L’Egalité de traitement politique est un leurre

L’enjeu de ces législatives 2012 fut, pour tous les partis, leur financement public pour les cinq prochaines années. Ce financement se découpe en deux partis.

D’une part, chaque bulletin rapporte au 1er tour 1,68 euro par an. Fort de ses 3,52 millions de voix, le Front national bénéficiera ainsi d’un financement annuel  de 5,9 millions d’euros pour les cinq prochaines années. Cela ne tient pas compte du système électoral français complètement inique et de l’effet sournois de l’abstention qui en découle. Il ne fait plus aucun doute que si les élections législatives se déroulaient à la proportionnelle comme dans les 27 autres pays européens, nombreux sont les français qui se seraient déplacés dans les bureaux de vote au lieu de préférer les bouder pour dénoncer le bipartisme à la française. Les partis pluriels auraient alors fait de bien meilleurs scores.

Le deuxième volet du financement est une prime d’environ 42 200 euros par parlementaire élu et par an. Ainsi, « fort » de ses deux élus, le Front national a l’immense honneur de recevoir 84 400 euros annuels qui se rajoutent aux 5,9 millions soit un total de 6 millions d’euros. Dans un schéma démocratique, le Rassemblement Bleu Marine aurait pu « espérer » au moins 70 sièges sur les 577 élus soit un total de 8,85 millions d’euros.

Lorsque l’on sait que le Parti socialiste, avec 34,3 % des suffrages au premier tour, recevra un financement annuel de 30 millions d’euros, le Front national avec 8,85 millions d’euros resterait encore en-deçà d’un financement proportionnel.

Oui, décidément, l’égalité de traitement est un leurre !

Rédigé par Muriel COATIVY
Secrétaire départemental adjointe
Responsable de la XIIème circonscription du Rhône

Marche de protestation contre la profanation de l’église de Chassieu

André Pozzi, reponsable de la 13ème circonscription Front national de l’est lyonnais organisait le samedi 7 octobre 2012 une marche silencieuse à Chassieu pour protester contre l’inscription de tags islamistes sur la paroisse de l’église le samedi 23 septembre dernier. Et dénoncer du même coup le silence de la mairie et des médias concernant cette profanation.

Inutile de préciser que,  suite aux interrogations de l’article de presse du Progrès du 5 octobre 2012, aucun élu politique “traditionnel”, entendez par là notamment des élus UMP, ne s’était joint à cette marche silencieuse.


Circulez, il n’y a rien à dire…

Communiqué de presse de Bruno Gollnisch
Président du Groupe Front National au Conseil Régional Rhône-Alpes

À l’occasion de la session du Conseil Régional, le Groupe F.N. avait demandé, conformément au règlement de l’Assemblée, l’ouverture d’un débat sur la progression dramatique de l’insécurité dans la Région, notamment dans les agglomérations de Lyon, Saint-Étienne et Grenoble, et sur les moyens et d’y remédier.

M. Queyranne, qui fut brièvement Ministre de l’Intérieur, s’y est opposé, invoquant que la sécurité ne faisait pas partie des compétences de la Région. Ce raisonnement a été suivi par les autres représentants de groupes politiques, y compris l’U.M.P. Il est dérisoire.

La Région s’occupe de quantités de sujets que la loi ne lui a pas explicitement attribués. À quel titre par exemple, la “lutte contre les discriminations”, inscrite à l’ordre du jour de Vendredi serait-elle un sujet régional, et pas la sécurité, première des libertés ?

En outre l’insécurité a de nombreuses causes morales, sociales, politiques, éducatives, qui ne sont pas étrangères aux compétences de la Région !

Cet incident est très révélateur des dérives de notre “démocratie”. Les élus sont dessaisis de leurs responsabilités. Ils ne demandent pas mieux. Quant un problème grave se produit, comme récemment à Échirolles près de Grenoble, la réaction est immédiate : “surtout pas de politique”. Mais alors, à quoi sert la politique ?

On voit bien que sur tous les sujets, on aménage la décadence, sans y porter remède.

Le problème, c’est que les voyous se f… des discours de compassion pour leurs victimes, ou de réprobation de leurs actes. Ils se moquent bien, hélas, des “marches blanches”, des recueillements silencieux et des lâchers de ballons. Ils n’évoluent pas, eux, dans le monde des Bisounours. C’est une grande lâcheté que de dissimuler la réalité derrière l’expression de bons sentiments. En réalité, si nos adversaires politiques refusent le débat, c’est qu’ils sont co-responsables de la situation actuelle, et ne redoutent rien de plus que l’évocation de ces responsabilités. Ils sont incompétents, oui, mais dans tous les sens du terme.


L’effroyable lynchage de Grenoble est le résultat d’une décomposition sociale, ethnique, familiale, morale, économique … de notre société

Communiqué de Bruno Gollnisch, député européen, président du groupe Front National au conseil régional Rhône-Alpes

L’effroyable lynchage perpétré à Grenoble contre deux jeunes gens assaillis par une bande donne lieu de la part des autorités politiques, médiatiques et judiciaires à un véritable camouflage, comme c’est de plus en plus le cas s’agissant des « faits divers » révélateurs des dérives de notre société.

Les éléments ne sont connus que par bribes. Le procureur parle de bagarre qui aurait mal tourné. Une « bagarre » à deux contre vingt ! Les identités des agresseurs « présumés », même majeurs, seront sans doute cachées au public, etc.

La vérité, c’est que ces faits traduisent la montée de la violence dans une société en décomposition. Décomposition sociale, ethnique, familiale, morale, économique… A côté de cela, les protestations de fermeté des gouvernements successifs, à Grenoble justement, ne sont que rodomontades et le resteront. Car c’est aux causes profondes de cette décomposition qu’il faudrait s’attaquer. Mais en dehors de nous, qui osera le faire ?

Le groupe des 15 conseillers régionaux Front National de Rhône-Alpes a l’intention d’évoquer ce crime jeudi et vendredi prochain lors de la session plénière de l’assemblée régionale, et de demander l’audition du préfet de région sur les questions de sécurité dans les agglomérations de Grenoble, Lyon, Saint-Étienne.


LE DROIT DE VOTE AUX ETRANGERS : ACTE DE TRAHISON NATIONAL DU PS

COMMUNIQUE  DE  PRESSE  DU  FN  VILLEURBANNE

Le Front National confirme son refus catégorique du droit de vote aux  extracommunautaires. Ce refus  découle du  principe de base de son programme : la préférence nationale.

La volonté du PS  d’accorder  ce droit de vote  repose sur une stratégie simple : devant la désaffection croissante des français pour la gauche universaliste et laxiste, ces élus  PS comptent   dans le futur se maintenir au pouvoir  en s’appuyant sur des électeurs  extracommunautaires  qui constitueront un vote communautariste et confessionnel.

Le vote majoritaire en faveur  des islamistes de ressortissants maghrébins  installés en France depuis 50 ans est une bonne illustration du danger de cette mesure  pour la république.

Pour le PS c’est la suite logique de la politique entreprise depuis 30 ans de destruction de  l’identité  de la France en  noyant  son peuple sous le tsunami migratoire émanant du sud.

A Villeurbanne cette politique est  appliquée avec constance par la municipalité dans tous les domaines.  Les villeurbannais en constatent  les conséquences négatives pour leur ville.

Le Front national n’acceptera jamais l’application de cette mesure qu’il assimile à une  trahison nationale. Rappelons aux français que  la principale source des maux de notre pays est l’immigration extracommunautaire et les politiciens de l’UMPS.

Stéphane Poncet
Responsable du FN Villeurbanne
Secrétaire département adjoint FN 69

Prêt pour le second tour

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE CHRISTOPHE BOUDOT, SECRÉTAIRE DÉPARTEMENTAL, CONSEILLER RÉGIONAL ET MEMBRE DU BUREAU POLITIQUE DU FN

Je souhaite plein succès à nos deux candidates du FN sur les 11e et 14e conscription du Rhône et en appelle à tous les électeurs patriotes de ces circonscriptions pour voter en masse dimanche et faire entrer un député FN de plus à l’assemblée

Je l’ai dit, les consignes de vote pour dimanche prochain, seront de laisser la liberté à nos électeurs, lorsque nous ne sommes pas qualifiés pour le second tour.

J’observe que le Front National est présent dans deux circonscriptions et demeure néanmoins tous les jours au centre des discussions politiques.

Monsieur Forissier, patron local de l’UMP n’est pas crédible lorsqu’il relaye le ni-ni, véritable diktat de sa direction parisienne sans écouter ses électeurs qui en ont assez de perdre les élections alors que la droite est majoritaire et qu’ils souhaiteraient en grande majorité un dialogue avec le Front National.

Monsieur Mercier qui est déjà sorti du jeu politique, et dont le parti d’origine et de coeur tient maintenant du groupuscule centriste, à chaque occasion prétend renouveler son opposition aux valeurs du Front National. Mais oui monsieur MERCIER, le Front National n’a pas les même valeurs que vous et nous en sommes fiers, par exemple sur l’Europe des peuples face à l’Europe fédérale dont vous êtes si fier et qui nous ruine !

Qui est encore monsieur MERCIER pour distribuer les bons points, michel MERCIER n’est pas l’arbitre des élégances, il ne pourra bien longtemps fermer les yeux sur la montée inéluctable du vote FN, notamment dans les secteurs ruraux de notre département

Le vote FN est devenu un vote d’adhésion, d’envie et représente un immense espoir, n’en déplaise à tous ces dinosaures de la vie politique lyonnaise qui n’ont rien compris et rien vu venir !


Roms : le double discours de Gérard Collomb et de ses amis socialistes doit cesser !

Communiqué de Presse de Christophe BOUDOT
Secrétaire départemental du Front national du Rhône

La question des Roms à Lyon et sur l’ensemble de notre territoire révèle l’impasse dans laquelle les socialistes et Gérard Collomb sont tombés en matière d’immigration.

Après les aides au retour coûteuses et sans effet de Nicolas Sarkozy, prisonnier de son idéologie et de ses promesses électorales, c’est maintenant au tour de la gauche d’être confronté au phénomène et de vouloir le régler en imposant à son peuple l’intégration de populations illégales.

Les socialistes ont ainsi décidé de faciliter l’accès au marché du travail, à la scolarisation des enfants, aux logements sociaux de ces populations déracinées et illégales alors que la France n’a plus rien à offrir, (suite…)


LEGISLATIVES 2012 : FORTE PROGRESSION DU FN DANS LE RHÔNE

Grâce à ses excellents scores électoraux au 1er tour des législatives, le FN a pu se maintenir au 2e tour dans deux circonscriptions du Rhône.

Lors du 1er tour des législatives 2012 ce dimanche, le Front National a obtenu 13,6 % des voix sur un plan national. C’est son meilleur score depuis sa création en 1972, mis à part celui de 1997 où il avait obtenu 14,94 %. De ce fait, le FN progresse de près de 2 % par rapport à 2002 et de 9 % par rapport à 2007. Dans 5 circonscriptions françaises, ses candidats arrivent même en tête. C’est le cas de Marine Le Pen (Nord), de Charlotte Soula (Pas-de-Calais), de Marion Maréchal-Le Pen (Vaucluse), de Stéphane Ravier (Bouches-du-Rhône) et de Gilbert Collard (Gard). Dans l’ensemble, le FN imposera à ses adversaires 32 triangulaires et 29 duels au 2e tour. Après un tel succès, on peut se demander à quoi jouent certains journalistes qui, le soir de l’élection, ont pu qualifier ces bons résultats d’ « échec… »

La forte progression frontiste se traduit également dans le Rhône : ses 14 candidats ont obtenu 14,13 % (88213 voix), bien plus que la moyenne nationale. Ainsi, le FN du Rhône multiplie son score par trois par rapport aux dernières élections législatives et progresse de 9,3 % (+ 58422 voix). Il obtient ses meilleurs résultats dans ses bastions traditionnels, à savoir dans les circonscriptions périurbaines est-lyonnaises (6e, 7e, 13e, 14e), dans le Beaujolais (9e) et à Givors (11e).

Sandrine LIGOUT

Agnès HENRY

Deux de ses candidats ont même réussi à se maintenir au second tour. C’est le cas de Sandrine Ligout dans la 14e circonscription (Saint-Fons, Saint-Priest, Vénissieux) ; elle obtient 21,60 % (7.269 voix) et affrontera seule le représentant socialiste Yves Blein. C’est également le cas d’Agnès Henry dans la 11e circonscription (Condrieu, Givors, Mornant, Saint-Symphorien-d’Ozon) ; elle obtient 18,84 % (9.475 voix) et sera face à Georges Fenech de l’UMP.

Reste à ajouter que Bruno Gollnisch, qui se présentait dans la 3e circonscription du Var, s’est également qualifié pour le 2e tour. Fort de 24,12 %, il affrontera dans une triangulaire respectivement un adversaire UMP et un autre PRG.