maires,

Le 9 octobre 2015, je me suis permise de vous adresser un courrier pour vous avertir de la détresse dans laquelle se trouvait une famille “domiciliée” dans l’est lyonnais, à Pusignan précisément.  Dans le cadre de l’accueil que vous réserviez de façon très généreuse à l’ensemble des migrants arrivant sur le territoire, je vous invitais alors à réserver une attention toute particulière à nos propres concitoyens dans une urgence absolue.

Anouchka et ses trois filles ont depuis cette date continuer de “squatter”  leur 15m2 dans des conditions indignes et ne respectant en rien les normes de sécurité en vigueur dans notre pays. Cela ne semble pas vous avoir interpellés plus que cela dans votre rôle d’élu puisque vous n’avez pas pris le temps de me répondre ni même de prendre directement contact avec cette famille. Je me permets toutefois, par la présente, de vous donner de leurs nouvelles.

Après douze mois de squat dans un logement qui se devait n’être qu’une solution d’urgence mais qui fut la seule solution au final pour éviter à cette mère et ses trois filles de connaître la rue, faute d’intérêt de quiconque à cette situation concrète, Anouchka et sa famille ont pu emménager ce vendredi 1er avril 2016 dans un appartement DALLO en plein coeur de Lyon.

La veille, je siégeais au conseil municipal de Ste-Foy-lès-Lyon et nous abordions, entre autres, le débat sur les orientations du Projet d’Aménagement et de Développement Durable du PLU-H dans le cadre de la métropolisation. Des orientations organisées autour de quatre grands défis dont celui de la solidarité consistant à garantir l’accès au logement à toutes les étapes de la vie. Le poids des belles phrases, le choc des diaporamas ! Je me suis permise de douter de la réalisation pratique de ces beaux engagements pris sur papier glacé par des technocrates débordés dans des bureaux bien chauffés. Madame Le Maire, à son accoutumée, m’a exhortée de ne pas monter les personnes les unes contre les autres et d’être confiante dans l’avenir !

Sauf qu’hier, vendredi 1er avril, pour aider Anouchka et ses filles à déménager, pas de comité d’accueil par de quelconques associations ou par les CCAS concernés. Pas d’assistante sociale pour s’assurer que les deux enfants auront des conditions de vie décentes pour vivre et étudier. Pas de livraison gratuite de literie ou rangements Ikéa, de réfrigérateur ou gazinière Darty. Le poids des silences, le choc des photos. Vous voyez, Mesdames et Messieurs les élus, après une année de silence, d’ignorance et de mépris, le défi de solidarité ne tient pas dans une brochure de papier glacé avec des mots savamment choisis ; le défi de solidarité tient dans un petit SMS tout simple, sans prétention  “Cc Muriel le bonheur retrouvé avec ttes mes filles, encore merci à toi et ton équipe bisous”. Je vous souhaite de connaître CE défi de solidarité.

Je vous prie d’agréer, Mesdames et Messieurs les Maires, l’expression de mes respectueuses salutations.

Muriel COATIVY,

Secrétaire départementale adjointe de la fédération Front national du Rhône

Conseillère municipale Sainte-Foy-lès-Lyon – Conseillèrerégionale Auvergne Rhône-Alpes

 

Lettre adressée aux maires des communes d’Oullins, de Pierre-Bénite, d’Irigny, de Saint-Genis-Laval, de La Mulatière, de Sainte-Foy-lès-Lyon, de Francheville, de Tassin-la-Demi-Lune, de Craponne, de Brignais, de Chaponost, de Vaugneray, d’Ecully et de Limonest.

AnouchkaMerci à Georges, Robert et Christian sans oublier toute l’équipe de TV Libertés.


Sainte-Foy-lès-Lyon – Affaire Preynat. Trop, c’est trop !

Par Muriel COATIVY, conseillère municipale Ste Foy Bleu MarinepreynatQui n’a pas entendu parler de l’affaire du Père Preynat, ce prêtre mis en examen le 27 janvier 2016 pour des agressions sexuelles sur de jeunes scouts entre 1986 et 1991 alors qu’il était vicaire de la paroisse Saint-Luc de Sainte-Foy-lès-Lyon ?

Cette “affaire” fait la UNE du Progrès depuis plus d’un mois. Chaque jour, ou presque, les journalistes nous submergent, au gré des rubriques, de nouvelles “informations”. Ce jour, alors qu’il est si rare d’avoir des nouvelles de notre commune Sainte-Foy-lès-Lyon dans “l’actu Lyon ouest”, une page entière nous convie aux témoignages de la communauté catholique de la commune. Les terroristes de Bruxelles passent du coup pour des touristes de passage, à côté, dans leur petit onglet !

Enfin, si rare, que dis-je ? hier mercredi 23 mars 2016, nous avons eu droit aussi, dans la rubrique enquête, à une page entière sur une prétendue légende selon laquelle, à Pâques, sur la commune, jusqu’en 1830, les bouchers dépeçaient des agneaux suspendus, prisonniers dans des cages en fer, en les écorchant vifs  … pour faire mémoire de la mort du Christ. Pour, au final de l’article, apprendre que ce ne serait qu’une pure légende à des fins anti-cléricales. A quoi bon donc une telle information donnée sur l’ensemble de la région ?

Il ne s’agit nullement de revenir sur l’éventuelle culpabilité du père Preynat et de l’éventuelle implication de ses supérieurs. La justice est saisie et nous devons lui laisser faire son travail. Le principe de la présomption d’innocence est un principe fondamental du système judiciaire français. Pourtant, encore une fois, l’appétit des médias à des fins mercantiles et anti-cléricales semble encore plus important que le respect de la loi, pouvant aboutir à un réel lynchage médiatique condamnant sans nuance un individu voire même en l’espèce toute une communauté.

A l’heure du #pasdamalgame et du #tousuniscontrelahaine, pourquoi un tel acharnement de mauvaise foi de notre presse locale dans la présentation de l’actualité et dans le respect de nos lois ? J’invite la direction du Progrès, dans ce même souci d’apaisement qui la guide à l’égard de certaines communautés, d’avoir la même démarche à l’égard de la communauté chrétienne. Pourquoi ne pas faire découvrir à vos lecteurs toute la richesse et la grandeur de la communauté chrétienne au travers des actions de l’association SOS Chrétiens d’Orient notamment, une association qui oeuvre à la réalisation de projets concrets promouvant la fraternité avec les chrétiens d’Orient. Il y aurait tant à dire. Vous ne seriez alors pas obligés de faire les fonds de bistrots de Sainte-Foy-lès-Lyon.


Anouchka, symbole de cette France oubliée … et persécutée !

Ce jour, Anouchka a porté plainte à la gendarmerie de Saint-Laurent de Mure contre la MDR de Genas pour non assistance à personne en danger. L’assistante sociale en charge de son dossier refuse de passer un simple coup de téléphone qui lui permettrait de prendre possession d’un logement digne pour elle et ses filles.

Anouchka2

Petit rappel de l’histoire d’Anouchka et de ses trois filles habitant l’est lyonnais que bon nombre ont pris soin de ne pas trop connaître pour dormir sereinement :

Le 9 octobre dernier, j’adressais une lettre aux maires des communes de l’ouest lyonnais pour leur demander de venir en aide à cette famille de l’est … lyonnais.

Le 29 janvier 2016, TV Libertés consacrait son premier reportage “Témoins à charge” pour dénoncer le drame du logement en France et de l’injustice sociale.

Le 16 février 2016, nous avions le plaisir de vous donner des nouvelles d’Aouchka en annonçant que le DALO, Entreprise Habitat lui proposait enfin un logement dans Lyon après un an de squat dans une pièce insalubre à Pusignan. Mais les choses ont tardé et le dossier n’est passé en commission que le jeudi 4 mars dernier. Il a été accepté rendant l’appartement disponible sur le champ. Ou presque !!!…

Seule petite formalité à respecter : l’ACAL de Lyon doit se porter garant pour la caution. En général, l’instruction du dossier par cet organisme nécessite trois bonnes semaines mais une procédure d’urgence existe : il suffit à l’assistante sociale de la MDR (de Genas en l’espèce) de passer un coup de téléphone à l’ACAL (qui dispose à ce titre d’une ligne directe) et d’assortir ce coup de fil de l’envoi d’un courrier. Le dossier est alors validé dans la minute qui suit et les personnes concernées peuvent emménager dans l’heure.

Mais voilà !!! L’assistante sociale reçoit le mercredi 9 mars le courrier du DALO attestant que le dossier est accepté. Anouchka appelle la MDR le jeudi 10  “Oui j’ai bien reçu le dossier mais je m’en occuperai quand j’aurai un moment”. Anouchka appelle le vendredi 11 “Non, le courrier n’est pas parti. Je vais le donner à signer à mon supérieur et il partira au courrier de ce soir”. Anouchka se propose de récupérer le courrier signé pour le remettre en mains propres à l’ACAL. “Non, laissez-nous faire notre travail”.

Lundi 14, Anouchka appelle l’ACAL pour s’assurer qu’elle a bien compris la procédure d’urgence. Oui, il suffit de passer un coup de fil pour qu’elle soit enclenchée et que l’ACAL puisse se porter garante.

Mardi 15, l’ACAL n’a toujours pas reçu le courrier et toujours pas de coup de téléphone.
Mercredi 16 : l’ACAL n’a toujours pas reçu le courrier et toujours pas de coup de téléphone. Anouchka appelle l’assistante sociale de la MDR de Genas qui lui répond “Non, je ne téléphonerai pas à l’ACAL” “il faut attendre” “Je sais faire mon travail”.  Et après on s’étonne que des gens dorment dans leur voiture !

Anouchka a porté plainte ce jour à la gendarmerie de Saint-Laurent de Mure contre la MDR de Genas pour non assistance à personne en danger.


Vous répéterez trois fois après moi “L’Europe, c’est une chance pour la France”

69_COATIVY-Muriel_OKPetit témoignage à l’attention de la bien-pensance qui dénigre sans cesse les idées du Front national … A bon entendeur !

Par Muriel COATIVY, conseillère régionale Auvergne Rhône-Alpes

Petit dimanche tranquille autour du feu. On ne peut s’empêcher d’avoir une pensée attristée pour nos agriculteurs français. Un débat s’ensuit entre les membres présents  : la militante frontiste : “encore l’effet néfaste de cette Europe de Bruxelles qui nous paralyse”. Réponse du militant socialiste “Pas du tout. Trop facile. L’Europe nous protège. C’est à cause des grandes distributions et des gros capitalistes”. En conclusion : le Front national n’y connaît rien !

Or, titre de la presse ce matin au petit déjeuner :

“Intermarché visé par Bruxelles pour un prix plancher”.

Pour soutenir les éleveurs étranglés par l’effondrement des cours, différents enseignes de grande distribution avaient accepté en 2015 le coût d’un prix plancher. Aujourd’hui Intermarché est visé par une enquête de la commission européenne pour entrave à la concurrence étrangère et risque une amende potentielle à hauteur de 5% de notre chiffre d’affaires.

Au salon de l’Agriculture, samedi, certains manifestants n’hésitaient pas à mettre en cause la responsabilité de l’Union européenne dans la chute des prix qu’ils dénoncent. Mais M. Valls est venu de suite rappeler tout le monde à l’ordre en imposant à chacun un trois fois après moi “L’Europe, c’est une chance pour la France”. “Non je ne serai pas tenter par le vote FN” en déclarant “Les agriculteurs savent aussi ce qu’ils doivent aux pouvoirs publics, et plus particulièrement à l’Europe. Voter Front National, c’est détruire ce modèle européen qui a aussi soutenu l’agriculture française”.

Alors, quand j’ai osé souligner qu’on allait droit dans le mur avec le TAFTA, j’ai eu droit à un “connais pas”. Mais ce n’est pas grave car quand on est dans la bien-pensance, on ne peut que bien penser …

Allez, à ma Maman qui m’a appris de jolis dictons quand j’étais petite : “Le principal fléau de l’humanité n’est pas l’ignorance mais le refus de savoir” Simone de Beauvoir.

Lire ==> L’agriculture française va déjà mal? Elle ira moins bien avec le TAFTA

 


Avis de décès de Michel GIANDOLINI

IMG_0985Ste Foy Bleu Marine est en deuil ce soir. Nous perdons un ami proche, un ami cher, Michel GIANDOLINI, décédé lundi 22 février 2016 à l’hôpital de la Croix Rousse des suites d’une longue maladie.

 

 

 

 

Michel, tu as su faire preuve d’un grand courage, tu nous as souvent ému aux larmes, tu as milité à nos côtés au-delà de tes forces.

SAM_0214

Ta présence était un soutien indéfectible, une chance inégalable. Sur les photos, tu te cachais toujours derrière nous car tu n’aimais pas ton visage déformé par la maladie mais on te savait là et sans toi, ce ne sera plus pareil. Tu vas nous manquer, tu vas me manquer. Repose en paix.

P1070776Toutes nos condoléances vont à Adriana sa femme, exemplaire jusqu’à la fin et à sa fille.

Messe d’enterrement vendredi 26 février 2016 à 14h église du centre de Sainte-Foy-lès-Lyon. Ni fleurs ni couronnes mais des dons possibles pour la ligue de recherche contre le cancer.